Bataille de Riachuelo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Riachuelo
Bataille de Riachuelo, tableau de Victor Meirelles de Lima (1832 - 1903)
Bataille de Riachuelo, tableau de Victor Meirelles de Lima (1832 - 1903)
Informations générales
Date 11 juin 1865
Lieu Riachuelo, sur le Paraná
Issue Victoire brésilienne
Belligérants
Drapeau du Paraguay Paraguay Drapeau de l'Empire du Brésil Empire du Brésil
Commandants
Pedro Inácio Meza Francisco Manoel Barroso
Pertes
3 vapeurs
7 barges
1 vapeur
247 tués
Guerre de la Triple Alliance
Batailles
Mato Grosso · Corrientes · Riachuelo · Paso de Cuevas · Yatay · Uruguaiana · Pehuajó · Estero Bellaco · Tuyutí · Curuzú · Curupayty · Humaitá · Ytororó · Avay · Campagne des collines · Acosta Ñu · Cerro Corá
Coordonnées 27° 33′ 44″ S 58° 50′ 21″ O / -27.56222222, -58.83916667 ()27° 33′ 44″ Sud 58° 50′ 21″ Ouest / -27.56222222, -58.83916667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Riachuelo.

Localisation du combat.

La bataille navale de Riachuelo oppose, le 11 juin 1865, durant la Guerre de la Triple Alliance, une petite escadre brésilienne à une petite escadre paraguayenne, sur le fleuve Paraña. À la fin de la journée, les navires paraguayens se retirent; les Brésiliens ne les poursuivent pas.

Le contexte[modifier | modifier le code]

À cette époque de l'année, le niveau des eaux du Parana (sans tilde, avec un accent tonique sur le "a" final) est bas, rendant la navigation et la manœuvre difficile. La seconde division navale, appellation officielle de l'escadre brésilienne, bloquait le fleuve au sud de la ville argentine de Corrientes. Le fleuve était, en effet, gardé par une forteresse paraguayenne au nord du confluent du fleuve Paraná avec son affluent, la rivière Paraguay, Humaita. Francisco Solano Lopez donna ordre au chef de sa flottille, le Capitaine Meza, de descendre attaquer le flottille brésilienne, l'attaque devant se produire impérativement avant le lever du jour. À ce moment-là, estimait-il, les brésiliens se trouveraient toujours à terre pour la nuit et un canonnage des navires à l'ancre serait efficace et peu dangereux. C'est bien la situation dans laquelle se trouvait l'ennemi. Cependant, Meza arrêta la flottille en raison de l'avarie d'un vapeur, l'Ybyra, pour tenter de réparer. Plusieurs heures furent perdues en vain, et il décida de poursuivre sans l'unité endommagée, au risque d'arriver après le lever du jour. Parvenant sur le site à l'aube naissante, au lieu de suivre les ordres, il attaqua les forces campées à terre, puis passa la flottille brésilienne qu'il bloqua par le sud. L'occasion était manquée, et les brésiliens eurent le temps de mettre en ordre de route et de bataille leurs unités et purent aller affronter la flottille paraguayenne. Les péripéties de la bataille connurent des moments favorables aux paraguayens, mais l'amiral brésilien Barroso meilleur manœuvrier et audacieux alors que l'issue lui devenait favorable, renversa la situation malgré l'erreur de manœuvre d'un de ses "cuirassé". Même sans cela, les paraguayens auraient souffert quelques pertes qu'ils ne pouvaient pas se permettre, ce qui aurait été évité en suivant les ordres. Grâce au coup d'audace de Barroso, elles furent trop importantes par rapport aux nombre d'unités de sa flotte pour qu'il soit possible d'envisager de nouveaux engagements sur les fleuves. Le Paraguay ne pourra plus qu'adopter une attitude défensive et se reposer sur Humaita pour empêcher les Alliés de la Triple Alliance, en l'espèce le Brésil,d'atteindre Asuncion. Humaita sera enlevée plus tard, mais après cette bataille, la guerre se poursuivra sur terre.

