Bataille de Cambrils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Cambrils
Informations générales
Date 13 au 16 décembre 1640
Lieu Cambrils
Issue Victoire des castillans
Belligérants
Catalogne Catalogne Banner of Arms of Spanish Habsburgs.png Espagne
Commandants
Antoni d'Armengol
Jacint Vilosa
Carles Bertrolà
Pedro Fajardo
Álvaro de Quiñones
Forces en présence
2 000 à 4 000 miquelets
2 pièces d'artillerie
23 000 infants espagnols
3 000 cavaliers
25 canons
Pertes
1 100 morts et blessés
Guerre des faucheurs
Coordonnées 41° 04′ 31″ N 1° 03′ 16″ E / 41.07527778, 1.05444444 ()41° 04′ 31″ Nord 1° 03′ 16″ Est / 41.07527778, 1.05444444 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Cambrils.

La bataille de Cambrils eut lieu du 13 au 16 décembre 1640 dans le cadre du conflit entre la Principauté de Catalogne et la Monarchie espagnole, opposant les armées du roi d'Espagne sous les ordres de Pedro Fajardo et Álvaro de Quiñones et celles de la Catalogne commandées par Antoni d'Armengol, Jacint Vilosa et Carles Bertrolà.

Antécédents[modifier | modifier le code]

Au printemps 1640, Francesc de Tamarit a été emprisonné sous l'accusation de ne pas faciliter le logement des troupes levées et consignées en Catalogne. Le 22 mai, les paysans soulevés sont entrés dans Barcelone et l'ont remis en liberté. Le 7 juin, lors du Corpus de Sang, des groupes de faucheurs sont entrés à nouveau dans la cité et ont assassiné le vice-roi de Catalogne Dalmau de Queralt.

En septembre, l'armée de Philippe IV a occupé Tortosa grâce à l'aide de la classe seigneuriale catalane et de l'évêque de la cité, qui, comme la quasi-totalité des évêques occupant des sièges catalans, était politiquement royaliste. Les troupes castillanes sont parties en direction de Barcelone le 8 décembre, rencontrant une grande résistance à El Perelló et au col de Balaguer, près de l'Hospitalet del Infante. Les troupes catalanes battues se sont retirées sur Cambrils.

La bataille[modifier | modifier le code]

L'armée royale a assiégé Cambrils durant deux jours, et les catalans, commandés par le baron de Rocafort, Antoni d'Armengol, le sergent de la place Carles Bertrolà i de Caldés et le gouverneur de la région de Tarragone, Jacint Vilosa, ont résisté comme ils ont pu n'ayant presqu'aucune artillerie (ils ne disposaient que deux canons face à plus d'une vingtaine pour les adversaires). Ils ont essayé de dresser des embuscades aux assaillants dans les environs de la ville, surprenant la cavalerie espagnole. Les castillans ont répondu en bombardant la ville. La résistance s'est prolongée trois jours à l'intérieur de la cité, jusqu'à ce que les catalans se rendent et acceptent de capituler le jour suivant.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Lorsqu'une partie des vaincus est sortie désarmée par une des portes de la ville, ces vaincus ont été tués par les attaquants au cours d'un épouvantable massacre qui s'est soldé par sept cents cadavres gisant au sol. De plus, les trois chefs militaires de la place (Antoni d'Armengol, Baron de Rocafort, Jacint Vilosa et Carles Bertrolà i de Caldés), ainsi que l'alcade et les conseillers de la ville ont été jugés sommairement et la même nuit exécutés par le garrot. Le jour suivant au matin les personnes en vue et les autorités ont été pendues tout autour de la muraille. La cité a été livrée et pillée par les troupes et on a abattu une partie des murailles.

L'armée a continué à avancer en direction de Barcelone et le 24 décembre a occupé Tarragone, où étaient arrivés les premiers renforts français grâce au temps gagné par la résistance de Cambrils.

Les événements de Cambrils vont convaincre les autorités catalanes qu'ils ne peuvent espérer aucun accord avec la Monarchie espagnole et vont les pousser à se jeter dans les bras de la France.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]