Bataille de Landriano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Landriano
Informations générales
Date 21 juin 1529
Lieu Italie France Espagne
Casus belli Manquement de la France aux résolutions du Traité de Madrid (1526)
Issue Victoire des Habsbourg
Changements territoriaux Comté d'Artois, Duché de Bourgogne, Milanais
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Fleur de lis of Florence.svg République florentine
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Flag of Cross of Burgundy.svg Monarchie espagnole
Flag of Genoa.svg République de Gênes
États pontificaux
Commandants
duc de Saint Pol Antonio de Leyva
Philibert de Châlon
Guerre de la Ligue de Cognac
Batailles
Rome · Naples · Landriano · Florence · Gavinana

La bataille de Landriano, qui eut lieu le 21 juin 1529, durant la guerre de la Ligue de Cognac (une des guerres d'Italie), sonna le glas des ambitions de François Ier dans le Milanais. Quant à son adversaire, Charles Ier d'Espagne, qui avait été élu empereur (sous le nom de Charles Quint) mais n'avait pas encore été couronné par le pape, il put obtenir sa consécration à Bologne entre le 22 et le 24 février 1530, grâce à cette victoire et aux concessions arrachées à la France par l'humiliant traité de Barcelone (29 juin 1529). Cette défaite entraîna la signature de la paix de Cambrai (5 août 1529).

Les principales causes de la défaite des Français sont la défection du capitaine génois Andrea Doria, qui passa au service des Impériaux, et l'échec du siège de Gênes (1528), une conséquence de la peste dont furent victimes, entre autres, les généraux français Lautrec et le comte d'Oliveto.

La bataille eut lieu à Landriano, petite localité de Lombardie proche de Pavie, où en 1525 François Ier avait déjà subi une cuisante défaite. Le fait décisif fut ici l'interception de l'armée de relève française, commandée par le comte de Saint Pol par l'armée impériale d'Antonio de Leyva[1].

Les hostilités reprirent : l'armée impériale, libérée par l'intervention de Philibert de Châlon, Prince d'Orange, se tourna contre une République florentine isolée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. M. Galandra : The Italian Wars [1]

Source[modifier | modifier le code]