Bataille de Marianna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Marianna
Informations générales
Date 27 septembre 1864
Lieu Marianna
Issue Victoire de l’Union
Belligérants
US flag 34 stars.svg États-Unis (Union)
Second national flag of the Confederate States of America.svg États confédérés
Commandants
Brigadier Général Alexander Asboth Colonel Alexander B. Montgomery
Forces en présence
700 300-400
Pertes
8 tués, 19 blessés et 10 prisonniers 10 tués, 16 blessés et 41 prisonniers
Guerre de Sécession
Batailles
Fort Sumter — Bull Run (1re) — Shiloh — Campagne Péninsulaire — Bull Run (2e) — Antietam — Fredericksburg — Stones River — Chancellorsville — Gettysburg — Vicksburg — Chickamauga — Chattanooga — Wilderness — Spotsylvania — Petersburg — Five Forks — Appomatox
Coordonnées 30° 46′ 35″ N 85° 14′ 17″ O / 30.77638889, -85.23805556 ()30° 46′ 35″ Nord 85° 14′ 17″ Ouest / 30.77638889, -85.23805556 ()  

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Marianna.

Géolocalisation sur la carte : Floride

(Voir situation sur carte : Floride)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Marianna.

La Bataille de Marianna est une petite bataille ayant eu lieu le 27 septembre 1864 dans la région du panhandle dans l’État de Floride aux États-Unis durant la guerre de Sécession. La bataille représente le point culminant de différentes opérations de la cavalerie de l’Union dans le nord de la Floride. L’armée de l’union remporte la bataille contre des milices confédérées défendant la ville de Marianna.

Origines[modifier | modifier le code]

Marianna, la résidence de John Milton, le gouverneur de Floride, un fervent partisan des États confédérés, était un lieu important pour le recrutement des Confédérés. À la fin 1864, il s’agissait de la plus grande ville de Floride à toujours être dans les mains des Confédérés. Un petit raid de l’armée de l’Union en juillet 1964 avait déjà mis en avant la vulnérabilité de la ville face à une attaque plus importante. Le 18 septembre 1864, une colonne à cheval de 700 hommes commandée par le Brigadier Général Alexander Asboth prit le départ de Fort Barrancas près de la ville de Pensacola. La colonne prit la direction de l’est pour une campagne dans le nord-ouest de la Floride. La cavalerie des Confédérés de Floride n’avait pas de bons moyens d’informations et ne savaient pas déterminer aisément la force mise en marche et le rappel des troupes de réserves confédérées pris trop de temps pour réagir efficacement. Les troupes de l’Union avançaient facilement en ayant quelques accrochages avec des milices confédérées locales. Elle captura quelques miliciens le 23 septembre à Eucheeana. Pour semer le trouble quant à ses intentions premières, Aboth avait envoyé un détachement détruire un ferry sur la Choctawhatchee River pour y faire diversion. Le 26 septembre, ses troupes s’accrochèrent à la cavalerie des Confédérés commandée par le capitaine Alexander Godwin à proximité de Campbellton à quelques kilomètres seulement de Marianna. Après les combats, Asboth ordonna l’arrêt des troupes pour qu’elles se reposent en préparation du combat prévu le lendemain à Marianna. Les Confédérés ne savaient pas encore ce qu’allaient faire l’Union car Campbellton aurait pu les mener à différents endroits et pas seulement à Marianna.

Bataille[modifier | modifier le code]

Le matin du 27 septembre, la colonne nordiste entra dans Marianna. Le colonel sudiste Montgomery savait enfin que la cible était bien Marianna en voyant l’avancée des troupes. Il rappela ses forces de réserve et commença à placer ses hommes dans la rue principale (West Lafayette street de nos jours) pour y tendre une embuscade. Il envoya également des cavaliers en dehors de la ville pour prendre à revers les nordistes.

Asboth lança le plus gros de ses troupes dans la rue principale bien qu’il envoya également des cavaliers en dehors de la ville. Ceux-ci tombèrent sur les cavaliers des Confédérés ce qui fit comprendre à Asboth qu’il allait droit dans un piège. Néanmoins, il était déjà impossible de faire demi-tour.

Asboth fut blessé au visage et plusieurs de ses officiers furent abattus par les miliciens sudistes cachés dans la ville. La cavalerie nordiste prit toutefois le dessus sur la cavalerie ennemie et celle-ci prit rapidement la fuite en laissant derrière elle la milice et l’infanterie à pieds dans la ville. Le Colonel Montgomery fut capturé en essayant de s’enfuir. Les combats se poursuivirent dans la ville mais les sudistes, moins nombreux, furent rapidement mis hors de combat. L’église de la ville fut détruite lors de l’attaque à l’encontre des Confédérés qui s’y étaient retranchés.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le bilan de la bataille pour les sudistes est de dix morts, seize blessés et 54 prisonniers dont treize furent relâchés. Parmi les blessés se trouvait le dentiste Thaddeus Hentz, le fils de la célèbre écrivaine Caroline Lee Hentz.

Le bilan chez les nordistes se monte à huit morts, 19 blessés et dix prisonniers. Le Brigadier Général Asboth faisait lui même partie des blesses. Avant cette guerre, ce dernier s’était déjà mis en avant lors de la Révolution hongroise de 1848 en Europe. Ses blessures ne se seront jamais totalement effacées et il mourra en 1868 de leurs effets.

Vu les pertes importantes notamment dans le rang des officiers, le plan initial qui devait conduire Asboth vers le sud près de la St. Andrews Bay fut annulé. La colonne fit demi-tour en libérant toutefois 600 esclaves et en capturant 17 wagons remplis d’armes, 200 chevaux et 400 têtes de bétail. Au total, en comptant les escarmouches sur la route du retour, la colonne captura près de 96 soldats confédérés. Les Confédérés étaient trop peu nombreux et trop éloignés pour pouvoir poursuivre les assaillants. Il faudra des dizaines d’années pour que la région récupère des dégâts occasionnés par le raid d’Asboth.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]