Bataille de La Corogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de La Corogne
Carte de la Bataille.
Carte de la Bataille.
Informations générales
Date 16 janvier 1809
Lieu La Corogne, Espagne
Issue Victoire française, suivie d'une retraite britannique
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Commandants
Nicolas Jean-de-Dieu Soult John Moore
Forces en présence
12 000 fantassins
4 000 cavaliers
20 canons
16 000 fantassins
9 canons
Pertes
1 500 morts ou blessés[1] 900 morts ou blessés
Guerre d'indépendance espagnole
Batailles
Campagne de Napoléon Ier en Espagne (1808-1809)

Durango  · Valmaseda  · Palo Hincado  · Burgos (1re)  · Rosas (ca)  · Espinosa  · Tudela  · Bubierca  · Somosierra  · Saragosse (2e)  · Sahagún  · Molins de Rei (es)  · Gérone  · Benavente  · Castellón  · Mansilla  · Lugo  · Astorga (1er)  · La Corogne 

Coordonnées 43° 21′ 46″ N 8° 24′ 17″ O / 43.362777777778, -8.4047222222222 ()43° 21′ 46″ Nord 8° 24′ 17″ Ouest / 43.362777777778, -8.4047222222222 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de La Corogne.

La bataille de La Corogne[2] (ou Elviña) fut l'une des batailles de la Guerre d'indépendance espagnole qui eut lieu le 16 janvier 1809 et opposa les 16 000 Britanniques sous le commandement de Sir John Moore aux 16 000 Français du maréchal Jean-de-Dieu Soult.

Contexte de la bataille[modifier | modifier le code]

À la suite de la Convention de Cintra, du rapatriement de l'armée française après la bataille de Vimeiro, les commandants de l'armée britannique furent rappelés en Grande-Bretagne, y compris Sir Arthur Wellesley, pour y répondre devant une commission d'enquête. En conséquence, le corps expéditionnaire britannique au Portugal fut laissé sous les ordres de Sir John Moore, un commandant militaire qui jouissait d'une certaine notoriété pour avoir réformé la tactique de l'infanterie légère.

Jean-de-Dieu Soult

Cependant, la campagne qui suivit fut marquée par une mésentente avec les Espagnols et bien des privations. La retraite, menée dans un hiver rude, tourna au désastre et coûta la vie à plus de 6 000 soldats britanniques. Les marches épuisantes, le froid et les fréquentes escarmouches avec les unités françaises d'avant-garde poussèrent de nombreux soldats à abuser de l'alcool, à s'enivrer et à traîner en arrière. Moore fut très déçu par le général La Romana et ne reçut aucune aide de ses alliés espagnols, après leur défaite par une armée menée en personne par Napoléon[3], les Britanniques décidèrent de se replier vers le port de La Corogne, à l'extrême nord-ouest et à l'entrée du Golfe de Gascogne. Moore espérait attirer l'armée française loin du Portugal, afin de permettre au petit contingent britannique stationné dans ce pays de recevoir des renforts, et aux armées espagnoles de se reconstituer.

Apprenant que l'armée britannique se trouvait non loin de Sahagun, prête à attaquer le corps du maréchal Soult, Napoléon fit traverser à ses troupes le col du Guadarrama et les lança contre l'ennemi, espérant l'encercler et le détruire. Cependant, Moore éventa le piège et recula prudemment ; ses hussards infligèrent une défaite cuisante aux chasseurs à cheval de la Garde à Benavente, le 29 décembre 1808. Non loin d'Astorga, Napoléon apprit que l'Autriche faisait des préparatifs de guerre (à moins que ce ne fût un prétexte pour sortir du jeu, étant donné que la poursuite des Britanniques restait stérile). Il rentra en France pour faire face à cette nouvelle menace, laissant à Soult le soin d'en finir avec les restes de l'armée britannique, le faisant appuyer par les troupes du maréchal Ney : celui-ci se tiendra à l'écart et n'apportera aucune aide à son collègue. Après un combat indécis à Lugo, Soult poursuivit les Britanniques jusqu'à La Corogne.

