Bataille de Monastir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Monastir
Informations générales
Date 15 septembre 1916
Lieu Monastir, Macédoine
Issue Victoire franco-serbe
Belligérants
Drapeau bulgare Royaume de Bulgarie Drapeau français France
Drapeau : Royaume de Serbie Royaume de Serbie
Commandants
Drapeau de la Bulgarie Ferdinand Ier Drapeau de la France Sarrail
Drapeau : Serbie Živojin Mišić
Forces en présence
26 bataillons
146 pièces d'artillerie
75 bataillons
580 pièces d'artillerie
Première Guerre mondiale

La bataille de Monastir (Bitola) a eu lieu du 12 septembre 1916 au 19 novembre 1916 en Macédoine. Elle permet aux troupes françaises et serbes, commandée par le général Sarrail, de percer les lignes bulgares, d'atteindre la vallée de la Cerna.

Prélude[modifier | modifier le code]

Carte moderne

À partir de mars 1916, le général Sarrail s'aperçoit que les forces d'interposition grecques se dégarnissent, vraisemblablement à la suite d'accords entre les Grecs, les Allemands et les Bulgares. Le 4 mai, il fait envoyer un fort détachement sur Flórina en direction de Monastir pour prévenir tout débordement des troupes germano-bulgares vers l'ouest. Le 27 mai, les Bulgares pénètrent en territoire grec. Dans un premier temps, ils prennent, avec l'assentiment des Grecs, le fort du Rupel, sur la route de Salonique à Serrès, qui commande toute la Macédoine orientale.

Du côté des empires centraux[modifier | modifier le code]

  • En août 1916, les Bulgares, attaquant aux deux ailes, sur le territoire grec, s'emparent à gauche de Florina, et, à droite, marchent sur Drama et Cavalla que leur abandonnent les contingents grecs.

Du côté des Alliés[modifier | modifier le code]

  • L'armée serbe, reconstituée à Corfou par les soins de la France, a été, en avril et mai, transportée en Chalcidique.
  • L'armée d'Orient sous les ordres du général Sarrail compte plus de 300 000 hommes (100 000 serbes, 80 000 français, 80 000 anglais et d'importants détachements russes, italiens et grecs).

La bataille[modifier | modifier le code]

Préparation[modifier | modifier le code]

Vers la fin de juillet, les Serbes, sur les pentes des monts Moglena, ont quelques succès contre les Bulgares. Au milieu d'août, les Français (17e DIC) du général Cordonnier s'emparent de la gare de Doiran et de plusieurs villages au pied du mont Belès.
Après une phase défensive autour de Doiran, de la Strouma et du Vardar pendant laquelle ils connaissent un certain nombre de problèmes de coordination, le 20 août, les Alliés reprennent l'initiative. Le plus haut sommet de la Moglena, le Kaymakchalan, qui domine la plaine de Salonique, est conquis par les Serbes. Ceux-ci empêchent les Bulgares de couper la route de Monastir par la bataille d'Ostrovo (Vegoritida), le 28 août.

Prise de Monastir[modifier | modifier le code]

La tentative d'enveloppement des Bulgares étant avortée et, rassuré par le gouvernement provisoire de Venizelos, le général Sarrail reprend l'offensive le 12 septembre.
Les Anglais et les Italiens avancent sur la Strouma et sur les flancs du mont Belès. Les Français progressent dans la vallée du Vardar et les Serbes à l'ouest du lac Ostrovo.
Le 15 septembre, les Serbes battent les Bulgares en leur prenant 32 canons et les rejettent au-delà de la rivière Brod. Le 18, avec l'aide des Russes, les Français entrent dans Florina et le 30, les Bulgares abandonnent définitivement aux Serbes le massif fortifié du Kaïmackalan.
Après un premier repli dans la boucle de la Cerna avec une perte de 3 000 prisonniers et 24 canons, les troupes bulgaro-allemandes se replient précipitamment, et le 19 novembre, la cavalerie française entre dans Monastir.

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la fin de 1916, le front passe donc sur les hauteurs qui dominent le camp retranché, notamment au sud du lac Doiran, dans la vallée du Vardar, au-dessus de Gevgueli, sur les crêtes de la Moglena autour de Monastir et de la boucle de la Tcherna jusqu'au lac Prespa. Les Allemands et les Bulgares se fortifient sur ces positions dominantes.

Parallèlement, et pour faire cesser l'attitude ambiguë du roi et du gouvernement grecs, les troupes du général Sarrail investissent Athènes le 2 décembre.

Divers[modifier | modifier le code]

L'offensive reprendra le 15 septembre 1918 - Bataille de Dobro Polje -

Sources[modifier | modifier le code]

Histoire de la Grande Guerre - Victor Giraud -