Bataille de Medina de Rioseco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Medina del Rio Seco
Batalla de Medina de Rioseco.jpg
Informations générales
Date 14 juillet 1808
Lieu Medina de Rioseco
Nord de Valladolid, Espagne
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Espagne Espagne
Commandants
Jean-Baptiste Bessières Joaquín Blake y Joyes
Gregorio Garcia de la Cuesta
Forces en présence
13 000 hommes
32 canons
24 000 réguliers et miliciens
20 canons
Pertes
1 100 morts ou blessés 1 100 morts
2 000 blessés ou disparus
150 prisonniers
Guerre d'indépendance espagnole
Batailles
Insurrection espagnole (1808)

Dos de Mayo · Tolède · Bruc · Valdepeñas · Pont d'Alcolea · Port de Cadix · Olhão · Cabezón · Saragosse (1er) · Valence (1er) (es) · Medina del Rio Seco · Bailén · Évora (pt) · Roliça · Vimeiro

Convention de Cintra ‎
Coordonnées 41° 53′ 00″ N 5° 02′ 00″ O / 41.88333, -5.0333341° 53′ 00″ Nord 5° 02′ 00″ Ouest / 41.88333, -5.03333  

Géolocalisation sur la carte : Castille-et-León

(Voir situation sur carte : Castille-et-León)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Medina de Rioseco.

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Medina de Rioseco.

La bataille de Medina de Rioseco fut disputée pendant la guerre d'Espagne le 14 juillet 1808 et aboutit à la défaite écrasante de la seule armée espagnole capable de défendre la Vieille-Castille contre les Français.

Situation en Espagne Du Nord[modifier | modifier le code]

Les récentes opérations françaises dans la région étaient bien loin des attentes de Napoléon. En juin, la colonne avancée de Jean-Baptiste Bessières tente de marcher sur Santander afin de sécuriser les communications françaises et garder la côte d'un possible débarquement britannique. Accablé par une résistance massive de la région, Bessières est forcé de tourner les talons.

Napoléon engage alors encore plus de troupes et formule une nouvelle stratégie. En juillet il ordonne à Bessières de renouveler son offensive à l'Est. En face des Français se trouve le général Joaquín Blake y Joyes, qui dans un partenariat difficile avec le Général Cuesta, rassemble une armée hétéroclite de recrues, miliciens et soldats réguliers en provenance de garnisons provinciales isolées. À eux deux les généraux espagnols commandent environ 24 000 hommes. Cette force prend position sur une faible élévation près de Medina del Rio Seco.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet des éléments des deux divisions de l'armée de Bessières donnent l'assaut à la crête. La plupart des Espagnols combattent avec une volonté inflexible, infligeant aux Français des pertes de plus de 1 000 hommes, mais la fragile armée de Blake est finalement brisée par les assauts déterminés de l'ennemi et est mise en déroute vers l'ouest. Si quelque blâme doit être porté dans cette défaite, ce ne peut être que sur Cuesta, qui pour des raisons peu claires refuse de déployer ses 6 500 hommes.

Suites de la bataille[modifier | modifier le code]

À la suite de Medina del Rio Seco, Bessières capture aisément Léon et Zamora. Les Français se rendent coupables de sauvages représailles contre les prisonniers aussi bien qu'envers la population des villes voisines, qui ironie du sort, étaient parmi les très rares villes à n'avoir pas été emportées par des soulèvements populaires.

La victoire de Bessières apporta une grande amélioration à la position stratégique de l'armée française dans le nord de l'Espagne. Enchanté, Napoléon affirmera: « Si le maréchal Bessières a été capable de battre l'Armée de Galice avec si peu de pertes et peu d'efforts, le général Dupont sera capable de renverser n'importe qui il pourrait rencontrer »[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tout le sel de la citation réside dans le fait que quatre jours plus tard, le général Dupont se faisait battre à Bailén par les Espagnols et se soumettait avec 20 000 hommes à une capitulation humiliante pour les Français. Voir Bataille de Bailén. Le commandement français fut pris de panique et ordonna une retraite générale jusqu'à l'Ebre, défaisant l'œuvre durement acquise de Bessières.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Jeux de simulations historiques[modifier | modifier le code]