Bataille de Surabaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Surabaya
Déroulement de la bataille
Déroulement de la bataille
Informations générales
Date du 27 octobre 1945 au 20 novembre 1945
Lieu Surabaya
Issue Les troupes britanniques vont de Surabaya
Belligérants
Drapeau de l'Indonésie Indonésie Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Commandants
Drapeau de l'Indonésie Bung Tomo Drapeau du Royaume-Uni A. W. S. Mallaby
Drapeau du Royaume-Uni E. C. Mansergh
Forces en présence
20 000 soldats réguliers
100 000 hommes
30 000 (au pic)
avec blindés, aviation et marine
Pertes
16 000 hommes 2 000 hommes
Révolution indonésienne
Coordonnées 8° 25′ 23″ S 115° 14′ 55″ E / -8.42305556, 115.24861111 ()8° 25′ 23″ Sud 115° 14′ 55″ Est / -8.42305556, 115.24861111 ()  

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Surabaya.

La voiture incendiée du brigadier général Mallaby
Un Republic P-47 Thunderbolt de la Royal Air Force sur l'aérodrome de Kemayoran prêt à attaquer les forces indonésiennes à Surabaya

La bataille de Surabaya a opposé les soldats révolutionnaires indonésiens et les forces militaires britanniques et néerlandaises lors de la révolution indonésienne. Le pic de la bataille fut atteint en novembre 1945. Malgré une forte résistance, les troupes britanniques, constituées essentiellement d'unités de l'armée des Indes britanniques, parvinrent à prendre le contrôle de Surabaya, la deuxième ville la plus importante du pays. La bataille fut la plus importante de la révolution et est devenue un symbole de la résistance indonésienne[1]. Le 10 novembre célèbre chaque année le Jour des Héros (Hari Pahlawan).

Malgré la défaite et d'importantes pertes matérielles et humaines qui se feront sentir durant le reste de la guerre d'indépendance, la bataille de Surabaya a galvanisé les républicains et convaincu les Britanniques de la nécessité d'éviter une trop grande implication dans le conflit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ricklefs, M.C. (1993). A History of Modern Indonesia Since c.1300, p. 217