Bataille de Tunis (1535)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Tunis.
Bataille de Tunis de 1535
Informations générales
Date 16 juin-21 juillet 1535
Lieu La Goulette et Tunis
Issue Victoire espagnole
Belligérants
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Empire ottoman Flag of Cross of Burgundy.svg Monarchie espagnole

Emblem of the Papacy SE.svg États pontificaux
Flag of Genoa.svg République de Gênes
Flag of Portugal 1485.svg Portugal
Flag of the Sovereign Military Order of Malta.svg Ordre de Malte

Commandants
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Khayr ad-Din Barberousse Flag of Cross of Burgundy.svg Charles Quint
Flag of Portugal 1485.svg Louis, infant de Portugal
Forces en présence
9 000 33 000
Coordonnées 36° 48′ N 10° 10′ E / 36.8, 10.16666667 ()36° 48′ Nord 10° 10′ Est / 36.8, 10.16666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

(Voir situation sur carte : Tunisie (relief))
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Tunis (1535).

La bataille de Tunis a mis aux prises en 1535 les troupes de l'amiral ottoman Khayr ad-Din Barberousse et celles de l'empereur espagnol Charles Quint. Elle s'est soldée par l'occupation espagnole de Tunis, qui durera jusqu'en 1574.

Contexte[modifier | modifier le code]

Installé à Alger d'où il dirige des razzias contre les îles et le littoral méditerranéen espagnols, Khayr ad-Din Barberousse désire s'emparer de Tunis pour conforter ses assises et entreprendre d'autres conquêtes. La proximité de Tunis avec l'Italie en fait en effet une position-clé pour attaquer directement la Sardaigne, la Sicile et le royaume de Naples.

Le 22 août 1534, la conquête de Tunis est facilitée par des querelles de succession qui affaiblissent la dynastie des Hafsides, particulièrement son ancien sultan, Abû `Abd Allâh Muhammad al-Hasan, considéré comme vassal de Charles Quint, qui ne contrôle plus que la capitale, une grande partie du Sud tunisien lui échappant. Barberousse parvient même à installer une garnison à Kairouan. Mais, après expérience malheureuse du Peñón d'Alger (en), Charles Quint ne peut plus permettre à Barberousse d'installer un nouveau nid à corsaires.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 14 mai 1535, au départ de Barcelone, l'empereur Charles Quint prend la tête d'une expédition forte de 400 navires et 33 000 hommes qui réunit l'ensemble de la chrétienté à l'exception de Venise et de la France : le pape Paul III, Gênes et son amiral Andrea Doria, l'Ordre de Malte, une partie de la noblesse portugaise (dont l'infant Louis, beau-frère de Charles Quint), les vétérans allemands et italiens commandés par le marquis del Vasto (gouverneur de Milan). En tout, plus de 250 navires de toutes tailles (dont 25 caravelles envoyées par le roi du Portugal et 48 galères), 25 000 fantassins et cavaliers soldés, sans compter de nombreux aventuriers.

Bab El Bhar et l'arsenal lors du sac de Tunis par l'armée de Charles Quint.

Le 16 juin, ces forces débarquent entre Carthage et La Goulette et commencent aussitôt les opérations de siège contre La Goulette et Tunis, que Barberousse avait résolu de défendre avec les 9 000 hommes dont il disposait et des contingents auxiliaires assez nombreux fournis par les Maures, qui n'hésitent pas à faire cause commune avec les Ottomans qu'ils avaient combattus un an auparavant. Barberousse place 200 janissaires turcs dans la forteresse de La Goulette et choisit de s'enfermer dans la kasbah de Tunis avec autant d'hommes. Il enferme les chrétiens et menace de les faire exécuter. Le siège de La Goulette dure plus d'un mois : Charles Quint s'en empare finalement le 4 juillet, bien que cette forteresse soit défendue par 300 pièces d'artillerie et 6 000 hommes.

