Bataille de Cadix (1625)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Cadix.
Bataille de Cadix (1625)
La défense de Cadix, tableau de Francisco de Zurbarán (1598-1664)
La défense de Cadix, tableau de Francisco de Zurbarán (1598-1664)
Informations générales
Date 1er novembre-7 novembre 1625
Lieu Cadix
Espagne
Issue Victoire décisive espagnole
Belligérants
Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnole Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Don Fernando Giron Lord Wimbledon
Robert Devereux
Willem de Nassau
Forces en présence
6 300 soldats réguliers 10 000 soldats réguliers
5 400 marins
105 navires
Pertes
légères 7 000 hommes
62 navires coulés
Guerre anglo-espagnole (1625-1630)
Batailles
Bréda · Cadix · Saint-Christophe (en)
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 36° 32′ 00″ N 6° 17′ 00″ O / 36.533333333333, -6.283333333333336° 32′ 00″ Nord 6° 17′ 00″ Ouest / 36.533333333333, -6.2833333333333  

La bataille de Cadix est une tentative manquée, de la prise de la ville de Cadix par les Anglo-Hollandais lors d'une expédition navale d'octobre à décembre 1625. L'effort principal incombe à la flotte anglaise (une centaine de vaisseaux), l'apport néerlandais ne constituant qu'une force auxiliaire d'une quinzaine de vaisseaux.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Cet épisode se situe dans le contexte de la Guerre de Trente Ans. Après l'échec du mariage espagnol de Charles Ier, l'Angleterre déclare la guerre à l'Espagne en 1625. Charles est influencé par son favori, le duc de Buckingham, passablement impopulaire auprès du Parlement anglais, mais qui espère redorer son blason par un exploit guerrier. Outre la prise de Cadix, l'objectif était la capture de galions espagnols chargés de l'or du Nouveau Monde

Pour cette opération, l'Angleterre dispose de l'appui des Provinces-Unies qui ont fait sécession des Pays-Bas espagnols en 1585 et dont le conflit séculaire vient de reprendre après la rupture de la trêve de 12 ans. Toutefois la flotte néerlandaise se contentera de patrouiller dans la Manche pendant l'absence de la flotte anglaise.

Les opérations[modifier | modifier le code]

Sir Edward Cecil, un vétéran aguerri au combat est nommé commandant de l'expédition par le duc de Buckingham, un choix qui s'est avéré malheureux, Cecil n'étant pas un marin de métier[1].

Les forces anglaises ont perdu du temps en assaillant un vieux fort sans importance, laissant le temps aux navires marchands de se mettre à l'abri et aux forces espagnoles terrestres de se mobiliser derrière des défenses modernisés depuis l'époque des Tudor. Pendant ce temps, un corps de troupes anglaises débarqué à distance de la ville ne put en prendre possession par manque de discipline. Finalement, Sir Edward Cecil, constatant l'impossibilité de se réapprovisionner, prend la décision de retourner en Angleterre.

Cette victoire espagnole combinée à plusieurs autres, remportée par les troupes espagnoles sur le continent, rétablit durant quelques années la prééminence militaire de l'Espagne en Europe. Quant à l'Angleterre, en plus de ses pertes financières, elle doit renoncer à attaquer l'Espagne sur son sol.

Seul une cinquantaine de navires revint en Grande-Bretagne, et 7 000 hommes étaient manquants[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'échec de l'attaque a eu des conséquences graves pour l'Angleterre. En plus de la perte économique et humaine, la réputation de la Couronne d'Angleterre était entachée et Charles Ier humilié[1].

Charles Ier d'Angleterre, afin de protéger son favori, Buckingham alors Lord Grand Amiral, ne fit aucune enquête pour analyser les causes de l'échec de l'expédition. Mais la Chambre des communes a été moins indulgente. Le Parlement anglais a amorcé le processus de destitution du duc de Buckingham, ce qui à incité Charles Ier de dissoudre celui-ci, créant une crise politique et financière grave dans le pays


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Duchein, 50 années qui ébranlèrent l'Angleterre: Les deux Révolutions du XVIIème siècle, Fayard 2010, p.44
  2. Guerreros y batallas n°37: On apprit l'arrivée en Angleterre d'une cinquantaine de navires, et 7 000 hommes manquaient à l'appel.

Liens internes[modifier | modifier le code]