Bataille de Timor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Timor
Natives in victory parade.jpg
Informations générales
Date 26 janvier (frappes aériennes) 19 février (débarquement japonais) 1942 - 10 février 1943
Lieu Timor (Indes orientales néerlandaises et Timor oriental)
Issue Victoire japonaise
Belligérants
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau du Portugal Portugal
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau de l'Australie William Legatt
Drapeau de l'Australie William Veale
Drapeau de l'Australie Alexander Spence Drapeau de l'Australie Bernard Callinan
Drapeau des Pays-Bas Nico Van Stratten
Drapeau : Japon Sadashichi Doi
Drapeau : Japon Yuitsu Tsuchihashi
Forces en présence
env. 2 050 soldats alliés (février 1942)
puis env. 1 000 après évacuation partielle (octobre 1942)
env. 500 soldats portugais
Milices timoraises pro-alliées
env. 12 000 (après renforts fin 1942)
Milices timoraises pro-japonaises
Pertes
Pays-Bas: env. 300 morts
Australie: 151 morts
Royaume-Uni: 5 pilotes tués;
Timor et Portugal : entre 40 000 et 70 000 civils tués[1]
env. 2000 morts
Seconde Guerre mondiale - Guerre dans le Pacifique
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Mindanao · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements de Hiroshima et Nagasaki · Reddition du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 10° 23′ S 123° 38′ E / -10.38333333, 123.6333333310° 23′ Sud 123° 38′ Est / -10.38333333, 123.63333333  

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Timor.

La Bataille de Timor, qui dura de janvier 1942 à février 1943, se déroula durant la campagne des Indes orientales néerlandaises, dans le cadre du théâtre asiatique de la Seconde Guerre mondiale.

Contexte[modifier | modifier le code]

Timor était divisé entre deux puissances coloniales : le Portugal à l'est et les Pays-Bas à l'ouest. L'Australie avait conclu un traité d'alliance avec les Pays-Bas en cas d'invasion japonaise. Le gouvernement portugais espérait de son côté que le Japon respecterait sa neutralité dans le conflit mondial[2]. Le 12 décembre 1941, alors que les Japonais attaquaient les possessions occidentales en Asie, un détachement de 1400 soldats australiens, désigné sous le nom de Sparrow Force, fut déployé à Kupang, dans la partie néerlandaise de Timor.

Invasion alliée du Timor oriental[modifier | modifier le code]

Le gouvernement portugais d'Antonio Salazar avait refusé aux Alliés l'autorisation de se déployer au Timor oriental, ce qui risquait de laisser leur front à découvert face à une attaque japonaise. Le 17 décembre 1941, alors que les Japonais commençaient leur attaque sur les possessions des Pays-Bas, 400 soldats néerlandais et australiens pénétrèrent sur le territoire de la colonie portugaise. Les 500 soldats portugais n'offrirent pas de résistance, tandis que le gouverneur portugais, Manuel de Abreu Ferreira de Carvalho, se déclarait prisonnier[1].

Invasion japonaise[modifier | modifier le code]

Timor portugais[modifier | modifier le code]

Le 26 janvier, le Service aérien de la marine impériale japonaise attaqua les pistes aériennes de Penfui, et se trouva opposé à la résistance des avions de la Royal Air Force, de l'United States Army Air Force, et de la Royal Australian Air Force.

Dans la nuit du 19 au 20 février, les troupes japonaises débarquèrent à Dili, capitale de la colonie portugaise. Les Australiens, pris par surprise, opposèrent néanmoins une forte résistance avant de se retirer sur les montagnes du sud et de l'est, tandis que les néerlandais se retiraient vers la frontière au sud-est.

Timor néerlandais[modifier | modifier le code]

Également dans la nuit du 19 au 20 février, les Japonais bombardèrent les forces alliées au Timor occidental. 4000 soldats japonais débarquèrent ensuite au sud-est de l'île, coupant les positions néerlandaises des forces armées australiennes. Le 23 février, les soldats de la Sparrow Force étaient épuisés, et leur commandant William Legatt accepta de se rendre aux Japonais.

Résistance alliée[modifier | modifier le code]

À la fin février, les Japonais contrôlaient l'essentiel du Timor néerlandais et les environs de Dili, mais craignaient encore d'avancer vers le sud et l'est de l'île, où les forces alliées s'étaient retranchées dans les montagnes. Malgré la neutralité officielle du gouverneur portugais, une partie des forces armées portugaises et des indigènes du Timor oriental vinrent en aide aux forces alliées, en leur permettant d'utiliser leurs lignes de téléphone pour communiquer entre elles. Les Alliés ne disposaient cependant pas de système de communication international, et se trouvaient coupés du monde extérieur. En mars, les forces alliées qui avaient fait retraite sur l'île réalisèrent leur jonction. Australiens, Néerlandais et Portugais réalisèrent des actions de guérilla contre les forces japonaises, tuant notamment l'un des commandants ennemis. Le 24 mai, les commandants Veale et Van Stratten furent évacués par la Royal Air Force.

Contre-attaque japonaise[modifier | modifier le code]

En août, des renforts de la 48e division japonaise arrivèrent depuis les Philippines. Le 19 août, une offensive permit de prendre les positions néerlandaises autour des villes de Maubisse et Beco. Les Japonais s'assurèrent également la collaboration de certains indigènes du Timor oriental, qui leur fournirent des renseignements sur les positions alliées, et se rebellèrent contre les portugais à Maubisse. Les Australiens, de leur côté, envoyèrent également des renforts. En septembre, les Japonais utilisèrent des milices timoraises pour affronter les Alliés, en firent également pression sur les Portugais pour obtenir leur aide. 26 citoyens portugais, dont plusieurs officiers et un prêtre catholique, furent tués dans les six premiers mois d'occupation. En novembre, les Japonais ordonnèrent aux civils portugais de se rassembler dans une « zone neutre », sous peine d'être considérés comme complices des Alliés. Cela eut pour effet d'encourager un peu plus les Portugais à rejoindre le camp des Alliés, et à leur demander leur aide pour évacuer les femmes et les enfants.

Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, la Royal Australian Navy organisa un débarquement de renforts néerlandais, tout en évacuant les civils. L'un des trois bateaux utilisés pour l'opération, le HMAS Armidale, fut néanmoins coulé par les Japonais avec tous ses passagers.

Retraite alliée[modifier | modifier le code]

À la fin 1942, les Japonais comptaient désormais 12 000 hommes sur l'île. Le 11 décembre, un destroyer néerlandais évacua les restes de la Sparrow Force, ainsi que des civils portugais. Une retraite générale fut décidée à la fin janvier 1943, et les derniers soldats alliés furent évacués le 10 février, mettant un terme à la campagne des Indes orientales néerlandaises.

Notes et références[modifier | modifier le code]