Bataille de Magetobriga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Magetobriga
Informations générales
Date vers 60 av. J.-C.
Lieu Magetobriga
Issue Victoire germanique
Belligérants
Celtes
(Éduens, Séquanes et alliés)
Germains
(Suèves et alliés)
Commandants
inconnu Arioviste
Forces en présence
inconnues inconnues
Pertes
inconnues inconnues
Guerre des Gaules
Batailles
Magetobriga (60) • Arar (58) • Cavillonum (58) • Bibracte (58) • Ochsenfeld (58) • L'Aisne (57) • Le Sabis (57) • Octodure (57) • Morbihan (navale) (56) • Vernix (56) • Expédition de Bretagne (55 et 54) • Aduatuca (54) • Avaricum (52) • Gergovie (52) • Lutèce (52) • Alésia (52) • Uxellodunum (51)

La bataille de Magetobriga (ou Admagétobrige) est un épisode de la confrontation entre Celtes et Germains lors des migrations germaniques du Ier siècle av. J.-C.. Elle a opposé des Germains conduits par Arioviste et majoritairement suèves, à une coalition gauloise s'efforçant de les repousser.

Références historiographiques[modifier | modifier le code]

Les sources dont nous disposons se limitent à deux textes contemporains :

Ni le lieu de la bataille, ni sa date exacte ne sont formellement précisés. Elle a probablement été livrée en Alsace, peut-être vers Sélestat comme l'avance L.-A. Constans. Du texte de César on peut déduire qu'elle a eu lieu vers 62-60 avant J.-C.. Les seules informations certaines concernent les belligérants, une coalition gauloise emmenée par les Eduens, et l'issue de la bataille, la nette victoire des Germains d'Arioviste qui s'installent au nord du pays séquane.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme « Magetobriga » est composé d'un premier élément sans doute dérivé du gaulois magos (lieu de marché) et de briga (forteresse sur une hauteur, oppidum). "Magetobriga" signifierait donc "La Forteresse du marché". Dans le texte du Bellum Gallicum (Livre I, 31), le ad qui précède fait difficulté car cette préposition est toujours suivie d'un accusatif. Or, le nom de lieu est au datif (magetobrigae). Peut-être serait-il préférable de lire Admagetobriga.

Hypothèses chronologiques et toponymiques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Migrations germaniques.
Extension de l'aire de répartition des peuples germaniques du Ier siècle av. J.-C. au IIIe siècle

Schématiquement, deux thèses se dégagent dans la chronologie de la première migration des Suèves :

  • Pour les tenants de la thèse « gauloise », plus simple et vraisemblable, il s'agit de la bataille dont César fait état dans ses Commentaires. Cette seconde bataille entre les Germains et une coalition celte oppose les troupes d'Arioviste aux Séquanes et Éduens vers -60.
    • Soit en limite des territoires séquanes et éduens, au Mons-Arduus au confluent de la Saône et de l'Ognon (actuel Mont-Ardoux près de Pontailler-sur-Saône), en se référant à la découverte d'une anse de poterie portant l'inscription MAGETOB au milieu du XVIIIe siècle[1],[2],[3]...
    • Ou bien, selon une ressemblance toponymique[4], à La-Moigte-de-Broie près du village de Broye-lès-Pesmes bordant l'Ognon à quelques kilomètres de son confluent avec la Saône. Cependant, aucun vestige gaulois significatif n'a été identifié à Broye-les-Pesmes alors qu'ils sont très nombreux au Mons-Arduus...
    • D'autres localités telles que Saint-Aubin (Jura) sont candidates...

Conséquences géostratégiques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre des Gaules.

La défaite gauloise de Magetobriga, l'inféodation qui s'ensuit des Eduens et des Séquanes à Arioviste, vont entraîner l'intervention en Gaule de César, appelé à l'aide par les Eduens. Après avoir arrêté la migration des Helvètes fuyant les incursions germaniques, le général romain va repousser les envahisseurs à l'issue d'une franche victoire obtenue au sud de l'Alsace en septembre 58 avant J.-C. Arioviste et les restes de son armée repassent le Rhin. C'est le prélude à la conquête en moins de dix ans du pays gaulois, depuis les Pyrénées jusqu'au Rhin inférieur (58-51 avant J.-C.).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire d'Heuilley-sur-Saône de l'An 100 avant J.-C. à l'An 2000 - Jean-Pierre Bonnin (2007).
  2. Journal des Sciences, des Lettres et des Arts - Paris (1808) A.L. Millin, pages 269-276
  3. Nova Scriptorum latinorum bibliotheca Volumen Primum C.J.Caesaris Opera (1802)par Eligius Johanneau page 256, chapitre XXXI (livre rédigé en latin)
  4. Histoire des Séquanois (1737) François Ignace Dunod de Charnage -pages 92/94

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Schmittlein, La première campagne de César contre les Germains, PUF, Paris, 1958, 216 p.
  • André Chastagnol, « César et Arioviste », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 13-2, 1958, p. 373-374 (Compte-rendu de l'ouvrage de R. Schmittlein) Lire en ligne
  • M.Rambaud, L'art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Belles-lettres, Paris, 1953.
  • P.-M.Duval, « Une perspective nouvelle sur la Guerre des Gaules et sur les Gaulois », Journal des savants, 1954.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]