Bataille de Sempach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Sempach
Fresque de la Schlachtkapelle de Sempach, Suisse
Fresque de la Schlachtkapelle de Sempach, Suisse
Informations générales
Date 9 juillet 1386
Lieu Sempach, Canton de Lucerne
Issue Victoire des Suisses
Belligérants
Gules a fess argent.svg Autriche: Habsburg et alliés Confédérération suisse:
Wappen schwyz.png Schwytz

Unterwald-coat of arms.svg Unterwald
Uri-coat of arms.svg Uri
Zurich-coat of arms.svg Zurich
Lucerne-coat of arms.svg Lucerne

Commandants
Duc Léopold III Arnold von Winkelried
Petermann von Gundoldingen †
Forces en présence
4'000 1'600
Pertes
1'800 200
Coordonnées 47° 08′ 44″ N 8° 12′ 48″ E / 47.145555555556, 8.213333333333347° 08′ 44″ Nord 8° 12′ 48″ Est / 47.145555555556, 8.2133333333333  

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Sempach.

La bataille de Sempach dans la localité éponyme du canton de Lucerne a eu lieu le 9 juillet 1386.

Elle opposa les troupes autrichiennes menées par Léopold III de Habsbourg, qui sera tué dans la bataille, et celles de Lucerne appuyées par des éléments provenant d'Uri, Schwytz et d'Unterwald. De nombreux nobles alsaciens qui combattirent sous la bannière des Habsbourg furent tués lors de cette bataille. On chiffre ce nombre de tués à 15 % de la noblesse alsacienne.

Elle est considérée comme l'une des batailles majeures permettant à la confédération suisse naissante de s'affranchir des prétentions des Habsbourg.

Selon la légende, Arnold de Winkelried, en se sacrifiant, aurait permis aux confédérés de percer les lignes ennemies, leur assurant ainsi la victoire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Près de cent ans auparavant, les cantons d'Uri, Schwytz et Unterwald se sont unis, le 1er août 1291, dans une alliance défensive.

Les Habsbourg avaient à cette époque d'autres soucis, ils ne pouvaient comprendre la volonté des régions séparatistes situées autour du col du Gothard. Ils essayèrent, néanmoins, de temps en temps, de venir récupérer leurs biens. Le duc Léopold Ier en tant que seigneur de l'abbaye d'Einsiedeln, en 1315, marcha contre les Suisses qui avaient attaqué le lieu saint et faits prisonniers certains. Les Suisses défirent cependant son armée à Morgarten.

Lucerne avait rejoint en 1332 la confédération des Waldstätten mais appartenait encore de droit aux Habsbourg. À partir de 1380 Lucerne commença à agrandir son territoire. Il acquit le bailliage de Weggis, conquit les villes habsbourgeoises de Rothenburg et Wolhusen, accueillit l'Entlebuch et la ville de Sempach dans sa bourgeoisie. Les baillis Petermann Ier von Grünenberg, Peter von Thorberg et Claus Trube furent expulsés.

Léopold III de Habsbourg, assembla péniblement derrière sa bannière la noblesse souabe et argovienne à Brugg. La Confédération avait également été rejointe par Zurich (1351), Glaris (1352), Zug (1352) et Berne (1353). La ville de Berne, que les Confédérés avaient pourtant aidée contre ses fiefs jurassien et vaudois lors de la bataille de Laupen, se tint en retrait et n'apporta aucune aide aux Confédérés à Sempach.

La bataille[modifier | modifier le code]

Fresque à l'intérieur de la chapelle du champ de bataille

Léopold III avait eu de la peine à lever une armée pour mener sa campagne. Les mercenaires recrutés coûtaient très cher. Leopold dut mettre en gage certaines de ses terres d'Italie du nord. Cela en valait la peine selon lui, car il n'acceptait en aucun cas d'abandonner sa suzeraineté sur la Suisse sans combattre. Après que l'armée se fut assemblée à Brugg, Leopold marcha tout d'abord, à la tête de ses chevaliers et de ses soldats, sur Lucerne. Ils furent bientôt repérés par les Confédérés mais ceux-ci pensèrent que les Autrichiens voulaient attaquer Zurich et ils rassemblèrent une importante armée. Lorsqu'il se rendirent compte de leur erreur, ils déplacèrent leur troupe à marche forcée en direction de Lucerne.

Non loin de Sempach, dans la ville habsbourgeoise de Sursee, Leopold passa sa dernière nuit dans un camp militaire. Au petit matin du 9 juillet, sous le commandement de Johann von Ochsenstein et de Hans Truchsess von Waldburg, l'armée s'ébranla en direction de Sempach, où elle allait rencontrer l'armée confédérée[1].

Sur une colline, le duc fit mettre pied à terre à ses chevaliers et fit mettre en place une ligne de défense avec des lances. Les chevaliers s'attendaient à une attaque frontale, pensant que leurs quatre lignes de lanciers formaient un obstacle insurmontable. Contrairement aux chevaliers, les Suisses portaient un équipement léger, chaque homme portant sa hallebarde.

Mort de Winkelried à Sempach; peinture de Konrad Grob (1828–1904)

Après avoir dit une courte prière, les Confédérés attaquèrent cette position qui semblait inexpugnable. Ils se brisèrent littéralement, perdant lors du premier choc environ 60 Lucernois, dont leur chef Schultheiss Petermann von Gundoldingen. Selon la légende, un homme d'Unterwald, Arnold von Winkelried, se sacrifia alors. Il se jeta contre les lances et ouvrit ainsi une brèche dans le mur ennemi, ce qui permit aux Confédérés d'enfoncer le dispositif ennemi. Ensuite, les fameuses hallebardes suisses infligèrent de lourdes pertes aux chevaliers que leurs armures handicapaient plus qu'elles ne les protégeaient. Le duc Léopold est mort et, avec lui, un grand nombre de nobles et de chevaliers. Le duc fut enterré dans le cloître de Königsfelden, près de Brugg, où la veuve de son ancêtre assassiné, Albert Ier avait érigé le mausolée en 1308. Les Confédérés, de leur côté, restèrent encore trois jours sur le champ de bataille pour prier.

La fine fleur de la chevalerie alsacienne disparaît dans la tourmente: il n'est pas une famille qui ne soit touchée: Andlau, Ochsenstein, Morimont, Géroldseck, Müllenheim, Waldner, Reinach, Ottenheim, Tierstein, Dicka...


Lieu de la bataille de Sempach, aujourd'hui
Illustration de la bataille (1550)

Jeux de simulations historiques[modifier | modifier le code]

  • Epées et hallebardes : Morgarten 1315, Sempach 1386 et Grandson 1476, de Frédéric Bey, série au Fil de l'Epée, Vae Victis n°81, 2008

Sources[modifier | modifier le code]

  • Theodor von Liebenau, Die Schlacht bei Sempach. Gedenkbuch zur fünften Säcularfeier. Im Auftrage des h. Regierungrathes des Kantons Luzern. Luzern, C.F. Prell, 1886. (OCLC 15101324)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. von Liebenau, p. 74

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :