Bataille de Ndjamena (2008)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Ndjamena.
Bataille de Ndjamena
Informations générales
Date 2-4 février 2008
Lieu Ndjamena, Tchad
Issue Victoire gouvernementale
Belligérants
CMU Flag of Chad.svg Tchad
Flag of France.svg France
Commandants
Fizani Mahadjir
Mahamat Nouri
Abdelwahid About Makaye
Acheikh Ibn Oumar
Timan Erdimi
Flag of Chad.svg Idriss Déby
Forces en présence
2000 rebelles
250 technicals[1]
Flag of Chad.svg
2000-3000 soldats[2]
20 chars T-55
3 hélicoptères Mil Mi-24
Flag of France.svg
plusieurs soldats français de l'EUFOR[3]
Pertes
200-300 morts
135 capturés
inconnues
Guerre civile tchadienne (2005)
Batailles
Bataille d'Adré - Bataille de Borota - 1re bataille de Ndjamena - Bataille d'Abou Goulem - Bataille de Massakory - Bataille de Massaguet - 2de bataille de Ndjamena - Bataille d'Am Zoer - Bataille d'Am Dam - Bataille de Tamassi

La bataille de Ndjamena est une bataille qui eut lieu du 2 au 4 février à Ndjamena, durant la guerre civile tchadienne.

Elle oppose les forces rebelles coalisées de l'UFDD (Union des forces pour la Démocratie et le développement) de Mahamat Nouri, de l'UFDD-Fondamentale d'Abdelwahid About Makaye et d'Acheikh Ibn Oumar et du RFC (Rassemblement des forces démocratiques) de Timan Erdimi, réunies sous un commandement militaire unifié commandé par le colonel Fizani Mahadjir, à l'armée nationale tchadienne (ANT), commandée par le président Idriss Déby.

Après plusieurs défaites loyalistes, cette bataille se termine enfin par une victoire gouvernementale qui sauve le régime d'Idriss Deby.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les accords de paix signés à Syrte en Libye le 25 octobre 2007 entre les différentes factions tchadiennes étant restés lettres mortes, Mahamat Nouri tente dès le mois de novembre une offensive contre le gouvernement tchadien.

Les 26 et 27 de ce mois, ses troupes se heurtent à celles de l'ANT, commandées par Idriss Déby et subissent un revers à la bataille d'Abou Goulem. En janvier 2008, les rebelles repartent à l'assaut, mais cette fois le RAFD et l'UFDD-Fondamentale se joignent à l'offensive et trois colonnes, composées chacune de plusieurs centaines de véhicules tout-terrain franchissent la frontière soudanaise et se dirigent vers Ndjamena.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Après une traversée depuis le Soudan voisin, le 2 février les rebelles parviennent à entrer dans la capitale, Ndjamena et se dirigent vers le palais présidentiel où se déroulent d'importants combats avec les forces gouvernementales.

Le 4 février, Idriss Déby qui dispose d'un avantage matériel certain sur ses adversaires car il peut aligner trois hélicoptères et plusieurs chars T-55, repousse les rebelles et sauve son gouvernement. Ces derniers ne concèdent toutefois pas de défaite et battent alors en retraite vers Mongo et Bitkine. Le lendemain, le 5 février, les rebelles déclarent un cessez-le-feu.

L'armée française et ses portes-paroles Bernard Kouchner et Hervé Morin se déclarent défavorables à cette prise de pouvoir. Cependant, l'attitude des soldats français reste à la neutralité bien qu'elles aident les forces gouvernementales tchadiennes à sécuriser l'aéroport de Ndjamena afin d'évacuer les ressortissants étrangers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chad: caught in the Darfur crossfire, Le Monde diplomatique
  2. (en) Chad troops battle against rebels, BBC News, 3 février 2008
  3. (en) French troops, Chadian rebels exchange fire near airport, India eNews, 4 février 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]