Bataille de Lattaquié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Lattaquié
Battle Latakia fr.svg
Informations générales
Date
Lieu au large de Lattaquié
Syrie
Issue Victoire israélienne
Belligérants
Drapeau d’Israël Israël Syrie Syrie
Commandants
Flag of Israel.svg Michael Barkai inconnu
Forces en présence
8 vedettes 3 vedette lance-missiles
1 torpilleur,
1 dragueur de mines
Pertes
aucune Tous les bateaux coulés
Guerre du Kippour
Batailles
Operation Badr (1973) · Bataille aérienne d'Ofira · Première bataille du Mont Hermon · Bataille de Lattaquié · Seconde bataille du Mont Hermon · Bataille de Damiette (1973) · Bataille aérienne d'El Mansoura · Troisième bataille du Mont Hermon
Coordonnées 35° 31′ 16″ N 35° 43′ 34″ E / 35.52105, 35.726114 ()35° 31′ 16″ Nord 35° 43′ 34″ Est / 35.52105, 35.726114 ()  

La bataille de Lattaquié s'est déroulée le , durant la guerre du Kippour, et a opposé les forces navales de l'État d'Israël et de la Syrie.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le jour du jeûne de Yom Kippour (férié en Israël), les Égyptiens et les Syriens en profitèrent pour lancer une attaque par surprise simultanément dans la péninsule du Sinaï et sur le plateau du Golan. Le 7 octobre 1973 la marine israélienne a assuré la supériorité navale en défiant la marine syrienne au large du port de Latakia.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la première bataille navale de l'histoire à avoir vu des combats entre des navires équipés de missiles mer-mer[1] et l'usage de contre-mesures électroniques. Au début des hostilités, la marine israélienne s'attacha à détruire les capacités navales syriennes, qui étaient équipées de missiles modernes soviétiques.

Un Osa II (Projet 205U) de la marine soviétique. Un navire de cette classe emportant 4 SS-N-2 Styx (Code OTAN SS-N-2) a été coulé dans le combat.

La bataille s'est déroulée au large du port syrien de Latakia. Dans la nuit du 6 au 7 octobre l'amiral Telem fait deployer cinq vedettes lances missiles, et à 22h30 ces vedettes tombent par hasard sur une vedette lance missiles syrienne placée en piquet radar, elle fut coulé au canon, mais cette dernière a pu donner l'alerte. La marine syrienne envoie alors 4 vedettes de types Komar et Osa[2].

Six vedettes lance-missiles Sa'ar III et classe Sa'ar II[3] accompagnés de deux Sa'ar 1 ont laissé l'ennemi tirer ses missiles au maximum de leur portée, et ont employé des contre-mesures de brouillage radar pour les leurrer. Une fois que les Syriens eurent tiré leurs missiles, les Israéliens tirèrent leurs missiles Gabriel à la portée maximale.

Plusieurs navires de guerre syriens furent coulés, et la marine syrienne resta dans les ports préférant abandonner le combat et ne combattit plus jusqu'à la fin du conflit. Le premier bateau touché étant un dragueur de mines d'environ 500 tonnes.

Deux jours plus tard, le 9 octobre, la marine israélienne défit la marine égyptienne lors de la bataille de Damiette avec la même rapidité et une maîtrise similaire.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le premier tir en combat réel de ces missiles eut lieu le 21 octobre 1967 quand la frégate israélienne Eilath est détruite par deux missiles anti-navires Styx de fabrication soviétique.
  2. Marines et Force Navales Numero 106-La marine israelienne- Pierre Razoux
  3. (en) INS Mivtach, Historic Naval Ships Association

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Magazine Guerres et conflit d'aujourd'hui, no 2, Israël-Syrie-Égypte, 1984
  • Pierre Razoux, La marine écartelée entre projection et dissuasion, magazine Raid, hors-série no 24, juillet 2007
  • Pierre Razoux, La marine israélienne d'hier à aujourd'hui, magazine Marines et Forces navales, no 105, octobre-novembre 2006
  • Frédéric Stahl, La marine israélienne 1948-2006, magazine Navires et Histoire no 38, octobre-novembre 2006