Bataille de L'Espagnols sur Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Winchelsea
Une bataille navale au XIVe siècle
Une bataille navale au XIVe siècle
Informations générales
Date 29 août 1350
Lieu près de Winchelsea
Issue Victoire anglaise sans conséquences stratégiques
Belligérants
England Arms 1340.svg Royaume d'Angleterre Blason Castille Léon.svg Royaume de Castille
Commandants
England Arms 1340.svg Édouard III d'Angleterre
England Arms 1340-white label.svg Édouard de Woodstock
Blason Charles de la Cerda.svg Don Carlos de la Cerda
Forces en présence
~ 50 navires ~ 40 navires
Pertes
au moins 2 14 à 26 navires
Batailles
Première phase (1337-1360)
Arnemuiden (1338) · L'Écluse (1340) · Saint-Omer (1340) · Chevauchée de 1346 · Caen (1346) · Crécy (1346) · Calais (1346) · Neville's Cross (1346) · Winchelsea (1350) · Chevauchée de 1356 · Poitiers (1356) · Grande Jacquerie (1358) · Meaux (1358)

Guerre de Succession de Bretagne
Champtoceaux (1341) · Hennebont (1342) · Morlaix (1342) · Vannes (1342) · Cadoret (1345) · La Roche-Derrien (1347) · Combat des Trente (1351) · Mauron (1352) · Montmuran (1354) · Rennes (1356-1357) · Auray (1364)

Deuxième phase (1369-1389)
Cocherel (1364) · Pontvallain (1370) · La Rochelle (1372) · Révolte des Tuchins (1381-1384) · Révolte paysanne anglaise (1381) · Roosebeke (1382)

Guerre civile de Castille
Nájera (1367) · Montiel (1369)

Armagnacs et Bourguignons
Révolte des Cabochiens (1413) · Anthon (1430)

Troisième phase (1415-1428)
Harfleur (1415) · Azincourt (1415) · Rouen (1418) · Baugé (1421) · Meaux (1421) · Cravant (1423) · Brossinière (1423) · Verneuil (1424)

Quatrième phase (1429-1453)
Orléans (1428-1429) · Journée des Harengs (1429) · Jargeau (1429) · Meung-sur-Loire (1429) · Beaugency (1429) · Patay (1429) · Chevauchée vers Reims (1429) · Montépilloy (1429) · Compiègne (1430) · Gerberoy (1435) · Campagne Bretagne et Normandie (1448-1449) · Fougères (1449) · Verneuil (1449) · Formigny (1450) · Castillon (1453)
Coordonnées 50° 52′ 26″ N 0° 49′ 01″ E / 50.874, 0.81750° 52′ 26″ Nord 0° 49′ 01″ Est / 50.874, 0.817  

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de L'Espagnols sur Mer.

La bataille de L'Espagnols sur Mer, ou bataille de Winchelsea est une bataille navale qui eut lieu le 29 août 1350. Elle vit la victoire d'une flotte anglaise de cinquante vaisseaux commandée par Édouard III d'Angleterre et le Prince noir, sur une flotte castillane de 40 vaisseaux commandée par Don Carlos de la Cerda. Entre quatorze et vingt-six vaisseaux castillans furent capturés dont quelques-uns furent coulés contre au moins deux pour les Anglais.

Le contexte, au début de la guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

La guerre de Cent Ans connaît une période de trêve depuis la grande peste de 1349. La première partie de la guerre a été largement à l'avantage des Anglais, Édouard III remportant des victoires écrasantes aux batailles de L'Écluse et de Crécy puis en prenant Calais. Après la mort du roi Philippe VI survenue le 22 août 1350, le pouvoir des Valois est à nouveau contesté. Édouard III et Charles II de Navarre, tous deux descendants de Philippe le Bel par les femmes, revendiquent la couronne de France. La guerre se poursuit donc avec le nouveau roi de France, Jean le Bon. Comme celui-ci n'a pratiquement plus de flotte après la défaite de l’Écluse, il s'en remet sur mer à ses alliés génois ou castillans. L'un des plus actifs est le prince Don Carlos de la Cerda qui s'en prend au commerce anglais dans la Manche et en mer du Nord. Les Anglais, qui l'accusent de piraterie, décident d'en finir avec lui et mobilisent pour cela d'importants moyens navals.

Une bataille acharnée[modifier | modifier le code]

Don Carlos, est signalé à l'Écluse, en Flandre, à la tête d’un convoi de navires marchands qui remplissent leurs cales avant de repartir sur la côte basque. Édouard III décide de lui couper la route au retour. Il se rend solennellement à Winchelsea, accompagné de son fils, le « Prince Noir» et de nombreux jeunes nobles bien décidés à en découdre avec l’Espagnol[1]. Le 28 août, les troupes embarquent sur les navires de guerre. Le roi en personne, sur son navire-amiral, le cogue Thomas, prend le commandement de la flotte, forte d’une cinquantaine de navires.

