Bataille de Ctésiphon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Ctésiphon
avance britannique vers Bagdad de 1915.
avance britannique vers Bagdad de 1915.
Informations générales
Date 22 novembre au 25 novembre 1915
Lieu ville de Ctésiphon, au sud de Bagdad
Casus belli déclaration de guerre du 5 novembre 1914
Issue replis tactique des deux côtés
victoire stratégique ottomane
Belligérants
Flag of the United Kingdom.svg Empire britannique Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Commandants
général Charles Townshend colonel Nouredine
Forces en présence
11 000 soldats
2 canonnières
6e armée des Indes
18 000 soldats
52 canons
Pertes
entre 4 600 et 16 000 pertes 6 200 à 9 500 pertes
Première Guerre mondiale
Batailles
Front du Moyen-Orient

Afrique du Nord · Caucase · Perse · Dardanelles · Mésopotamie · Sinaï et Palestine · Ctésiphon (11-1915) · Kut-el-Amara (12-1915) · Magdhaba (12-1916) · Révolte arabe · Rafa (1-1917) · Bagdad (3-1917) · 1re Gaza (3-1917) · 2e Gaza (4-1917) · Aqaba (7-1917) · Beer-Sheva (10-1917) · 3e Gaza (11-1917) · Megiddo (9-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l'Est


Front africain


Bataille de l'Atlantique

La bataille de Ctésiphon est une bataille de la Première Guerre mondiale qui s'est déroulée du 22 novembre au 25 novembre 1915 en la ville de Ctésiphon, au sud de Bagdad. Elle oppose l'Empire britannique d'une part à l'Empire ottoman de l'autre.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les Empires centraux avaient comme objectif de couper la ravitaillement du canal de Suez, mais aussi de menacer les possession britanniques aux Indes. Les Alliés tenaient à défendre les champs pétrolifères du Chat-el-Arab et ainsi de s'opposer à l'avance ottomane, les armées russes devant avancer sur le Caucase et la Perse.

Le corps expéditionnaire indien formant la force D, sous le commandement de John Nixon était principalement composé de troupes indiennes et débarqua à Fao.

L'objectif principal était Bagdad qu'ils devaient atteindre en remontant le Tigre, Ctésiphon se trouvant à 610 km de Bassora et 26 km au sud de Bagdad.

Jusque là l'avancée se faisait sans trop d'opposition et la prise de d'Amarah s'était faite par surprise.

Les forces ottomanes[modifier | modifier le code]

Le commandant du front en Mésopotamie était Khalil Pacha, mais le sultan avait confié à Colmar von der Goltz la réorganisation de l'armée. Sur le terrain Nur-Ur Din Pacha avait 18 000 hommes, 52 canons et avait fortifié sa ligne de défense. Des tranchées, un ancien mur long de 5 km ; la 35e division de Bassora et la 38e de Mossoul plus de nouvelles divisions formées en Turquie : la 45e et la 51e.

Les forces britanniques[modifier | modifier le code]

La 6e division indienne commandée par le général Charles Townshend avançait prudemment depuis Kut, il n'estimait pas les conditions favorables mais se devait d'obéir à John Nixon, il avait laissé de nombreuses garnisons pour sécuriser la voie. Deux navires accompagnaient cette force, une canonnière et le HMS Firefly. Le temps n'était pas favorable à l'avance d'une armée.

La bataille[modifier | modifier le code]

avance jusqu'à Ctésiphon puis recul jusqu'à Kut-el-Amara

Lors de la première des trois journées d'engagement total avec assauts sur les tranchées, seule une des trois colonnes put atteindre les tranchées défendues par douze points fortifiés et les réserves repoussèrent cette avancée ainsi que la colonne de cavalerie. Townshend tentait de renouveler sa réussite de Es Sin. La seconde journée, même assaut frontal mais cette fois-ci la contre-attaque ottomane repoussa les troupes indiennes jusque dans leurs lignes où elle livrèrent un âpre combat. Les pertes étaient importantes des deux côtés la 45e division qui avait supporté le choc frontal comptait 65 % de pertes. Les navires ne furent pas décisifs, des canons sur les rives, des endroits obstrués et d'autre minés ne permirent pas de tirer profit de ce qui paraissait un avantage.

Chacun décida un recul pour reformer son armée ; ce troisième jour était un échec sanglant pour tous. Voyant le recul britannique, Nur-Ur Din mit ses troupes à la poursuite des ennemis.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Les troupes ottomanes étaient de se défendre sur des positions bien préparées mais leurs lignes de communications étaient très allongées.

Les forces britanniques étaient trop éloignées de leurs bases arrières, les services d'intendance et en particulier de santé étaient trop mal achalandés pour de si longues campagnes. Ctésiphon est le point le plus avancé qu'atteignirent les forces britanniques au cours de cette campagne.

Les troupes vont se retrouver confrontées au siège de Kut.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]