Bataille de Rehe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Rehe
Troupes japonaises durant la bataille de Rehe
Troupes japonaises durant la bataille de Rehe
Informations générales
Date 21 février - 4 mars 1933
Lieu Province de Jehol
Issue Victoire japonaise
Belligérants
Flag of the Republic of China.svg République de Chine Drapeau du Japon Empire du Japon
Flag of Manchukuo.svg Mandchoukouo
Flag of the Republic of China.svg Armée chinoise collaborationniste (en)
Commandants
Flag of the Republic of China.svg Tang Yulin
Flag of the Republic of China.svg Sun Dianying
Drapeau du Japon Nobuyoshi Mutō (en)
Flag of Manchukuo.svg Zhang Haipeng
Flag of the Republic of China.svg Li Chi-chun
Forces en présence
20 000 hommes 48 000 hommes
Pertes
 ?  ?
Campagnes de Mongolie-intérieure
Batailles
Invasion japonaise de la Mandchourie

Mukden · Jiangqiao · Pont de la rivière Nen · Jinzhou · Harbin · Pacification du Mandchoukouo · Rehe · Grande Muraille · Mongolie-intérieure (Suiyuan)

Le seigneur de la guerre Sun Dianying résiste sans succès aux troupes japonaises.

La bataille de Rehe (chinois simplifié : 熱河戰役, chinois traditionnel : 热河战役, pinyin : Rèhé zhànyì, parfois appelée bataille de Jehol) est la seconde partie de l'opération Nekka, une campagne durant laquelle l'empire du Japon affronte le seigneur de la guerre chinois Zhang Xueliang, capture la province de Rehe en Mongolie-intérieure et l'annexe au nouvel État du Mandchoukouo. La bataille dure deux semaines du 21 février au 4 mars 1933.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la création du Mandchoukouo, l'armée japonaise du Guandong lance une opération visant à sécuriser la frontière sud avec la Chine en attaquant et capturant la passe de Shanhai (en) dans la Grande Muraille le 3 janvier 1933. La province de Rehe, au nord de la Grande Muraille, est la prochaine cible. Déclarant que la province est historiquement liée à la Mandchourie, l'armée impériale japonaise espère réussir à la sécuriser en ralliant le général Tang Yulin à la cause du Mandchoukouo. Lorsque cela échoue, l'option militaire est choisie avec comme forces les 6ème et 8ème divisions et les 14e et 33e brigade mixtes d'infanterie, la 4e brigade de cavalerie et la 1er compagnie spécial de tank.

L'État-major de l'armée impériale japonaise demande la bénédiction de l'empereur Hirohito pour l'« opération stratégique » contre les forces chinoises à Rehe. Espérant qu'il s'agit de la dernière opération de l'armée dans la région et qu'elle mettra un terme au problème de la Mandchourie, l'empereur approuve en déclarant explicitement que l'armée n'ira pas au-delà de la Grande Muraille de Chine[1].

La bataille de Rehe[modifier | modifier le code]

Char Type 89 I-Go utilisé par les troupes japonaises.

Le 23 février 1933, l'offensive est lancée. Le 25, les villes de Chaoyang et Kailu sont prises. Le 2 mars, la 4e brigade de cavalerie rencontre de la résistance de la part des forces de Sun Dianying et, après plusieurs jours de combat, prend Chifeng. Sun Dianying monte alors une contre-attaque contre la 6e division japonaise le même jour et pénètre une fois tellement loin qu'il se retrouve près du quartier-général japonais. Le 4 mars, la cavalerie japonaise et la 1re compagnie spéciale de tank, qui dispose de chars Type 89 I-Go[2] prennent Chengde, la capitale de la province de Rehe.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La province de Rehe est ensuite annexée au Mandchoukouo. Zhang Xueliang est forcé par le gouvernement du Kuomintang de renoncer à son poste pour « raisons médicales ». Les forces chinoises se replient derrière la Grande Muraille où, après une séries de batailles et d'escarmouches, l'armée japonaise s'empare de plusieurs points stratégiques avant d'accepter un cessez-le-feu. Les négociations (trève de Tanggu) ont lieu dans une zone démilitarisée entre la Grande Muraille et Pékin. Cela ne s'avèrera cependant qu'un répit de courte durée avant le déclenchement de la guerre sino-japonaise début 1937.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.republicanchina.org/war.htm#Chang-Cheng-Zhi-Zhan Battles of the Great Wall
  2. http://www3.plala.or.jp/takihome/history.htm THE HISTORY OF BATTLES OF IMPERIAL JAPANESE TANKS
  • (en) Jonathan Fenby, Chiang Kai-shek : China's Generalissimo and the Nation He Lost, Carroll & Graf Publishers,‎ 2003 (ISBN 0-7867-1318-6)
  • Hsu Long-hsuen and Chang Ming-kai, History of The Sino-Japanese War (1937–1945) 2nd Ed., 1971. Translated by Wen Ha-hsiung, Chung Wu Publishing; 33, 140th Lane, Tung-hwa Street, Taipei, Taiwan Republic of China. Pg. 159-161.
  • 中國抗日戰爭正面戰場作戰記 (China's Anti-Japanese War Combat Operations)
    • Guo Rugui, editor-in-chief Huang Yuzhang
    • Jiangsu People's Publishing House
    • Date published : 2005-7-1
    • ISBN 7-214-03034-9
  • (en) Philipp Jowett, Rays of the Rising Sun, vol. 1 : Japan's Asian Allies 1931-45, China and Manchukuo, Helion and Company Ltd.,‎ 2005 (ISBN 1-874622-21-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]