Deux semaines plus tard, l'armée espagnole livre bataille aux Ottomans et aux Maures dans la plaine de l'Ariana et assiège Tunis dès le 14 juillet. À ce moment, les esclaves chrétiens que Barberousse avait épargnés à la demande de ses officiers, s'étant échappés des bagnes de la ville au nombre de plusieurs milliers, se rendent par surprise maîtres de la kasbah et d'une grande partie de la ville. Toute résistance étant devenue aléatoire, Barberousse s'enfuit avec les restes de son armée vers la frontière algérienne, Bône puis Alger tandis que Charles Quint pénètre dans Tunis, le 21 juillet, par le faubourg de Bab Souika.

À ce moment, Charles Quint invite l'ancien sultan hafside Abû `Abd Allâh Muhammad al-Hasan à entrer en pourparlers avec les notables de la ville pour éviter son pillage mais ce dernier échoue dans sa mission du fait que les notables avaient tous fui dans les parages du Djebel Zaghouan avec leurs familles en emportant ce qu'ils avaient de plus précieux. C'est alors que le pillage aurait été autorisé pendant trois jours.

Toutefois, le butin sera peu important et les troupes frustrées auraient assouvi leur vengeance en massacrant une partie des habitants sans égard pour le sexe ni l'âge. C'est en vain que l'empereur et son entourage s'opposent à cette tuerie.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Charles Quint se rendant à Radès (illustration de Jan Cornelisz Vermeyen).

Charles Quint et sa suite s'installent à la résidence hafside de la kasbah, dont les appartements sont d'une « magnificence extraordinaire et meublés royalement »[1]. Les troupes dressent quant à elles leur camp au nord-ouest de la kasbah, sur un emplacement qui garda par la suite le nom de « Place de l'Empereur » ou « Plateau Charles Quint ». Cependant, l'empereur est tellement incommodé par l'odeur des cadavres décomposés par la chaleur qu'il quitte la capitale, le 27 juillet, pour aller séjourner à Radès, dans la banlieue sud. C'est là qu'il crée l'ordre militaire de la Croix de Tunis et décerne plusieurs colliers de cette nouvelle décoration. Cet ordre se compose d'une chaîne en or entrelacée de croix de saint André d'où pend une escopette qui tirait des étincelles de feu d'un caillou avec l'inscription « Barbaria ».

Traité[modifier | modifier le code]

Pendant ce temps, au camp de La Goulette, la chancellerie impériale établit le traité de paix qui doit être conclu avec Abû `Abd Allâh Muhammad al-Hasan, rétabli sur son trône avec toutes ses prérogatives. Ce traité, signé le 6 août, place en droit et en fait le souverain hafside sous la protection de l'empereur et de ses successeurs : « le roi de Tunis reconnaît que l'empereur était venu en personne avec une puissante armada prendre les forteresses et la ville de Tunis, pour chasser le tyran Barberousse et le rétablir sur son trône ».

En contrepartie, le souverain hafside s'oblige à rendre tous les esclaves qui se trouvent dans son royaume, à leur garantir la liberté de circuler et de voyager à leur guise. À compter de ce jour, ni lui ni ses successeurs ne peuvent capturer ni avoir d'esclaves chrétiens, sujets de l'empire ou des couronnes d'Espagne, de Naples ou de Sicile. L'empereur Charles Quint, son frère le roi Ferdinand, ou un autre prince qui leur succéderait ne pourront pas non plus consentir qu'il y ait dans leurs domaines des captifs maures sujets du roi de Tunis. Il accepte sur ses terres la présence de chrétiens et leur accorde la liberté de culte : ils peuvent donc avoir des églises et faire sonner les cloches. Il doit par ailleurs refuser d'accueillir les Maures de Grenade, de Valence, d'Aragon ou d'autres lieux appartenant à l'empereur et les expulser. Il remet à l'empereur et à ses successeurs les droits qu'il possède sur les villes de Bône, Bizerte, Mahdia (appelée alors Africa) et les autres forteresses maritimes, que Barberousse a usurpées, afin de pouvoir expulser tous les corsaires qui s'y trouvent. Il cède à l'empereur, et aux rois de Castille, La Goulette et les terres situées une demi-lieue alentour, à condition que les Espagnols n'empêchent pas les habitants de Carthage de prendre de l'eau dans les puits situés près de la Tour de l'eau. Il laisse aux chrétiens de La Goulette, désignés par le capitaine du fort, toute liberté de commercer dans tout le royaume et recevra les taxes sur l'achat-vente des marchandises mais, s'il y a délit, seul le capitaine du fort a autorité sur eux et peut les châtier.

