Bataille de Jankau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Jankau
Jankov.jpg
Informations générales
Date
Lieu Jankau (Bohême)
Issue Victoire suédoise
Belligérants
Drapeau de la Suède Suède Saint-Empire romain germanique Saint-Empire
Commandants
Lennart Torstenson Melchior von Hatzfeldt
Johann von Götz
Forces en présence
16 000 hommes
80 canons
18 000 hommes
24 canons
Pertes
2 000 hommes 4 000 morts ou blessés
4 500 prisonniers
Guerre de Trente Ans
Batailles
Pilsen (09-1618) · Sablat (06-1619) · Montagne Blanche (11-1620) · Cap Saint-Vincent (08-1621) · Mingolsheim (04-1622) · Wimpfen (05-1622) · Höchst (06-1622) · Fleurus (08-1622) · Stadtlohn (08-1623) · Dessau (04-1626) · Lutter (08-1626) · Wolgast (09-1628) · Magdebourg (05-1631) · Werben (07-1631) · Abrolhos (09-1631) · Breitenfeld (09-1631) · Rain am Lech (04-1632) · Alte Veste (09-1632) · Lützen (11-1632) · Oldendorf (07-1633) · La Mothe (06-1634) · Nördlingen (09-1634) · Les Avins (05-1635) · Louvain (06-1635) · Tornavento (06-1636) · Corbie (08-1636) · Wittstock (10-1636) · Rheinfelden (02-1638) · Guetaria (08-1638) · Cabañas (08-1638) · Fontarrabie (09-1638) · Thionville (09-1639) · Downs (10-1639) · Ille-sur-Têt (09-1640) · Montjuïc (01-1641) · Marfée (06-1641) · Saint-Vincent (11-1641) · Perpignan (11-1641) · Honnecourt (05-1642) · Barcelone (06-1642) · 1er Lérida (10-1642) · Leipzig (10-1642) · Rocroi (05-1643) · Carthagène (09-1643) · Tuttlinghem (11-1643) · Fribourg (08-1644) · Jüterbog (11-1644) · Jankau (03-1645) · Alerheim (08-1645) · Orbetello (06-1646) · Mardyck (08-1646) · Dunkerque (09-1646) · 2e Lérida (11-1646) · 3e Lérida (05-1647) · Cavite (06-1647) · Zusmarshausen (05-1648) · Lens (08-1648)
Cette boîte : voir • disc. • mod.

La bataille de Jankau est considérée comme une des plus sanglantes de la Guerre de Trente Ans. Elle opposa les troupes suédoises, en marche vers Prague, commandées par le général Lennart Torstenson aux troupes impériales commandées par les généraux Hatzfeld et Götz, une grande armée impériale bavaroise. Elle se déroula le à Jankau (Jankovice) en Bohême méridionale.

Les Suédois furent vainqueurs notamment grâce à l'efficacité de leur artillerie. La cavalerie des troupes impériales y fut massacrée. La ville de Vienne est laissée sans défense face aux Suédois qui vont y retourner en 1645 à l'occasion de la bataille de Nördlingen. Le général Hatzfeld y fut fait prisonnier, le général Götz y trouva la mort.

Le commandant en chef des armées suédoises en Allemagne,Lennart Torstensson, avait pris l'offensive en Bohème,son rival impérial von Hatzfeld décida de le stopper à Jankau ou ses troupes étaient solidement installées quoique assez vulnérables sur leur gauche. Le 6 mars 1645 à 6 heures du matin les Suédois firent mine d'attaquer le flanc droit des Impériaux obligeant von Hatzfeld à se rendre sur place pour mesurer l'ampleur de l'offensive adverse.En son absence son flanc gauche attaqua les troupes ennemies mais fut clouée sur place par le feu de mousqueterie, l'obligeant à battre en retraite vers 11h30. Vers 13 heures Torstensson fit pilonner le centre des Impériaux par son artillerie avant de faire donner l'assaut mais celui-ci fut stoppé; les Suédois lancèrent alors leur cavalerie sur celle de l'adversaire situés à droite qui fut dispersée. En revanche sur la gauche ce fut celle de von Hatzfeld qui triompha et parvint jusqu'au train de bagages de Torstensson, commettant l'indiscipline de s'y livrer au pillage, le maréchal suédois rassembla alors ses troupes et les y délogea. L'infanterie impériale privée de toute couverture sur ses flancs s'effondra vers 16 heures, laissant aux Suédois des milliers de prisonniers dont von Hatzfeld en personne. Fort de ce succès, Lennart Torstensson pénétra en Autriche et menaça Vienne mais ses troupes à court de ravitaillement et exténuées l'en empêchèrent, l'obligeant à battre en retraite en décembre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • R.G Grant Les 1001 batailles qui ont changées le cours de l' Histoire, Flammarion 2012