Bataille de Mylae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Mylae
Carte des îles Éoliennes
Carte des îles Éoliennes
Informations générales
Date Août 260 av. J.-C.
Lieu Au large de Mylae, Sicile
Issue Victoire de la République romaine
Belligérants
République romaine Carthage
Commandants
Caius Duilius Nepos Hannibal Gisco
Forces en présence
environ 103 navires environ 130 navires
Pertes
inconnues 45 navires coulés ou capturés
Première Guerre punique
Batailles
Messine · Agrigente · Îles Lipari · Mylae · Sulci · Tyndaris · Cap Ecnome · Adys · Tunis · 1re Panormus · 2e Panormus · Drepanum · Lilybée · Drepana · Mont Héricté · 1re Mont Eryx · 2e Mont Eryx · Îles Égates
Coordonnées 38° 13′ 00″ N 15° 14′ 00″ E / 38.21667, 15.2333338° 13′ 00″ Nord 15° 14′ 00″ Est / 38.21667, 15.23333  

Géolocalisation sur la carte : Sicile

(Voir situation sur carte : Sicile)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Mylae.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Mylae.

La bataille de Mylae est le deuxième affrontement naval opposant romains et carthaginois pendant la première Guerre punique. Elle se déroule en août 260 av. J.-C.[1] au large de Mylae, sur la côte nord de la Sicile. C'est la première grande victoire obtenue sur mer par Rome, alors que jusque-là elle passait pour n'être qu'une puissance terrestre, contrairement à Carthage. La bataille n'est pas décisive, mais elle donne confiance aux Romains quant à leurs capacités navales et leur permet de progresser vers la Sardaigne.

Première bataille[modifier | modifier le code]

Environ 130 bateaux carthaginois rencontrèrent la première grande flotte construite par les Romains sur le modèle d'un navire ennemi capturé commandée par le consul Caius Duilius Nepos composé d'un nombre approximativement semblable de navires.

Comme les Romains se sentaient peu assurés de la maniabilité des navires et encore moins de la technique des marins, Caius Duilius inventa une machine de guerre, le corbeau, sorte de passerelle munie de crocs qu'on abattait sur le navire adverse pour en entreprendre à moindres risques l'abordage.

Ils transformaient ainsi le combat naval en une série de batailles d'infanterie où ils étaient passés maître.

Les Carthaginois perdirent 45 bateaux dont 30 capturés et furent vaincus.

Ce fut la première victoire navale de Rome.

Deuxième bataille[modifier | modifier le code]

Une deuxième bataille de Mylae eut lieu en 36 av. J.-C. opposant Agrippa à Sextus Pompée aboutissant à la victoire du premier, Sextus Pompée devant fuir vers le nord-ouest de la Sicile

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lincoln P. Paine, Warships of the World to 1900, Houghton Mifflin Harcourt,‎ 2000 (ISBN 9780547561707, présentation en ligne)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yann Le Bohec, L'Histoire militaire des guerres puniques, Editions du Rocher, coll. « L'Art de la Guerre »,‎ 2003, 345 p.
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'Histoire, Marines Éditions,‎ 2011, 620 p.
  • Amiral Lepotier, Marseille-Fos et le Grand Delta, éd. France-Empire, Paris 1976, p. 48-49.
  • Histoire de la Rome antique, les armes et les mots, Lucien Jerphagnon, éd. Taillandier, 1987, p. 59