Bataille de Ponte Ferreira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 11′ N 8° 30′ O / 41.183, -8.5 La Bataille de Ponte Ferreira a opposé les troupes libérales et les troupes absolutistes de Michel Ier de Portugal le 23 juillet 1832 au lieu-dit de Ponte de Ferreira, dans la paroisse de Campo, municipalité de Valongo au Portugal. Elle s'inscrit dans le Siège de Porto pendant la Guerre civile portugaise (1828-1834).

Le combat s'est tenu autour d'un vieux pont en granit par lequel l'armée libérale envisageait de traverser la rivière Ferreira. L'armée de Michel Ier était constituée de près de 15 000 hommes alors que l'armée libérale en comptait 8000.

Outre l'artillerie, l'infanterie et la cavalerie portugaise, deux bataillons de mercenaires au service de Pierre IV du Portugal, l'un anglais, l'autre français, participèrent à cette bataille.

L'action débute le 17 juillet, avec de brèves escarmouches entre les deux armées dans les monts environnants et dans les rues de Valongo. Le 22 juillet, l'armée libérale reçoit l'ordre d'attaquer l'armée de Michel Ier qui se trouvait installée en ligne de bataille sur les monts situés devant les habitations de Granja, paroisse de Gandra, sur la marge opposée du Ferreira, paroisse de Paredes.

Les troupes absolutistes s'étaient positionnées sur une ligne allant jusqu'à Terronhas, paroisse de Recarei, municipalité de Paredes. L'extrémité droite de la ligne touchait la rive gauche de la rivière, à Balselhas, et était formée par la 3e brigade avec deux esquadrons de cavalerie et une pièce d'artillerie. L'armée était protégée par une colline abrupte.

Entre les deux armées se trouvait la rivière Ferreira, qui ne pouvait être traversée que par un vieux pont de granit au lieu-dit de Ponte de Ferreira. Le matin du 23 juillet, l'armée libérale reçoit l'ordre de le traverser. Durant plus de 12 heures, les deux armées vont s'affronter autour de ce pont sans qu'aucune ne prenne l'avantage, tout en déplorant nombre de morts et de blessés. La bataille tournera pourtant à l'avantage des absolutistes, ceux-ci empêchant les troupes libérales d'atteindre leurs objectifs.

Référence[modifier | modifier le code]