Bataille de Nuremberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Nuremberg (homonymie).
Bataille de Nuremberg
Soldats américains de la 3e division d'infanterie progressant à travers Nuremberg dévastée.
Soldats américains de la 3e division d'infanterie progressant à travers Nuremberg dévastée.
Informations générales
Date 16-20 avril 1945
Lieu Nuremberg, Allemagne
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Naval Ensign of Russia.svg Armée Vlassov
Commandants
Drapeau des États-Unis Alexander Patch Drapeau de l'Allemagne Karl Holz
Forces en présence
Drapeau des États-Unis 45 000 hommes Drapeau de l'Allemagne 7 000 hommes
Campagne d'Allemagne,
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne d'Allemagne de 1945

Blackcock · Veritable · Grenade · Lumberjack · Undertone · Pont de Remagen · Traversée du Rhin · Varsity · Poche de la Ruhr · Francfort · Cassel · Heilbronn · Nuremberg · Hambourg · Amherst · Archway


Front d’Europe de l’Ouest


Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

La bataille de Nuremberg est un épisode de la campagne d'Allemagne de 1945 pendant la Seconde Guerre mondiale livrée à Nuremberg, ville symbolique du Troisième Reich, du 16 au 20 avril 1945. Après la fin du conflit, dans les années 1950, un lent processus de reconstruction débutera, achevé en grande partie en 1966.

Les bombardements alliés sur la ville[modifier | modifier le code]

Un Boeing B-17 Flying Fortress lâche ses bombes sur Nuremberg, février 1945.

Dès 1933, le régime nazi avait exploité le prestigieux passé de Nuremberg au profit des gigantesques manifestations et rassemblements destinés à marquer l'opinion publique par leur importance et organisés dans le complexe du Reichsparteitagsgelände, et cela, jusqu’en 1938.

C'est probablement une des raisons qui motivèrent les Alliés, en plus de son importance industrielle, à bombarder massivement la ville, notamment le 2 janvier 1945. Ces bombardements détruisirent presque complètement le centre historique de Nuremberg. Dès lors, les Américains pouvaient lancer un assaut terrestre contre la ville.

éléments de contexte politique et militaire[modifier | modifier le code]

Proclamée « ville des rassemblements du parti du Reich », la ville doit être défendue coûte que coûte, selon Hitler[1].

Refusant l'inéluctable (la capitulation), le Gauleiter Karl Holz tente de repousser les troupes américaines. Parfaitement conscient de la réalité de la situation politique et militaire[2], il continue de ratisser les organisations nazies pour lever de nouvelles troupes (il rapporte ainsi dans son rapport du 17 avril avoir constitué un régiment composé de membres de la jeunesse hitlérienne[2]) et à menacer des pires sanctions (exécution sommaire, dynamitage des maisons) toute tentative de reddition, conformémment aux consignes de Himmler[3]).

Dans les jours qui suivent alors que la bataille fait rage, Holz envoie plusieurs télégrammes à Hitler, le dernier pour son anniversaire, qui lui valent d'être décoré de la Croix d'or de l'ordre allemand[4].

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Un char détruit servant de couverture à la progression des troupes américaines.

La bataille vit de féroces combats urbains pour son contrôle et les Américains en prirent finalement contrôle après 4 jours de combats, malgré le fait que les Allemands étaient dépassés numériquement. Cependant, refusant toute capitulation Karl Holz, qui coordonne la défense de la ville, ordonne aux unités SS présentes dans la ville, de tirer sur tous ceux qui souhaitent se rendre ou agitent un drapeau blanc[4]. Les bombardements et la bataille qui s'ensuivit dévastèrent considérablement la ville. Le gauleiter Karl Holz, tué pendant les combats pour le contrôle des ruines du siège de la police[4], est remplacé par le colonel Wolf qui estime que la ville est perdue et ordonne à 11h00 le 20 avril à ses hommes de cesser le combat. Dans la soirée du 20 avril, le drapeau américain est hissé sur l'Adolf-Hitler-Platz.

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

La destruction symbolique par explosifs de la Svastika nazie flottant au-dessus du Reichsparteitagsgelände de Nuremberg le 25 avril 1945.

La prise de la ville symbolique Nuremberg porte ainsi un coup dur au moral des troupes allemandes, déjà au plus bas depuis les derniers revers de 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Fin, p. 387
  2. a et b La Fin, p. 411
  3. La Fin, p. 415
  4. a, b et c La Fin, p. 412

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]