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

L'escadre de la marine brésilienne est composée d'une corvette, à aubes, d'un vapeur armé, à hélice, et de 7 canonnières.

Nom Tonnage puissance Armement Notes
Amazonas 1050 300 1 x 70lb et 5 x 68lb[1] corvette à roues, vaisseau amiral
Belmonte[2] 602 120 1 x 70lb, 3 x 68lb, 4 x 32lb canonnière
Jequitinhonha 647 130 2 x 68 lb, 5 x 32lb vapeur à hélice
Beberibe 637 130 1 x 68 lb, 6 x 32lb canonnière
Parnaíba 602 120 1 x 70 lb, 2 x 68 lb, 4 x 32lb canonnière
Ipiranga 325 70 7 x 30 lb canonnière
Araguari 415 80 2 x 68 lb, 2 x 32lb canonnière
Iguatemi 406 80 3 x 68 lb, 2 x 32lb canonnière
Mearim 415 100 3 x 68 lb, 4 x 32lb canonnière

Paraguay[modifier | modifier le code]

L'escadre est composée de 7 vapeurs à aubes et d'un vapeur à hélice. Il y a aussi des barges à fond plat, chatas, avec plats-bords et armés de pièces de 80 "à la Paixhans".

Nom Tonnage puissance Armement Notes
Tacuary 620 120 2 x 68 lb, 6 x 32lb navire amiral, roues à aubes
Igurey 650 130 3 x 68 lb, 4 x 32lb roues à aubes
Marquez de Olinda 300 80 4 x 18 lb ancien paquebot brésilien capturé
Salto Oriental 300 70 4 x 18 lb roues à aubes
Paraguary 730 130 2 x 68 lb, 6 x 32lb roues à aubes
Iborá 300 80 4 x ?? à hélice
Jejuy 200 60 2 x 18 lb roues à aubes
Pirabebé 150 60 1 x 18 lb roues à aubes
Rangel désarmé en remorque
2 Chatas (barges) 40 1 x 80 lb chacune Barges - en remorque
5 Chatas (barges) 35 1 x 68 lb chacune Barges - en remorque

Les paraguayens ont des troupes sur la rive gauche. d'abord, une batterie de 22 pièces de 32lb et 2 batteries de fusées "à la Congrève". Les troupes servant ces batteries, ou les protégeant, infanterie, cavalerie ou artillerie, sont de l'ordre de 1200 hommes.

Des détachements d'infanterie sont aussi venus renforcer les équipages des barges et des navires.

Le combat[modifier | modifier le code]

plan de la bataille
Bataille de Riachuelo. La corvette brésilienne Amazonas a éperonné le Jejuy avant de s'en prendre au Salto puis au Marquez-de-Olenda.

Il commence vers 9 heures et dure jusqu'à 18 heures.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "lb" est une abréviation pour "livres". 5 x 68lb signifie 5 pièces de canon permettant de tirer un projectile de 68 livres de poids. En 1863, le canon de 68 était considéré comme le plus puissant des canons à âme lisse (cf. RMC, août 1881, Progrès réalisés par l'artillerie navale entre 1855 et 1880 par le capitaine de vaisseau Cavelier de Cuverville).
  2. ce navire était de construction française, des Chantiers Normand.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Revue Maritime et Coloniale, tome 15, septembre 1865, pages 214 et s. [1]

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Articles
    • Revue Maritime et Coloniale, tome 15, septembre 1865, pages 214 et s. [2]
  • Livres
    • (pt) Fragoso, Augusto Tasso. História da Guerra entre a Tríplice Aliança e o Paraguai, Vol II. Rio de Janeiro: Imprensa do Estado Maior do Exército, 1934.
    • (pt) Schneider, L. A guerra da tríplice Aliança, Tomo I. São Paulo: Edições Cultura, 1945.
    • Hernâni Donato, Dicionário das batalhas brasileiras [détail des éditions]
    • (en) Robert L. Scheina, Latin America's Wars, volume 1, the age of the Caudillo, 1791-1899, Brassey's Inc., Dulles, USA, 2003, (ISBN 1574884506)