Bataille de Phoenix de Lycie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 16′ 55″ N 30° 15′ 39″ E / 36.28189, 30.26073 La bataille de Phœnix de Lycie (en arabe : معركة ذات الصواري ce qui romanisé donne Dhat Al-Sawari) ou la bataille des Mâts qui se déroule en 655 est un engagement naval décisif entre les Arabes conduits par Abd Allâh ibn Saad ibn Sarh et la flotte byzantine placée sous le commandement personnel de l'empereur Constant II.

Prélude[modifier | modifier le code]

Durant les années 650, le califat arabe achève l'invasion de l'Empire sassanide et continue son expansion victorieuse au sein de l'Empire romain d'Orient. En 645, Abdullah bin Sa'ad bien Abi'l Sarh est fait gouverneur de l'Égypte par son frère de lait, le calife Uthman ibn Affan qui remplace ainsi le gouverneur semi-indépendant Amru ben al-As qui n'envoie pas un tribut suffisant. Uthman permet à Muʿāwiya} de lancer un raid sur Chypre en 649 et le succès de cette campagne prépare le terrain pour le lancement d'activités navales par le gouverneur de l'Égypte. Abdullah bin Saad construit ainsi une marine puissance et démontre ses capacités en tant que commandant d'une marine. Durant son existence, la marine musulmane remporte de nombreuses batailles navales dont celle qui repousse la contre-attaque byzantine sur Alexandrie en 646[1].

En 655, Muʿāwiya entreprend une expédition en Cappadoce avec sa flotte sous le commandement d'Abdullah bin Saad. Elle avance le long des côtes sud de l'Anatolie. Il semble que l'empereur Constant considère la flotte comme le danger le plus important de cette invasion, c'est pourquoi il décide d'aller à sa rencontre avec une importante flotte.

La bataille[modifier | modifier le code]

Les deux marines se rencontrent près des côtes du mont Phœnix en Lycie près du port de Phœnicus (aujourd'hui Finike). Selon le chroniqueur du IXe siècle Théophane le Confesseur, alors que l'empereur se prépare pour la bataille, la nuit précédente, il rêve qu'il se trouve à Thessalonique. Il relate son rêve à interpréteur de rêve qui lui dit que la victoire penche pour les ennemis de l'empereur[2].

Finalement, la bataille est une victoire pour les Arabes bien que les pertes soient élevées des deux côtés. Constant réussit de justesse à fuir vers Constantinople[3]. Selon Théophane, il réussit à prendre la fuite en échangeant son uniforme avec celui de l'un de ses officiers[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Bien que la flotte arabe se replie à la suite de cette victoire[3], la bataille de Phœnix de Lycie est une étape importante dans l'histoire de la Méditerranée byzantine et arabe. En effet elle établit la supériorité des arabes sur la mer aussi bien que sur terre. Au cours des quatre prochains siècles, la Méditerranée devient le théâtre des affrontements entre arabes et Byzantins. Cependant, à la suite de ce désastre, les Byzantins bénéficient d'un répit dû à l'éclatement d'une guerre civile au sein de l'Empire arabe. Cela donne le temps à Constant de réorganiser les défenses byzantines, surtout en Méditerranée occidentale et au sein de l'exarchat de Carthage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carl F. Petry (ed.), The Cambridge History of Egypt, Volume One, Islamic Egypt 640-1517, Cambridge University Press, 1998, 67.
  2. a et b Théophane le Confesseur, Chronographia, in J.P. Migne, Patrologia Graeca, vol.108, col.705
  3. a et b Warren Treadgold, A history of the Byzantine State and Society, Stanford University Press 1997, p. 314.