Bataille de Bataan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Bataan
Soldats japonais fêtant leur victoire.
Soldats japonais fêtant leur victoire.
Informations générales
Date Du 7 janvier au 9 avril 1942
Lieu Bataan, Philippines
Issue Victoire japonaise difficile
Belligérants
États-Unis États-Unis
Flag of the Philippines.svg Philippines
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau des États-Unis Douglas MacArthur
Drapeau des États-Unis Jonathan Wainwright
Drapeau des États-Unis George M. Parker
Drapeau des États-Unis Edward P. King
Flag of the Philippines.svg Vicente Lim
Drapeau : Japon Masaharu Homma
Forces en présence
151 000 hommes 129 435 hommes
Pertes
25 000 tués
21 000 blessés
100 000 prisonniers
9 000 tués
500 disparus
23 200 blessés ou malades
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Malaisie ·Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu  · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima  · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 14° 40′ 00″ N 120° 25′ 01″ E / 14.6667, 120.417 ()14° 40′ 00″ Nord 120° 25′ 01″ Est / 14.6667, 120.417 ()  

Géolocalisation sur la carte : Philippines

(Voir situation sur carte : Philippines)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Bataan.

La Bataille de Bataan fut une phase cruciale de l'invasion des Philippines par l'Empire du Japon. La prise de la province de Bataan, au terme de trois mois de combats particulièrement durs, permit aux Japonais de s'assurer le contrôle de l'archipel.

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans le courant du mois de décembre, les Japonais étaient parvenus à neutraliser l'aviation et la flotte américaines, tout en effectuant des débarquements sur le sol philippin. Après avoir établi des têtes de pont sur les plages, les Japonais prirent en tenaille les défenseurs américains et philippins, les forçant à reculer. Le général Douglas MacArthur, constatant l'échec de la stratégie défensive, ordonna la mise en place d'un Plan orange, consistant à regrouper les forces de défense à Bataan et Corregidor, et y résister aux attaques japonaises durant six mois, dans l'espoir d'un renfort. La péninsule de Bataan, comptant une importante défense d'artillerie, présentait un terrain favorable pour cette stratégie défensive. Manuel L. Quezon, président du Commonwealth des Philippines, sa famille et une partie de ses collaborateurs, furent évacués vers la forteresse de Corregidor dans la nuit du 24 décembre, de même que le quartier-général de MacArthur. Manille fut déclarée ville ouverte, et fut investie par les Japonais le 2 janvier.

Retraite et plan de défense[modifier | modifier le code]

MacArthur ordonna au major-général Jonathan Mayhew Wainwright IV de protéger la route vers Bataan durant la retraite. Du 1er au 5 janvier 1942, l'United States Army Forces in the Far East effectua une difficile retraite, harcelée par des assauts des forces terrestres, blindées et aériennes japonaises.

La stratégie du Plan orange consistait à établir deux lignes défensives à travers Bataan : Jonathan Wainwright avait la responsabilité du secteur ouest, et le général George M. Parker du secteur est, chacun étant à la tête d'environ 25 000 hommes des corps de l'Armée des Philippines. Du fait du terrain montagneux difficile, les deux lignes étaient séparées l'une de l'autre, ce qui constituait une faille dans la stratégie de défense.

Attaque japonaise[modifier | modifier le code]

Le 9 janvier, les Japonais attaquèrent le flanc est de la ligne entre Abucay et Mauban. Des combats féroces, parfois au corps à corps, opposèrent les forces japonaises aux troupes américaines et philippines. Un autre assaut, sur le flanc ouest, parvint à enfoncer les lignes américaines, mais fut ensuite repoussé. Le 15 janvier, les positions défensives du secteur de Morong furent l'objet d'importants bombardements. Les Japonais réussirent finalement à pénétrer un flanc de la défense et à établir leurs positions, entraînant l'abandon de la ligne Abucay-Mauban le 22 janvier.

