Bataille de Rabaul (1942)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Rabaul
Soldats australiens (centre-droit) battant en retraite, Monts Baining, péninsule de Gazelle, fin janvier 1942.
Soldats australiens (centre-droit) battant en retraite, Monts Baining, péninsule de Gazelle, fin janvier 1942.
Informations générales
Date 23 janvier-février 1942
Lieu Rabaul, Nouvelle-Bretagne, Territoire de Nouvelle-Guinée
Issue Victoire japonaise
Belligérants
Drapeau de l'Australie Australie Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau de l'Australie John Scanlan Drapeau du Japon Shigeyoshi Inoue
Drapeau du Japon Tomitarō Horii
Forces en présence
1 400 soldats (Nouvelle-Bretagne)
130 soldats (Nouvelle-Irlande)
5 000 soldats (Nouvelle-Bretagne)
3 000-4 000 soldats (Nouvelle-Irlande)
Pertes
6 pilotes tués, 5 blessés
28 soldats tués
~ 1 000 capturés
16 tués
49 blessés
Seconde Guerre mondiale,
Guerre du Pacifique,
Campagne de Nouvelle-Guinée
Batailles
Campagne de Nouvelle-Guinée

Rabaul · Salamaua–Lae (1) · Mer de Corail · Buna-Gona (1) · Piste Kokoda · Baie de Milne · Goodenough · Buna-Gona (2) · Wau · Mer de Bismarck · I-Go · Salamaua–Lae (2) · Cartwheel · Monts Finisterre · Péninsule Huon · Bougainville · Nouvelle-Bretagne · Îles de l'Amirauté · Emirau · Take Ichi · Nouvelle-Guinée occidentale · Aitape–Wewak

La bataille de Rabaul (Opération R) sur l'île de Nouvelle-Bretagne dans territoire de Nouvelle-Guinée en janvier et février 1942 constitue une défaite stratégique significative des Alliés face aux forces de l'Empire du Japon dans le théâtre du Pacifique lors de la Seconde Guerre mondiale. Les combats ayant eu lieu dans l'île voisine de Nouvelle-Irlande sont aussi généralement considérés comme faisant partie de cette bataille.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Bretagne est protégée par une garnison de 1400 hommes de l'Australian Army connue sous le nom de Lark force et commandée par le lieutenant-colonel John Scanlan. Au sein de ce groupe, il y a 716 soldatsde première ligne de la Second Australian Imperial Force ainsi que des membres de l'armée de réserve australienne et des volontaires armés de Nouvelle-Guinée, des batteries de défense côtière, une batterie de défense antiaérienne et un corps d'ambulanciers.

La tache principal de la garnison est la protection de Vunakana, le principal aérodrome de la Royal Australian Air Force (RAAF) à proximité de Rabaul et un point d'amarrage d'hydravions situé non loin, dans la baie de Simpson. Ces sites sont stratégiques car c'est de là que partent les avions chargés de surveiller les mouvement japonais dans la région. Le contingent de la RAAF dispose d'une force de frappe réduite. Il possède seulement 10 CAC Wirraway disposant d'armement léger et quatre bombardiers légers Lockheed Hudson de l'esquadron 24 de la RAAF.

Une unité commando de 130 hommes est en poste sur l'île voisine de Nouvelle-Irlande

La force d'assaut Japonaise est constituée de la force des mers du sud sous le commandement du major général Tomitaro Horii

La bataille[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la suite de la prise du port de Rabaul, les Japonais le transforment en une imposante base militaire à partir de laquelle ils peuvent débarquer en Nouvelle-Guinée et ainsi menacer le territoire australien.

Liens externes[modifier | modifier le code]