Bataille de Stoczek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Stoczek
Bataille  de Stoczek
Bataille de Stoczek
Informations générales
Date 14 février 1831
Lieu Stoczek Łukowski Pologne
Issue Victoire polonaise
Belligérants
Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de la Russie Russie impériale
Commandants
Józef Dwernicki Teodor Geismar
Forces en présence
1 000 hommes 3 000 hommes
Pertes
27 morts
63 blessés
400 morts
230 prisonniers
11 canons
Insurrection de novembre 1830
Batailles
Stoczek — Dobra — Kałuszyn — Wawer — Nowa Wieś — Białołęka — Grochow — Kurow — Wawer — Debe Wielkie — Domanice — Iganie — Bataille de Kazimierz Dolny — Ostrołęka — Wola —

La bataille de Stoczek est la première grande bataille de l'Insurrection polonaise de novembre 1830, qui s'est déroulée le 14 février 1831, près de la ville de Stoczek Łukowski, sur la route Brest (Biélorussie)-Varsovie.

Bataille[modifier | modifier le code]

L'armée russe commandée par le maréchal Hans Karl von Diebitsch entre en Pologne le 4 février et avance rapidement vers la capitale Varsovie. Dybich prévoit de déborder les colonnes polonaises du nord et envoie un corps d'armée commandé par Teodor Geismar sur la route de Brest (Biélorussie). Bien que les deux généraux Geismar et Dybich soient informés de la présence polonaise dans la région, ils sous-estiment l'ennemi et décident d'ignorer les unités polonaises opérant dans la région. Le général Józef Dwernicki, commandant les forces polonaises de 24 escadrons, 3 bataillons d'infanterie et 6 canons (environ 1000 hommes armés) décide le 13 février de franchir les rives de la Vistule près de Miszevo (powiat kartuski), et le 14 atteint Stoczek.

Les principales forces du maréchal Dybich venant de Lublin étaient en marche vers Varsovie, alors que le corps du général Geismar était en marche sur la route de Brest (Biélorussie). Les deux unités perdent contact à cause de leur éloignement. Alors que l'avancée russe est en marche sur deux colonnes séparées sans couverture, Dwernicki organise ses arrières. Le matin du 15 février les colonnes russes sont prises en embuscade, bombardées par l'artillerie, et ne pouvant se regrouper face à la charge de la cavalerie polonaise du 1er de lanciers.

La colonne russe prise entre le corps d'armée commandé par Feodor Geismar et la cavalerie de Józef Dwernicki, essaie de s'organiser, et dès que l'unité de Geismar réussit de mettre en batterie ses canons, les polonais sont déjà à l'abri. Après cette courte bataille, et faute de combattants, Geismar ordonne à ses troupes de se retirer avec 400 soldats morts, 230 prisonniers, un colonel et quinze officiers[1].

Le général Teodor Geismar entouré de toute part ne doit son salut qu'à l'agilité de son coursier, cinq pièces d'artillerie sont rapidement démontées, et onze tombent entre les mains du vainqueur. La plaine est couverte de débris et de fuyards, et la cavalerie polonaise, fière de son triomphe, entonne en chœur le fameux chant : «..Non, Pologne chérie, tu n'es point sans défenseurs. » [2]

La bataille de Stoczek a été la première victoire polonaise mais surtout les polonais ont remporté une guerre psychologique énorme pour la suite des combats. Dwernicki n'a pas décimé l'unité ennemie complètement, mais celle-ci n'a pu rejoindre le reste des forces russes, pour renforcer et participer à la bataille de Olszynka et la bataille de Grochow.

l'artillerie de la garde nationale ayant participé à cette bataille, en l'honneur des volontaires armés, envoya un canon à la ville de Varsovie et firent graver sur l'un des canons l'inscription suivante : Je suis un des onze enlevés à Stoczek, au fameux vainqueur des Turcs. Polonais! ne m'abandonnez qu'avec votre dernier souffle de vie. [3]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La guerre de Pologne en 1831 : Par Marie Brzozowski - Publié par F.A. Brockhaus, 1833
  2. Tableau de la première époque de la révolution de Pologne - Par Ludwik Mieroslawski:Publié par C. Deis, 1833
  3. Biographie des hommes du jour : Par Germain Sarrut - Publié par H. Krabe, 1836 - page 128