Sir John Moore, le commandant britannique


Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le 15 janvier, 500 tirailleurs français sous les ordres du général Jardon menèrent la première attaque à travers un terrain accidenté, repoussant les Britanniques hors de Palavea et Penasquedo. Des colonnes françaises prenant d'assaut les hauteurs de Monte Mero s'exposèrent au tir meurtrier de l'infanterie légère britannique, mais avec le support de leur artillerie, réussirent à repousser le 59e régiment sur la crête. Une tentative du 51e d'infanterie de capturer les canons français se heurta à l'infanterie et le 51e fut décimé et mis en déroute.

Le 16 janvier, les Français entrèrent dans le village d'Elviña, où une fameuse contre-attaque du 42e Highlanders les força à se retirer après un sanglant combat à la baïonnette. La retraite du 50e d'infanterie britannique obligea finalement les Écossais à regagner leurs positions.

La bataille d'Elviña n'était pas encore décidée quand John Moore fut frappé à l'épaule gauche par un boulet de canon ; il mourut à 20 heures à La Corogne[4]. Le 42e Highlanders s'abattit une fois encore sur le village et continua à combattre jusqu'à la tombée de la nuit. Des combats indécis se déroulèrent jusqu'à 18 heures. Pendant la nuit, les Britanniques se retirèrent vers leurs embarcations en abandonnant le champ de bataille.

La poursuite des Français fut assez lente ; ce n'est qu'au début de l'après-midi que leurs canons ouvraient le feu sur les sloops et transports de troupe mouillés dans la baie. La résistance intrépide de la petite garnison espagnole de La Corogne, sous les ordres du général Alcedo et le bombardement de soutien depuis les frégates et les navires de guerre, les maintint à distance pendant l'embarquement de l'armée britannique[5], dont de nombreux éléments allaient combattre plus tard sous les ordres de Wellington.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Tombe de John Moore dans le cimetière San Carlos à La Corogne
Monolithe en l'honneur de John Moore, sur l'ancien champ de bataille, désormais le campus de l'université de La Corogne.

À La Corogne, les Britanniques comptèrent environ 800 morts ou blessés. Soult mit la main sur 20 000 mousquets et autres fournitures abandonnées.

La bataille de La Corogne suivie de la retraite révéla tout le potentiel désastreux d'une campagne hivernale, principale cause des souffrances et privations de l'armée britannique dans la péninsule ibérique. De nombreux soldats pillèrent la campagne espagnole, ce qui ne contribua pas à les rendre populaires auprès de leurs alliés espagnols. Par la suite, le futur général en chef Arthur Wellesley veillera à coordonner efficacement sa logistique entre Espagnols, Portugais et Britanniques, et s'assurera que ces derniers payent régulièrement leurs fournisseurs locaux.

Le manque de communications entre les alliés contribua aussi au désastre. Le rôle de l'armée de Moore était de soutenir l'effort des armées espagnoles face à Napoléon. Cependant, quand elle arriva à Salamanque, Napoléon avait déjà défait les Espagnols. Plus tard, de sérieux efforts furent entrepris pour centraliser le commandement et les communications, dans les mains des généraux britanniques comme Beresford et Sir Arthur Wellesley.

Les Britanniques retournèrent dans la même année au Portugal, reposés, réapprovisionnés sous les ordres d'un nouveau commandant qui devint premier duc de Wellington et fut une constante épine dans le pied de Napoléon.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chandler, page 656
  2. A ne pas confondre avec la bataille de la Guerre civile espagnole près de Madrid, voir Bataille de la route de La Corogne
  3. Voir la Bataille de Somosierra
  4. Wellesley reconnut l'exploit accompli par Moore durant la campagne de La Corogne en déclarant: « Vous savez, je ne crois pas que nous aurions gagné sans lui ».
  5. A.Nuñez and G.A. Smith (3)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chandler, David G. The Campaigns of Napoléon. N 0-02-523660-1NewYork:Simon & Schuster, 1995.ISB
  • Battle of Corunna (Elvina) 1809- The French Victory.

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • 1808-1809 Napoléon en Espagne: Tudela-Somosierra-La Corogne, revue Gloire & Empire no.19, Juillet-Août 2008
  • "La Corogne - Les Aigles en Galice", par Natalia Griffon de Pleineville, LCV 2009.