Bataille de Brunanburh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Brunanburh
Informations générales
Date 937
Lieu Inconnu ; nord de l'Angleterre ou sud de l'Écosse
Issue Victoire des Saxons de l'Ouest
Belligérants
Saxons de l'Ouest Vikings de Dublin
Scots
Strathclyde
Commandants
Athelstan
Edmond
Olaf Gothfrithson
Constantin II d'Écosse
Owen de Strathclyde
Coordonnées 53° 20′ 42″ N 3° 01′ 26″ O / 53.345069, -3.023987 ()53° 20′ 42″ Nord 3° 01′ 26″ Ouest / 53.345069, -3.023987 ()  

La bataille de Brunanburh vit la victoire du roi Athelstan et de son frère Edmond sur les armées combinées d'Olaf Gothfrithson, le roi viking de Dublin, de Constantin II d'Écosse et d'Owen de Strathclyde. Certaines sources mentionnent également des mercenaires irlandais, voire gallois.

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Les sources primaires concernant la bataille sont le poème anglo-saxon du même nom inclus dans la Chronique anglo-saxonne, les textes de l'historien anglo-normand William de Malmesbury, ceux de Siméon de Durham, les Annales de Tigernach, le Brut y Tywysogion et les sagas islandaises telles que la saga d'Egill Skallagrímsson, qui combattit pour Athelstan.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le roi Athelstan avait envahi le royaume de Strathclyde quelques années plus tôt (vraisemblablement vers 933-934), entraînant la colère d'autres souverains des Îles britanniques, qui craignaient pour leurs propres royaumes.

Cette bataille est considérée comme l'une des plus sanglantes de cette époque. Elle vit la mort de cinq rois anglais (d'autres sources disent irlandais) et de sept comtes celtes, et de nombreux Saxons furent blessés, dont deux cousins d'Athelstan, Alfric et Athelwin, ainsi qu'un important évêque saxon. Il semble que les Saxons de l'Ouest aient déployé à un moment une charge de cavalerie, contredisant la croyance populaire selon laquelle les armées des anciens Anglais étaient basées sur l'infanterie. La cavalerie était encore une part relativement insignifiante de l'armée saxonne, et se composait peut-être de mercenaires issus d'autres royaumes.

Il s'agit d'une bataille importante dans l'histoire britannique : la victoire écrasante d'Athelstan confirma de façon irrémédiable que l'Angleterre était un royaume anglo-saxon, forçant les royaumes celtiques à consolider leurs positions.

La bataille de Brunanburh est encore célébrée dans la ville de Malmesbury, dans le Wiltshire. Ses habitants combattirent pour Athelstan, et après la bataille, celui-ci leur offrit 600 hides de terres, ainsi que le statut d'hommes libres, qui s'est perpétué jusqu'à aujourd'hui. Lorsque Athelstan mourut, son corps fut transporté de Gloucester à Malmesbury, où il fut inhumé.

Dans l'art[modifier | modifier le code]

Le poète anglais Alfred Tennyson a traduit le poème de la Chronique anglo-saxonne en 1880, le publiant dans ses Ballads and Other Poems. Son fils Hallam Tennyson a publié une traduction en prose du poème. Le compositeur américain Derek Strykowski a utilisé la bataille comme base de sa Brunanburh Suite en 2005. L'auteur argentin Jorge Luis Borges a écrit plusieurs poèmes sur les Saxons et leur victoire à Brunanburh.

Site de la bataille[modifier | modifier le code]

La localisation de Brunanburh n'a pas été identifiée avec certitude. Plusieurs sites ont été proposés dans le Northumberland, ainsi que Bromborough sur la péninsule de Wirral[1], Burnswark dans le sud-ouest de l'Écosse, et Tinsley Wood, près de Sheffield[2], dans le Yorkshire. Ce ne sont pas les seuls sites proposés, mais ce sont les plus couramment acceptés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Birthplace of Englishness 'found' », BBC News,‎ 2004 (consulté le 22/02/2008)
  2. Michael Wood, « Tinsley Wood », in In Search of England: Journeys into the English past, Penguin Books, 2001, ISBN 0-520-23218-6, pp. 203–221

Source[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Battle of Brunanburh » (voir la liste des auteurs)

Bibliographie[modifier | modifier le code]