Bataille de Khorramshahr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Khorramshahr
Une femme armée iranienne gardant une mosquée durant la bataille (septembre-octobre 1980).
Une femme armée iranienne gardant une mosquée durant la bataille (septembre-octobre 1980).
Informations générales
Date 22 septembre-10 novembre 1980
Lieu Khorramshahr, Khouzistan, Iran
Issue Victoire irakienne, prise de la ville
Belligérants
Flag of Iraq (1963-1991); Flag of Syria (1963-1972).svg Irak Drapeau de l'Iran Iran
Commandants
Flag of Iraq (1963-1991); Flag of Syria (1963-1972).svg Kamel Sajid
Flag of Iraq (1963-1991); Flag of Syria (1963-1972).svg Ahmed Zeidan
Drapeau de l'Iran Abolhassan Bani Sadr
Drapeau de l'Iran Mohammed Jahanara
Forces en présence
15 000 à 20 000 soldats 2 100 à 3 000 soldats initialement[1]
Pertes
1 000 à 5 000 tués
3 000 à 4 000 blessés
7 000 tués et blessés[2]
Guerre Iran-Irak
Batailles
Invasion irakienne (1980)

Opération Kaman 99 · Bataille de Khorramshahr · Siège d'Abadan · Opération Morvarid

Impasse (1981)

Bataille de Dezfoul · Attaque sur H-3

Offensives iraniennes (1982)

Opération Samen-ol-A'emeh · Victoire Indéniable · Beit ol-Moqaddas · Ramadan

Guerre de positions (1983-1986)

Opération Anfal · Valfajr 2 · Valfajr 6 · Badr · 1re bataille d'Al Faw · Kerbala 5 et 6 · Nasr 4

Offensives irakiennes finales (1988)

Opération En Dieu nous Croyons · Opération Mersad

Guerre des pétroliers

Opération Sugar · Opération Earnest Will · Opération Eager Glacier · Opération Praying Mantis

Incidents internationaux

Opération Opéra (raid israélien) · Incident de l’USS Stark · Vol 655 Iran Air

Coordonnées 30° 26′ N 48° 10′ E / 30.433333333333, 48.166666666667 ()30° 26′ Nord 48° 10′ Est / 30.433333333333, 48.166666666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Khorramshahr.

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Khorramshahr.

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Khorramshahr.

La bataille de Khorramshahr (« Résistance de Khorramshahr » dans les sources iraniennes) est un engagement militaire majeur de la guerre Iran-Irak, livré du 22 septembre au 10 novembre 1980. Du fait de la brutalité des combats et de l'ampleur des destructions, la ville est devenue connue en Iran sous le nom de Khuninshahr, signifiant « ville de sang ».

Prélude[modifier | modifier le code]

Avant la guerre, la population de la ville était d'environ 220 000 habitants et la ville s'était développée pour devenir l'un des plus importants ports au monde. Khorramshahr était une ville moderne et cosmopolite. Après la révolution iranienne, des groupes arabes anti-iraniens tentent de l'intégrer à l'Irak. Entre septembre et octobre 1980, plusieurs attentats terroristes ont alors lieu. Finalement, le 17 septembre, Saddam Hussein annule les Accords d'Alger de 1975 et prépare une invasion de l'Iran.

Pour défendre la ville, les Iraniens avaient mis au point une série de digues dans la périphérie gardée par des soldats, des blindés et de l'artillerie. La défense des faubourgs de Khorramshahr relève de la garnison de Dej qui dispose d'une compagnie de Chieftain. La mosquée Masjed-Jameh dans le centre-ville était quant à elle gardée par des Pasdaran, servant de centre de coordination des défenses de la ville.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Soldats iraniens durant la bataille.
Un char irakien T-62 détruit près de Khorramshahr.

Dans l'après-midi du 22 septembre, l'Irak lance une campagne de bombardements massifs contre l'Iran. Khorramshahr est notamment touchée. Environ 150 batteries d'artillerie déployées dans le village irakien de Tanomah tirent le premier obus. Au crépuscule, les raids aériens et les bombardements prennent fin, de la fumée s'élève de Khorramshahr en flammes.

Dans la nuit, 500 chars irakiens progressent en direction de Khorramshahr-Ahvaz. Les avant-postes iraniens près de la ville tombent rapidement mais les défenseurs iraniens parviennent à neutraliser quelques blindés grâce à des canons sans recul. Les Irakiens encerclent alors Khorramshahr et font face à un ennemi équipé de lance-roquettes et de canons anti-chars de 106 mm.

Le 30 septembre, les Irakiens parviennent à sécuriser les digues et les faubourgs de la ville, coupant les routes la reliant à Abadan et au reste de la province du Khouzistan. Les forces irakiennes sont alors aux portes de Khorramshahr.

À l'aube, une unité de soixante commandos irakiens pénètrent dans la ville par le sud, qui est repoussée par les Pasdaran iraniens. Les unités mécanisées de la 3e division blindée irakienne avancent alors sur la ville, divisées en trois groupes afin de capturer les lieux clés de la ville dont la gare et les casernes de la garnison iranienne. Les Pasdaran, retranchés, attendent le bon moment afin de faire feu sur les blindés irakiens avec leur lance-roquettes et leurs cocktails molotov. Après d'intenses combats, les forces irakiennes parviennent à prendre la gare mais sont finalement repoussées sur leurs positions de départ dans les faubourgs de la ville.

Les Irakiens bombardent alors massivement la ville sous l'ordre du colonel Ahmed Zeidan. Une nouvelle offensive débute le 11 octobre. Le 14, les Irakiens progressent lentement mais sûrement dans la ville, progression freinée en raison des tireurs d'élite. Le port est notamment capturé par les forces irakiennes. Le centre-ville est atteint le 21 octobre et l'objectif est alors de s'emparer des bâtiments gouvernementaux et du pont reliant Khorramshahr à Abadan. Cinq bataillons d'infanterie et des unités de forces spéciales sont mobilisées pour mener à bien l'opération. Finalement, après avoir livré une résistance acharnée, les Iraniens évacuent la ville en direction du Karoun. Leur retraite est entravée par l'artillerie irakienne. Dans la matinée du 10 novembre, Khorramshahr est entièrement sous contrôle irakien.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Khorramshahr devient pratiquement une ville fantôme. Les occupants irakiens pillent les biens iraniens et les transfèrent à Bassora. La ville est restée aux mains des Irakiens jusqu'à sa libération en 1982 lors de l'opération Beit ol-Moqaddas, contre-offensive iranienne menée afin de reprendre le Khouzistan et de repousser les Irakiens hors du territoire iranien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Military Operations in the Gulf War: The Battle of Khorramshahr
  2. (en) Efraim Karsh, The Iran-Iraq War 1980-1988. Essential Histories. Elms Court Chapel Way, Botley, Oxford OX2 9LP: Osprey Publishing. p. 27, 2002. (ISBN 1-84176-371-3)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Efraim Karsh, Essential Histories: The Iran Iraq War 1980-1988, Osprey Publishing, 2002.
  • (en) Ghost Town On The Gulf, TIME Magazine, 24 novembre 1980.
  • (en) A Holy War’s Troublesome Fallout, by William E. Smith, TIME Magazine, 7 juin 1982.
  • (en) Ghazal Omid, Living in Hell, Park Avenue Publishers, Oklahoma, 30 juillet 2005.
  • (en) William Drozdiak, The Road to Khorramshahr, TIME Magazine, 13 octobre 1980.
  • (en) Dilip Hiro, The Longest War, Routledge, Chapman, & Hall, 1991.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :