Bataille de Neuve-Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille de Neuve Chapelle)
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Neuve-Chapelle
Positions après la bataille en mai 1915
Positions après la bataille en mai 1915
Informations générales
Date du 10 mars au 12 mars 1915
Lieu Neuve-Chapelle, France
Issue Victoire tactique britannique mais défaite stratégique britannique
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de l'Empire britanniques des Indes Inde britannique
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni John French Drapeau de l'Allemagne Rupprecht de Bavière
Forces en présence
Drapeau du Royaume-Uni 4 divisions
40 000 hommes
Drapeau de l'Allemagne 2 divisions
Pertes
11 200 tués, blessés ou disparus 10 600 tués, blessés ou disparus
Première Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l’Ouest

Liège (8-1914) · Frontières (8-1914) · Anvers (9-1914) · Grande Retraite (9-1914) · Marne (9-1914) · Course à la mer (9-1914) · Yser (10-1914) · Ypres (10-1914) · Messines (10-1914) · Givenchy (12-1914) · 1re Champagne (12-1914) · Hartmannswillerkopf (1-1915) · Neuve-Chapelle (3-1915) · 2e Ypres (4-1915) · Artois (5-1915) · Festubert (5-1915) · Linge (7-1915) · 2e Artois (9-1915) · 2e Champagne (9-1915) · Loos (9-1915) · Verdun (2-1916) · Hulluch (4-1916) · 1re Somme (7-1916) · Fromelles (7-1916) · Arras (4-1917) · Vimy (4-1917) · Chemin des Dames (4-1917) · 3e Champagne (4-1917) · 2e Messines (6-1917) · Passchendaele (7-1917) · Cote 70 (8-1917) · 2e Verdun (8-1917) · Cambrai (11-1917) · Offensive du printemps (3-1918) · Lys (4-1918) · Aisne (5-1918) · Bois Belleau (6-1918) · 2e Marne (7-1918) · 4e Champagne (7-1918) · Château-Thierry (7-1918) · Le Hamel (7-1918) · Amiens (8-1918) · Cent-Jours (8-1918) · 2e Somme (9-1918) · Bataille de la ligne Hindenburg · Meuse-Argonne (10-1918) · Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

Coordonnées 50° 35′ N 2° 47′ E / 50.583333333333, 2.783333333333350° 35′ Nord 2° 47′ Est / 50.583333333333, 2.7833333333333  

Neuve-Chapelle a été le théâtre de violents combats en mars 1915 lors de la Première Guerre mondiale. Ces combats ont laissé des séquelles pour partie encore visibles dans le paysage et encore bien présents dans les sols qui livrent régulièrement de dangereuses munitions non-explosées nécessitant l’intervention de démineurs.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Neuve-Chapelle est un petit village situé entre Béthune et Lille. Il est à environ 32 km au sud d'Ypres. Cette première attaque britannique en janvier 1915 par Douglas Haig, à cette époque à la tête de la Première Armée. Son intention est de s'emparer des lignes allemandes formant un saillant puis du village lui-même afin de se positionner sur la crête d'Aubers, le seul point haut de la région. Cette capture pourrait permettre de perturber les lignes de communications allemandes entre La Bassée et Lille.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Photographie prise par un soldat allemand du champ de bataille de Neuve-Chapelle, le 12 mars 1915

Les troupes britanniques sont en nette supériorité numérique. Les six divisions de Haig de la Première armée positionnée sur un front de 20 km de longueur font face à deux divisions du VIIe corps allemand. Cependant toutes les forces britanniques ne participent pas à la bataille de Neuve-Chapelle. L'attaque est effectuée par des unités de la 8e et 7e division indienne. L'armée britannique utilise pour la première fois un barrage roulant, les canons concentrent leur feu sur une seule cible, puis sur une autre selon un chronométrage préparé tandis que l'infanterie progresse afin d'occuper le terrain préalablement bombardé. Les différentes batteries reçoivent une liste des cibles et le chronométrage détaillé du bombardement. Bien que l'artillerie soit limitée par un manque de munitions, la concentration de batteries autour de Neuve-Chapelle est impressionnante. Selon l'histoire officielle, il y a 530 canons ou obusiers à la disposition de la Première Armée, avec plus de 216 000 obus, soit une moyenne de plus de 400 coups par arme à feu.

Neuve Chapelle, une révolution pour la guerre[modifier | modifier le code]

D'autres innovations sont également été essayées : des cartes sont publiées, sur lesquelles les objectifs à prendre sont marqués (en ligne rouge, bleue...). Des plans sont mis en place pour un programme de bombardement par avion. Cette organisation est mise en place dès le premier jour de la bataille, bien que le mauvais temps empêche la réalisation des objectifs. Le secret sur l'attaque est très bien entretenu, la surprise ayant été totale le jour de l'offensive. En fait, comme le dit l'histoire officielle, toutes les offensives ultérieures étaient fondées sur les méthodes développées par la Première Armée de Neuve-Chapelle, avec bien évidemment l'introduction d'améliorations. Il convient de rappeler que le commandant de la Première Armée est Sir Douglas Haig qui met en place avec son état-major les plans de cette opération sans aucune expérience de la guerre des tranchées. Les résultats sont mitigés (cela sans doute à cause d'un trop grand optimisme dans le choix des objectifs initiaux).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]