Bataille de Pylos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Pylos
Informations générales
Date 425 av. J.-C.
Lieu Pylos (Grèce)
Issue Victoire athénienne
Belligérants
Athènes Sparte
Commandants
Démosthène Thrasymélidas
Brasidas
Forces en présence
50 navires
Plusieurs centaines de soldats
60 navires
Troupes inconnues
Pertes
Inconnues Inconnues
Guerre du Péloponnèse
Batailles
Sybota · Potidée · Chalcis · Patras · Naupacte · Mytilène · Tanagra · Étolie · Olpae · Idomene · Pylos · Sphactérie · Délion · Amphipolis · Mantinée · Hysiai · Mélos · Expédition de Sicile · Symi · Érétrie · Cynosséma · Abydos · Cyzique · Notion · Arginuses · Aigos Potamos
Cette boîte : voir • disc. • mod.

La bataille de Pylos se déroula en 425 av. J.-C. durant la guerre du Péloponnèse entre Athènes et Sparte.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au printemps 425, Sparte aida Messine à se révolter contre Athènes. Dans le même temps, elle lança une invasion de l'Attique menée par le roi Agis. Les Athéniens envoyèrent 50 navires en Sicile sous le commandement d'Eurymédon et Sophocle, avec l'ordre de rétablir la démocratie à Corcyre (Corfou) sur le trajet (Sparte avait envahi la ville avec soixante navires). Démosthène qui avait gagné peu de temps auparavant la bataille d'Olpae, put prendre place à bord d'un des navires. Une tempête obligea la flotte à s'abriter à Pylos, un excellent port naturel sur la côte du Péloponnèse à environ 70 km de Sparte, ce qui retarda le voyage vers Corfou. Ce détour arrangeait Démosthène qui voulait renforcer les fortifications de Pylos, prendre pied sur le Péloponnèse et encourager une rébellion des hilotes. Les commandants pensaient que c'était une perte de temps et d'argent, mais les soldats continuèrent malgré tout à fortifier la zone car le mauvais temps empêchait leur départ. Les fortifications furent finies en six jours et Démosthène resta sur l'île avec cinq navires tandis que la flotte poursuivait sa mission vers Corcyre et la Sicile.

Quand Sparte apprit qu'Athènes avait pris Pylos, ils retirèrent leur armée de l'Attique. Ils marchèrent sur Pylos et rappelèrent leur flotte de soixante vaisseaux afin qu'elle se dirige vers Pylos. Demosthène anticipa les actions spartiates et envoya deux de ses bateaux rappeler la flotte athénienne. Le port de Pylos était une grande baie dont l'ouverture était presque complètement bloquée par l'île de Sphacteria : il n'existait qu'un passage étroit de chaque côté de l'île pour entrer dans la baie. Les Spartiates prévoyaient de faire un blocus terrestre et maritime de la forteresse de Pylos, de contrôler les deux entrées du port afin d'empêcher la flotte athénienne d'entrer et de débarquer une troupe sur l'île. Le Spartiate Epitadas et une troupe de 440 hoplites furent débarqués sur Sphacteria, tandis que le reste de l'armée se prépara à prendre d'assaut les fortifications athéniennes de Pylos. Si la première attaque échouait, il serait obligé de se préparer à un long siège. Démosthène n'avait que peu d'hoplites à sa disposition. La plupart de ses troupes était des marins désarmés des trirèmes restantes. Il posta soixante de ses hoplites sur le point le plus faible des fortifications de la plage pensant que les Spartiates voudraient y débarquer. Le reste de ses troupes était sur le mur à l'intérieur des terres.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Quarante-trois bateaux spartiates, commandés par Thrasymelidas et Brasidas, essayèrent d'organiser un débarquement mais les troupes athéniennes tinrent leurs positions, aidées en cela par la côte rocheuse. Brasidas fut blessé, et les troupes spartiates, incapables d'enlever les fortifications de la plage, furent repoussées par les troupes athéniennes. Les Spartiates attaquèrent le fort trois jours plus tard, et commencèrent à collecter du bois pour construire des engins de siège après avoir échoué à prendre pied sur les murs.

Le troisième jour, le reste de la flotte athénienne revint. Ayant été renforcée par dix navires, elle comptait cinquante bateaux. Les Spartiates n'avaient pas bloqué les entrées de la rade et se préparèrent à affronter la flotte athénienne dans celle-ci. Ils pensaient en effet que l'étroitesse de la baie compenserait les plus grandes qualités maritimes des athéniens. La flotte athénienne engagea le combat et anéantit les navires spartiates. Les hoplites sur Sphactérie étaient donc totalement isolés. Les navires athéniens établirent une surveillance rapprochée de Sphactérie afin d'empêcher les Spartiates de s'enfuir.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Spartiates, incapables d'organiser une expédition de secours pour leurs troupes, demandèrent un armistice et envoyèrent des ambassadeurs à Athènes afin de négocier le retour de la garnison de l'île. Les Athéniens restèrent 72 jours à Pylos, période durant laquelle les ambassadeurs échouèrent à faire la paix. Les Athéniens envahirent finalement Sphactérie et capturèrent la garnison (voir Bataille de Sphactérie).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]