Bataille de Bramham Moor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Bramham Moor
Informations générales
Date 19 février 1408
Lieu Bramham Moor (Yorkshire - Angleterre)
Issue Victoire royaliste
Belligérants
Forces de
Henry IV
Royal arms of Scotland.svg Faction rebelle de
Henry Percy
Commandants
Sir Thomas Rokeby Henry Percy
Forces en présence
Faibles Faibles
Pertes
Inconnues (légères) Presque totales
Rébellion de Henry Percy
Coordonnées 53° 51′ 52″ N 1° 20′ 29″ O / 53.86444444, -1.3413888953° 51′ 52″ Nord 1° 20′ 29″ Ouest / 53.86444444, -1.34138889  

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Bramham Moor.

La bataille de Bramham Moor a marqué la partie finale de la rébellion de Percy de 1402 à 1408, qui vit s'affronter Henry Percy, premier comte de Northumberland, meneur de la riche et influente famille Percy, contre le roi Henri IV d'Angleterre, intronisé depuis peu. Les Percy avaient auparavant aidé Henry IV dans son coup d'État contre son cousin, le roi Richard II d'Angleterre, en 1399.

La rébellion de Henry Percy[modifier | modifier le code]

Le roi Henri IV et Henry Percy s'étaient brouillés lors de la bataille de Homildon Hill en 1402, qui se traduisit par une victoire des forces anglaises menées par le Northumberland sur une armée d'invasion écossaise, à l'issue de laquelle une multitude de nobles écossais furent capturés. Selon la coutume, un noble qui avait été capturé pouvait obtenir sa libération par le paiement d'une rançon et Percy devait recevoir en conséquence des sommes très importantes suite à sa victoire. Or, le royaume d'Angleterre subissait une grave crise financière pour plusieurs raisons : le coup d'État mené par le nouveau roi Henry avait provoqué des perturbations dans les affaires commerciales, des guerres étaient menées au Pays de Galles et en Écosse, et, de plus, de nombreux anciens partisans du roi assassiné Richard, commençaient à manifester leur mécontentement en désobéissant ouvertement au nouveau roi.

Afin d'obtenir davantage de revenus et d'imposer son autorité sur le Northumberland, une seigneurie détenue par les Percy, Henri IV exigea la remise des otages. Percy, furieux, déclara son soutien à un autre prétendant au trône, Edmund Mortimer, 5e comte de March, et marcha sur les armées de Henry jusqu'à sa défaite à la bataille de Shrewsbury, en 1403, au cours de laquelle son fils, Henry "Harry Hotspur" Percy, fut tué. Retiré en Écosse, Percy réapparut en 1405, après avoir rassemblé une armée en Écosse et dans le Northumberland, dans une ultime tentative pour s'emparer du trône, et marcha sur la ville de York.

La bataille de Bramham Moor[modifier | modifier le code]

À Bramham Moor, au sud de Wetherby, son armée rencontra une escorte de nobles du Yorkshire qui avait été assemblée à la hâte pour s'associer à l'armée menée par le shériff du Yorkshire, Sir Thomas Rokeby. La taille et la composition exactes des armées en présence nous sont inconnues, mais il s'agissait sans doute d'armées de petite taille si on les compare aux milliers d'hommes qui s'affrontèrent à Shrewsbury, les rebelles ne parvenant pas à s'adjoindre le soutien d'autres factions rebelles, comme celle d'Owain Glyndwr, dont la révolte avait échoué.

Le déroulement de la bataille est sujet à caution en raison de manque de sources qui auraient pu l'éclairer. Il semble que son déroulement ait été classique, eu égard au déroulement des batailles au Moyen Âge : une violente mêlée au centre et peu de mouvements tactiques. Percy aurait positionné ses hommes avec attention et attendu l'arrivée de Rokeby à 2 heures après midi. Il est très possible que le sort de la bataille ait été décidé par l'usage du longbow, un arc long employé par les Anglais à l'époque, afin d'éclaircir les premiers rangs ennemis.

Les conséquences de la bataille[modifier | modifier le code]

Percy fut vaincu, son allié, Lord Bardolph, fut tué au début des combats, et le comte lui-même fut tué au cours d'une manœuvre de repli alors que son armée reculait. Peu de ses soldats purent s'échapper et retournèrent en Écosse. Le pouvoir des Percy fut fortement affaibli et le nord de l'Angleterre devint le domaine de leurs rivaux politiques, la famille des Neville, dont le chef, Ralph, était devenu comte de Westmorland. Les Percy retrouvèrent leur lustre passé à l'occasion de la guerre des Deux-Roses.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rayner, Michael, English battlefields: an illustrated encyclopaedia, Stroud : Tempus, 2004, (ISBN 0-7524-2978-7)
  • (en) Lomas, Richard, A Power in the Land: The Percys, East Linton : Tuckwell Press, 1999, (ISBN 1-8623-2067-5)

Sources[modifier | modifier le code]