Bataille de Drepanum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Drepanum
Informations générales
Date 249 av. J.-C.
Lieu Devant le port de Drépane, Sicile
Issue Victoire de Carthage
Belligérants
Carthage République romaine
Commandants
Adherbal Publius Claudius Pulcher
Forces en présence
environ 120 navires environ 120 navires
Pertes
inconnue 93 navires capturés ou coulés
Première Guerre punique
Batailles
Messine · Agrigente · Îles Lipari · Mylae · Sulci · Tyndaris · Cap Ecnome · Adys · Tunis · Panormus · Drepanum · Lillybaeum · Drepana · Mont Ercte · 1re Mont Eryx · 2e Mont Eryx · Îles Égates

La bataille de Drepanum (ou Drepana) est une bataille navale ayant eu lieu en 249 av. J.-C. durant la Première Guerre punique au large de Drépane, la moderne Trapani, à l'ouest de la Sicile, et ayant opposé les flottes de Carthage et de la République romaine.

Situation[modifier | modifier le code]

Les précédentes victoires navales des Romains, notamment celles de Mylae et d'Ecnome, leur donnèrent la confiance nécessaire pour attaquer directement la place-forte Carthaginoise de Lilybée. La ville fut soumise à un blocus par la flotte commandée par les consuls Publius Claudius Pulcher et Lucius Iunius Pullus. Toutefois, malgré l'expérience navale que les Romains avaient acquise, les Carthaginois étaient encore supérieurs pour les manœuvres en pleine mer. Une petite flottille commandée par un nommé Hannibal (aucun lien avec Hannibal Barca) arriva à forcer le blocus en pleine journée et à fournir des provisions à la garnison de Lilybée. Puis, dans la nuit, Hannibal quitta la ville en emmenant les chevaux de cavalerie devenus inutiles et mit la voile vers le port de Drepanum, avant que les Romains ne puissent réagir.

Le succès de cette entreprise fut si total que les Carthaginois la répétèrent plusieurs fois. Pour les Romains, c'était plus qu'une humiliation, cela annulait tout l'effet du blocus, puisque la garnison avait été ravitaillée et gardait le contact avec Carthage. Quelque chose devait être fait.

Peu de temps après, un courageux navigateur, identifié comme étant Hannibal le Rhodien, défia ouvertement la flotte Romaine en naviguant dans ses parages immédiats avec ordre d'espionner et de donner des nouvelles de ce qui se passait à Lilybée au Sénat Carthaginois et à l'amiral Adherbal.

Mouvements et Bataille[modifier | modifier le code]

Pulcher, le consul le plus âgé, décida alors de lancer une attaque surprise sur le port de Drepanum où les navires ennemis étaient au mouillage. La flotte quitta Lilybée par une nuit sans lune et mit cap vers le nord. Les éclaireurs Carthaginois ne repérèrent pas les navires Romains mais les mauvaises conditions de visibilité compromirent la formation de bataille. Quand elle atteignit Drepanum, au lever du soleil, la flotte était désorganisée car dispersée sur une ligne très étirée, avec le navire de Pulcher à l'arrière. Les défenseurs de Drepanum remarquèrent cette maladroite approche et l'avantage de la surprise fut perdu.

Sur le bateau amiral, Pulcher procéda à l'inspection des auspices pour la bataille, suivant en cela la tradition religieuse Romaine. La méthode employée alors était d'étudier le comportement alimentaire des poulets sacrés, lesquels étaient à bord dans ce but. Si les poulets acceptaient le grain qui leur était offert, cela était interprété comme un présage favorable. Toutefois, ce matin là, les poulets refusèrent de manger, ce qui était de mauvais augure. Confronté à cette situation et aux équipages superstitieux et désormais effrayés, Pulcher réagit en jetant les poulets sacrés par-dessus bord, en disant « Qu'ils boivent s'ils ne veulent pas manger » (Bibant, quoniam esse nolunt en latin).

Croquis des positions avant la bataille

Dans le port, les Carthaginois n'attendirent pas de voir ce que les Romains préparaient. Adherbal avait une similaire, quoique moins controversée, rapidité de pensée et ordonna l'évacuation de Drepanum avant que le blocus ne soit inévitable. Les navires de Carthage quittèrent le port, passant au sud de la ville et autour de deux petites îles côtières pour gagner la pleine mer. Voyant que son plan d'attaque surprise avait échoué, Pulcher ordonna à sa flotte de se mettre en formation de combat. Toutefois, il se retrouvait maintenant pris entre la côte sicilienne et la flotte Carthaginoise qui était prête au combat.

Adherbal vit là sa chance et lança l'assaut. Il donna l'ordre à son flanc droit d'attaquer les navires Romains situés les plus à l'arrière. Le résultat fut une déroute totale pour les Romains, avec une grande partie de leurs navires coulés ou capturés.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Publius Claudius Pulcher réussit à s'échapper et à retourner à Rome, où il dut faire face à des accusations de trahison. Mais, à l'inverse des Carthaginois, les Romains n'exécutaient pas leurs généraux pour leur incompétence; ce qui amena Pulcher devant le tribunal fut une accusation de sacrilège à cause de l'incident avec les poulets. Il fut reconnu coupable et condamné à l'exil, sa carrière politique étant finie.

La même année, Hamilcar Barca menait une campagne victorieuse en Sicile et une tempête détruisit l'autre moitié de la flotte Romaine, commandée par le consul Junius Paullus. La situation était si désespérée que Aulus Atilius Calatinus fut nommé dictateur et envoyé en Sicile pour superviser la guerre terrestre. La défaite de Drepanum démoralisa tant les Romains qu'ils attendirent sept ans avant de construire une autre flotte.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Polybe, Histoires, éd. Biblioteca Universale Rizzoli, Milan, 2001
  • Adrian Goldsworthy, The Fall of Carthage: The Punic Wars 265-146BC, Cassell, 2003

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]