Pour l'entretien de la garnison de cette forteresse, le sultan s'engage à payer payer 12 000 ducats d'or par an et, s'il ne remet pas cette somme, le capitaine général peut la prélever sur les rentes du royaume. Il reconnaît aux sujets de l'empereur la liberté de commercer dans tout son royaume mais seul un juge désigné par l'empereur peut connaître les causes, juger et châtier les délinquants. Ses successeurs devront également remettre tous les ans, à la Saint-Jacques (25 juillet), en reconnaissance de vassalité, un impôt consistant en six chevaux et douze faucons sous peine de 50 000 ducats d'or d'amende la première fois qu'ils ne le feraient pas, 100 000 la deuxième. La troisième fois, ils se verraient privés du royaume. Dans le même temps, ses vassaux ne concluront aucune alliance et ne signeront aucun accord avec un prince maure ou chrétien qui pourrait porter préjudice à l'empereur ou aux rois d'Espagne et ses successeurs (et réciproquement). L'empereur et le sultan s'engagent en leur nom et en celui de leurs successeurs à entretenir des liens d'amitié et de bon voisinage, de respect réciproque dans la liberté de commerce des uns et des autres sur mer comme sur terre. Enfin, ses successeurs promettent de n'accueillir ni corsaires ni pirates dans leurs ports, ni aucun ennemi de l'empereur ou de ses successeurs. Au contraire, ils jurent de les chasser et de lutter contre eux.

Garnison espagnole[modifier | modifier le code]

Avant de quitter le pays, l'empereur donne l'ordre de construire immédiatement la forteresse de La Goulette où il laisse 1 200 hommes pour tenir garnison sous les ordres d'un gouverneur, le duc de Mendoza, issu d'une des plus grandes familles de l'Espagne qui avait accompagné l'empereur à Tunis. Une escadre de dix galères, sous les ordres de l'amiral Doria devait assurer la défense de La Goulette et la liaison avec Naples et la Sicile. Par cette décision, Charles Quint assigne à La Goulette un rôle important mais il sous-estime les forces militaires nécessaires pour que cette place forte puisse jouer ce rôle et soutenir l'autorité du sultan hafside qui règne sur Tunis avec beaucoup de difficultés. Les faibles effectifs qu'il laisse en partant ne pourront s'imposer à un peuple en proie à des ferments d'anarchie et aux menées des émissaires de la puissance ottomane.

Le 17 août, Charles Quint lève l'ancre en laissant derrière lui quelques garnisons de vétérans espagnols dans un environnement qui leur est hostile car, si Abû `Abd Allâh Muhammad al-Hasan est restauré sur le trône hafside, ses sujets ne lui pardonnent pas d'avoir souscrit un traité aussi humiliant avec une puissance chrétienne. En effet, à peine les dernières voiles de l'escadre disparues à l'horizon, les villes de la côte et les tribus de l'intérieur se soulèvent contre le sultan en lui refusant l'obéissance et l'impôt. Ce prétexte à la rébellion répond à un sentiment de justice et de dignité mais la population impulsive et ignorante ne se rend pas pleinement compte des réalités de la situation et de la faiblesse militaire du pays. Par ailleurs, Charles Quint commet l'erreur de ne pas pousser jusqu'à Alger pour se saisir de Barberousse. Le problème reste donc entier : la conquête n'a pas modifié les anciens rapports de force, La Goulette devant se retrouver immédiatement au cœur des tensions militaires, politiques, stratégiques entre chrétiens et musulmans. Trop proche de Tunis, elle se retrouve prise en étau entre la puissance montante des corsaires barbaresques, désireux de se rendre maîtres des ports africains, et la faiblesse des Hafsides partagés entre le respect de leur vassalité envers l'empire chrétien et leur appartenance à la rive musulmane.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue tunisienne, vol. XIII, éd. Institut de Carthage, Tunis, 1906, p. 304

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]