Bataille de Braga (1809)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Braga.
Bataille de Braga
Combate napoleonico Braga.jpg
Informations générales
Date 20 mars 1809
Lieu Braga, Portugal
Issue Victoire française, lourde défaite portugaise
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau de la Suisse Suisse (présence de contingents suisse)
Flag of the Kingdom of Westphalia.svg Royaume de Westphalie (présence de cavaliers hannovriens )
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Commandants
Nicolas Jean-de-Dieu Soult Baron d'Eben
Forces en présence
23 000 soldats réguliers dont 3000 cavaliers
Cependant seulement 15 000 environ participèrent à cette bataille.
4000 hommes (présence de milices, de troupes irrégulières principalement composées de paysans)
Pertes
40 morts
160 blessés
3000 morts
400 prisonniers
Guerre d'indépendance espagnole
Batailles
Campagne du Portugal et du Nord de l'Espagne (1809)

Villafranca (1re) · Braga · Amarante · Lugo · Porto (1re) · Vigo · Grijó (en) · Porto (2de) · Puente de San Payo

Coordonnées 41° 32′ 39″ N 8° 25′ 19″ O / 41.54416667, -8.4219444441° 32′ 39″ Nord 8° 25′ 19″ Ouest / 41.54416667, -8.42194444  

La bataille de Braga ou bataille de Lanhoso commença le 18 mars 1809 et se termina le 20 mars. Les combats ainsi que la bataille eurent surtout lieu ce dernier jour. Cette bataille est parfois aussi appelée bataille de Carvalho-da-Heste

Contexte[modifier | modifier le code]

Cette bataille s'inscrit dans le cadre de la seconde invasion française du Portugal dirigée par le maréchal Soult. Les Français après être entrés au Portugal par la prise de Chaves se dirigent vers Braga.

Le général Freyre, commandant en chef des forces portugaises est assassiné le 17 mars 1809 par des paysans-soldats portugais. En effet, voulant se replier sur Porto, les paysans l'assassinèrent car ils eurent l'impression « qu'il trahissait leur cause ». Le commandement des 4 000 hommes fut remis à un officier hanovrien, le baron d'Eben.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Après avoir pris la ville de Chaves, les troupes du maréchal Soult marchent vers Braga lorsque l'avant-garde est arrêtée entre Ruivães et Salamonde par l'armée portugaise sous les ordres du général Freyre. Ces défilés furent emportés à la baïonnette.

Le 17 mars 1809, l'armée française vint prendre position sur les hauteurs de Carvalho (village portugais). Elle put apercevoir l'armée portugaise rangée en ordre de bataille sur les montagnes en avant de Braga.

Le 18, pour déborder la droite française, les Portugais prennent le village le Linoso, village qui sera repris le 19 par les Français. Le 19 mars 1809, l'avant-garde du général Francesqui s'empare du village de Lanhoso[1]. Les sources ne permettent pas de savoir si le village de Lanhonso et le village de Linoso sont deux orthographes pour un même village ou si se sont deux villages distincts. Il semblerait d'après la carte que ce soit un seul et même village.

Le 20 mars à 7 heure du matin, l'armée française se met en ordre de bataille.

Le centre de l'armée française se compose de la division du général Delaborde [2] et de la division de dragons du général Lorge. La division Mermet forme l'aile gauche et est soutenue par la division de cavalerie légère de Francesqui. Et la division Heudelet forme l'aile droite.

À 7 h 30 du matin, la division d'infanterie du général Delaborde se met en mouvement en direction des lignes ennemies sans riposter au feu de celle-ci. Cette marche audacieuse, l'ordre et la régularités des mouvements, intimident les Portugais. Peu avant le choc entre les deux lignes, les Portugais s'enfuient. Ils sont alors poursuivis et massacrés sans relâche par la cavalerie française.

La bataille tourne au carnage.

Suite des opérations au Portugal fin mars 1809[modifier | modifier le code]

Les Français prirent dès lors la ville de Braga. Du 20 au 26, le maréchal Soult fit assurer ses communications en envoyant sur divers points des colonnes d'infanterie et de cavalerie. Les villes de Barcelos et Guimarães furent prises. La prise de Guimarães donna lieu à un féroce combat au cours duquel le général Jardon fut tué.

Après avoir passé l'Ave et forcé le défilé de Sidreira, les Français se mirent en direction de Porto, ce qui donna lieu à la bataille de Porto.

Sources et Références[modifier | modifier le code]

[1] p.12, 13,14

  1. Charles Antoine Thoumas, Les grands cavaliers du Premier Empire. Notices biographiques. Série 2,
  2. Abel Hugo, France militaire. Histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837, Volume 4, Delloye, Paris, 1838