Les renseignements étant bons, l’attente n’est pas longue. Le dimanche après-midi 29 août, les quarante navires de Don Carlos sont signalés à l’horizon. Ils sont poussés vers Winchelsea par une bonne brise de sud-ouest qui les rapproche rapidement. Édouard III ordonne de lever l’ancre et fait sonner le branle-bas de combat. Don Carlos est considéré comme un adversaire très dangereux : avant l'embarquement, le roi a ordonné aux archevêques de Cantorbéry et d’York d’organiser des prières pour le succès de l’opération[1]. Après l’appareillage, Édouard fait servir du vin à ses chevaliers et à lui-même pour renforcer encore la cohésion de ses hommes.

Don Carlos, s’il le veut, peut très facilement éviter le contact. Tout porte à croire, au contraire, qu’il le recherche : la route suivie, le fait qu’il ait embarqué des mercenaires dans les ports flamands, la détermination qu’il montre, au moment de la rencontre, pour se jeter sur l’ennemi[1]. Le choc est donc très violent. Le cogue Thomas est heurté par un navire de tête espagnol lors d’une tentative d’abordage ; la collision est si violente que le navire espagnol perd son mât et que le navire-amiral anglais se retrouve avec une importante voie d’eau. À l’issue d’un corps à corps sanglant, l’équipage du Thomas se rend maître d’un autre bâtiment espagnol, et Édouard doit abandonner son navire qui coule pour se transporter sur sa prise[1].

Le combat se poursuit avec la même violence. Les navires espagnols sont plus hauts sur l’eau, ce qui leur permet d’accabler le pont des navires anglais de projectiles et de causer de gros dommages aux hommes et au matériel. Le navire du Prince Noir se retrouve bientôt réduit à l’état d’épave, accroché au flanc d’un navire espagnol qui le malmène. L’héritier du trône anglais ne doit son salut qu’au courage du comte de Lancastre, qui aborde la nef ennemie sur un autre flanc et lui fait amener son pavillon[1]. Un grand navire anglais commandé par le comte de Namur, qui transporte toute la « Maison du roi », est abordé par un espagnol : celui-ci, à défaut de pouvoir le réduire à l’impuissance, tente de l’entrainer à l’écart du champ de bataille pour mieux le neutraliser. À ce moment-là, la situation pour les Anglais est très compromise. Finalement, un valet flamand du comte de Namur réussit à passer sur le pont du navire espagnol et à couper la drisse de la grand-voile, rendant le bâtiment ingouvernable et permettant aux Anglais de reprendre la situation en mains[1].

Un bataille sans conséquences stratégiques[modifier | modifier le code]

À l’issue de ce combat acharné, les Anglais, vainqueurs, ont capturé une partie du convoi. Les chiffres des pertes espagnoles varient selon les chroniqueurs : Froissart affirme que quatorze navires ont été capturés ; d’autres disent 24 ou 26, soit la moitié des nefs de Don Carlos[1]. Les pertes anglaises sont inconnues : deux navires au moins, dont la navire-amiral, et de nombreux morts. Édouard III gagne dans cette victoire les surnoms de « Vengeur des Marchands » et de « Roi de la mer » [1].

Néanmoins, Don Carlos s’est échappé avec le reste de ses bâtiments et ce violent combat dans lequel se sont impliqués personnellement le roi d’Angleterre, n’aura aucune conséquence stratégique sur l’évolution de la guerre, contrairement à la bataille de l'Écluse, dix ans plus tôt, qui avait vu l’anéantissement de la flotte française et la domination de la Manche pour les Anglais. Sur le plan tactique, le combat, qui s'est déroulé à l'abordage et à l'arme blanche, n'apporte rien non plus à l'histoire navale, alors que l'usage de l'artillerie à poudre en mer était connue depuis le début du XIVe siècle (bataille d'Arnemuiden, 1338), (bataille de l'Écluse, 1340).

Don Carlos sera fait connétable de France en 1351 et mourra assassiné en 1354, sur ordre d'un rival politique. Quant à Édouard III et au Prince Noir, ils tireront l'essentiel de leur gloire militaire des victoires remportées sur le sol français, et ce combat naval, somme toute secondaire, sera assez vite oublié des annales militaires.

Liste partielle des navires impliqués[modifier | modifier le code]

Angleterre (Édouard III)[modifier | modifier le code]

  • Thomas (coulé au combat)
  • Edward
  • Jonette
  • Plenty
  • Isabella
  • Gabriel
  • Michael
  • Welfare
  • Mariote
  • Jerusalem
  • Thomas Beauchamp
  • Mary
  • Godibiate
  • John
  • Edmund
  • Falcon
  • Buchett
  • Lawrence

32 autres

Castille (de La Cerda)[modifier | modifier le code]

40 navires

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'Histoire, Marines éditions,‎ mai 2011 (ISBN 9782357430778)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l’Histoire, Marines éditions, 2011, p. 130.