Bataille de Potidée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Potidée
Informations générales
Date -432
Lieu Potidée
Issue Victoire d'Athènes
Belligérants
Athènes Corinthe
Potidée
Commandants
Archestratus
Callias
Aristéas de Corinthe
Forces en présence
70 Bateaux
3 000 Hoplites
30 Cavaliers
2 000 Hoplites
Pertes
150 Hommes 300 Hommes
Guerre du Péloponnèse
Batailles
Sybota — Potidée — Chalcis — Patras — Naupacte — Mytilène — Tanagra — Étolie — Olpae — Idomene — Pylos — Sphactérie — Délion — Amphipolis — Mantinée — Hysiai — Mélos — Expédition de Sicile — Symi — Érétrie — Cynosséma — Abydos — Cyzique — Notion — Arginuses — Aigos Potamos
Cette boîte : voir • disc. • mod.

La bataille de Potidée ou siège de Potidée opposa Athènes à Corinthe et Potidée (colonie corinthienne) en 432 av. J.-C. vers Potidée, dans l'actuelle Grèce. Elle fut l'un des événements débouchant sur la guerre du Péloponnèse.

À l’Automne 433 av. J.-C., Athènes adresse un ultimatum à Potidée, ancienne colonie corinthienne faisant partie de la ligue de Délos[1]. Elle doit raser ses murs, livrer des otages et expulser les magistrats corinthiens. Potidée envoi une ambassade à Athènes pour empêcher, sans succès, son intervention. Elle envoie également une ambassade secrète à Sparte, accompagnée de Corinthiens, qui auraient obtenu la promesse d’une invasion de l’Attique si les Athéniens attaquaient Potidée.

Casque corinthien

En -432, Corinthe envoie une troupe de volontaires, Aristéas à sa tète, en appui à la ville de Potidée, ancienne colonie corinthienne, colonie d'Athènes. Le contingent corinthien, renforcé par des mercenaires en provenance de l'ensemble du Péloponnèse, comptait 1600 hoplites et quatre cents soldats d’infanterie légère. Arrivées vers le 15 juillet -432 en Thrace, soit environs 40 jours après le soulèvement Potidée[2], les troupes corinthiennes établirent leur campement sur l’isthme près d’Olynthe pour attendre les Athéniens.

Aristéas est désigné général de toute l'infanterie par les villes rebelles et le roi Perdiccas II de Macédoine prend la tête de deux cents cavaliers. En août, les Athéniens envoient près de deux mille hoplites et quarante navires, sous le commandement du général Callias et six cents cavaliers macédoniens sous le commandement de Philippos et Pausanias, reprendre la ville rebelle[3].

La bataille[modifier | modifier le code]

L'aile d'Aristéas et les troupes à ses côtés, transpercèrent les lignes ennemies qui leur faisaient face et mirent en fuite une partie des athéniens. Mais le reste des troupes (Potidéates et des Péloponnésiens) venue défendre Potidée fut vaincu par les Athéniens et du se réfugier à l'intérieur de la cité[4].

La cité se retrouvant totalement assiégée, Aristéas ne vit pas d'autre solution que la fuite, réussissant à s'échapper en Chalcidique par mer avec une partie de ses troupes. Il commanda quelques contre-attaques près de Sermylè, en Chalcidique et en Bottique avec les 1600 hommes reçus en renfort du Péloponnèse, réussit également à conquérir quelques villes[5]. À l'été -430, il fait partie d'une délégation en compagnie de quelques ambassadeurs lacédémoniens auprès de Sitalcès, roi des Odryses, peuple thrace, afin de les rallier à la cause corithienne et délivrer Potidée, toujours assiégée par les Athéniens depuis la fuite d'Aristéas.

Le fils de Sitalcès, Sadocos, convaincu par les athéniens, fit capturer Aristéas et les ambassadeurs, remit les prisonniers aux athéniens, qui furent reconduits à Athènes. Là, les Athéniens craignant Aristéas après ses actions et ses échecs en Thrace et à Potidée, le mirent à mort le jour même sans procès[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Début de la Guerre du Péloponnèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre du Péloponnèse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, Folio, 2000, 912p. ISBN|2070400689
  • Hérodote - Thucydide, Œuvres Complètes, Gallimard, 1964, 1904p. ISBN|2070102777

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Glotz, Robert Cohen, Pierre Roussel, Histoire grecque, Les Presses Universitaires de France,‎ 1925 (présentation en ligne)
  2. Thucydide, Guerre du Péloponnèse, Livre I, 60.
  3. Thucydide, Guerre du Péloponnèse, Livre I, 61.
  4. Thucydide, Guerre du Péloponnèse, Livre I, 62.
  5. Thucydide, Guerre du Péloponnèse, Livre I, 65.
  6. Thucydide, Guerre du Péloponnèse, Livre II, 67.