Une autre ligne entre Bagac et Orion fut rapidement mise sur pied, juste à temps pour repousser une nouvelle offensive japonaise et combler la faille existant dans les lignes de défense. Du 23 janvier au 17 février, dans l'épisode connu sous le nom de Bataille des poches (Battle of the Pockets), Américains et Philippins combattirent pour anéantir les poches de résistance des 2000 soldats japonais qui, ayant réussi à pénétrer les lignes de défense, s'y trouvaient maintenant coincées. Les affrontements, particulièrement sanglants, aboutirent au quasi-anéantissement de ces troupes japonaises. Le 8 février, le général Masaharu Homma ordonna un repli pour réorganiser ses forces, qui se retirèrent temporairement vers le nord de la péninsule.

Entre le 22 janvier et le 13 février, plusieurs débarquements japonais sur les plages au sud de Bataan, destinés à prendre les Américains en tenaille, furent repoussés au cours de combats sanglants.

Chute de Bataan[modifier | modifier le code]

Gros titres d'un journal anglophone du 24 avril 1942.

Le 12 mars, le général MacArthur et son entourage furent évacués vers Mindanao à bord de patrouilleurs. Sur ordre du président Franklin D. Roosevelt, il partit ensuite pour l'Australie afin d'y prendre la tête des forces Alliées dans le sud-est asiatique. Wainwright le remplaça à la tête des troupes présentes aux Philippines.

Les Japonais reprirent le 28 mars une offensive d'envergure. Le 3 avril, la ligne Orion-Bagac fut l'objet de bombardements intensifs, qui mirent notamment le feu au Mont Samat. L'infanterie japonaise enfonça ensuite les lignes américaines et philippines. Les lignes de communication avec le commandement à Bataan furent bientôt coupées, tandis que les troupes étaient contraintes à la retraite. Le 8 avril, le 57e régiment d'infanterie américaine et la 31e division philippine furent écrasées près d'Alangan River. Le Major-général Edward P. King décida de capituler: le gros des troupes américaines et philippines se rendit le 9 avril.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Corregidor.

La chute de Bataan fut suivie le mois suivant par celle de Corregidor, qui fut le point final de la conquête japonaise des Philippines. La marche de la mort de Bataan, imposée par les Japonais aux prisonniers philippins et américains, est l'un des crimes de guerre japonais les plus connus de la Seconde Guerre mondiale.

Les trois mois de combat à Bataan eurent néanmoins pour conséquence de retarder considérablement les Japonais, handicapant leur stratégie, et donnant aux Alliés du temps pour se préparer aux batailles navales ultérieures.

Douglas MacArthur fit de la reconquête des Philippines une affaire personnelle et, après avoir dû quitter Bataan, déclara « I shall return » (Je reviendrai). Au début de la reconquête des Philippines en 1944, il prononça un discours débutant par : « I have returned » (Je suis revenu).

Postérité[modifier | modifier le code]

Le courage des défenseurs philippins et américains est célébré aux Philippines le 9 avril, lors de la fête nationale connue sous le nom de « Jour de la bravoure » (Araw ng Kagitingan).

Aux États-Unis, un pont traversant la rivière Chicago porte le nom de Bataan-Corregidor Memorial Bridge.

La Bataille de Bataan a également été évoquée au cinéma dans divers films, comme Bataan, réalisé en 1943 par Tay Garnett, avec Robert Taylor ou Retour aux Philippines (Back to Bataan), réalisé en 1945 par Edward Dmytryk, avec John Wayne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William H. Bartsch, December 8, 1941: MacArthur's Pearl Harbor, College Station, TX, USA: Texas A&M University Press, 2003
  • John Burton, Fortnight of Infamy: The Collapse of Allied Airpower West of Pearl Harbor, US Naval Institute Press, 2006
  • Richard Connaughton,MacArthur and Defeat in the Philippines, New York: The Overlook Press, 2001
  • Richard C. Mallonee, Battle for Bataan : An Eyewitness Account, I Books, 2003
  • Gordon L. Rottman,Japanese Army in World War II: Conquest of the Pacific 1941-42, Osprey Publishing 1995
  • John W. Whitman, Bataan: Our Last Ditch : The Bataan Campaign, 1942, Hippocrene Books, 1990
  • Donald J. Young The Battle of Bataan: A History of the 90 Day Siege and Eventual Surrender of 75,000 Filipino and United States Troops to the Japanese in World War, McFarland & Company, 1992