Bataille de Komarów

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille de Komarow)
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Komarów
Informations générales
Date 26 août - 2 septembre 1914
Lieu Komarów, actuelle Pologne
Issue Victoire de l'Autriche-Hongrie
Belligérants
Drapeau de la Russie Impériale Empire russe Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Commandants
Pavel von Plehve Conrad von Hötzendorf
Maurice d'Auffenberg
Forces en présence
Ve Armée russe
~200 000 hommes
IVe Armée austro-hongroise
~200 000 hommes
Pertes
inconnues 20 000 tués, blessés, prisonniers
Première Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l’Est

Stallupönen (08-1914) · Gumbinnen (08-1914) · Tannenberg (08-1914) · Île d'Odensholm (08-1914) · Lemberg (08-1914) · Krasnik (08-1914) · Komarów (08-1914) · Lacs de Mazurie (I) (09-1914) · Przemyśl (09-1914) · Vistule (09-1914) · Łódź (11-1914) · Limanowa (12-1914) · Bolimov (01-1915) · Bataille de Zwinin (02-1915) · Lacs de Mazurie (II) (02-1915) · Gorlice-Tarnów (05-1915) · Novogeorgievsk (08-1915) · Varsovie (08-1915) · Sventiany (09-1915) · Lac Narotch (03-1916) · Offensive Broussilov (06-1916) · Turtucaia/Tutrakan (09-1916) · Offensive Flămânda (09-1916) · Offensive Kerenski (07-1917) · Opération Albion (09-10-1917) · Marasesti (08-1917) · Traité de Brest-Litovsk (03-1918) · Bakhmatch (03-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Ouest


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

La bataille de Komarów, aussi appelée bataille de Tomaszów, eut lieu dans les environs de Komarów en Pologne actuelle pendant la Première Guerre mondiale du 26 août au 2 septembre 1914 où les forces austro-hongroises battirent les forces russes.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le plan Schlieffen prévoyait que le front est serait le plus calme mais Moltke et Conrad von Hötzendorf décidèrent de forcer l'offensive contre les Russes, ils redoutaient que ceux-ci n'entrent en Silésie et ne fassent ainsi une percée décisive. Le nombre n'était pas en faveur des forces de la Triplice, mais le choix fut fait pour les Allemands d'avancer sur Varsovie depuis la Silésie, pour les Austro-Hongrois d'entrer au sud de la Pologne.

La première armée austro-hongroise, sous les ordres de Dankl, ouvre les hostilités et remporte la bataille de Krasnik; c'est au tour la quatrième armée plus à droite de prendre alors l'offensive.

Au sud le front de Galicie, théâtre de la bataille.

Commandement[modifier | modifier le code]

Austro-hongrois[modifier | modifier le code]

La IVe Armée désignée par Conrad von Hötzendorf pour cette offensive était commandée par Maurice d'Auffenberg un organisateur de haute volée, mais tactiquement les liens entre les armées austro-hongroises et la cohésion des mouvements avec l'armée allemande minimisèrent les résultats.

Russes[modifier | modifier le code]

La Ve Armée russe était commandée par Pavel von Plehve, un noble d'origine germano-balte servant le pouvoir tsariste avec loyauté et efficacité, il fut récompensé en prenant des commandements lors de la bataille de Lodz et de la bataille des lacs de Mazurie.

Les armées[modifier | modifier le code]

Austro-Hongrois[modifier | modifier le code]

Armée de métier, les forces de d'Auffenberg se composaient de 12 divisions d'infanterie et de trois de cavalerie, cette dernière étant l'arme d'excellence et trois des cinq généraux sous son commandement en étaient issus. Le moral était à un haut niveau en ce début de conflit.

Russes[modifier | modifier le code]

Le général Plehve avait des forces supérieures numériquement et par là menaçait les flancs de d'Auffenberg, la cavalerie pouvait compter sur les cosaques très mobiles. Le point faible de cette armée était surtout le ravitaillement et l'équipement. Le moral était aussi à un haut niveau.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 26 août, les Austro-Hongrois avançaient en bon ordre et suite à la bataille de Krasnik von Plehve se voyait menacé sur sa droite et forcé de reculer. Lors de ce mouvement sous la double pression de la menace à droite et de l'avance de la IVe Armée il reculait et perdait plus de 20 000 soldats, en grande partie des prisonniers. La poussée en Pologne de Conrad von Hötzendorf se voyait couronnée de succès, le résultat de la bataille de Tannenberg laissait les Russes en difficulté.

Après coup[modifier | modifier le code]

Ces succès laissaient les Austro-Hongrois très confiants et le plan Schlieffen semblait se dérouler au mieux. Les Russes avaient reculé, semblaient battus et avaient subi de nombreuses pertes.

Mais la droite austro-hongroise ne pouvait tenir sur les marais Pripiet/Pinsk, les Allemands allaient être arrêtés lors de la bataille de la Marne et l'offensive en Serbie était un échec. La bataille de Rawa allait marquer la fin de l'euphorie.

Notes et références[modifier | modifier le code]