Bataille de Bassorah (2008)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Bassorah.
Bataille de Bassorah
Carte des combats qui ont opposé l'Armée du Mahdi aux forces de sécurité irakiennes au printemps 2008.
Carte des combats qui ont opposé l'Armée du Mahdi aux forces de sécurité irakiennes au printemps 2008.
Informations générales
Date 25-31 mars 2008
Lieu Bassorah, Irak
Issue Victoire stratégique irakienne
Tactiquement indécise
Belligérants
Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Flag of Iraq (2004-2008).svg Armée du Mahdi
Commandants
Drapeau de l'Irak Nouri al-Maliki
Drapeau de l'Irak Lt. Gen. Ali Ghaidan Majid
Drapeau de l'Irak Lt. Gen. Mohan al-Furayji
Drapeau de l'Irak Brig. Gen. Fadhil Jalil al-Barwari
Flag of Iraq (2004-2008).svg Moqtada al-Sadr
Flag of Iraq (2004-2008).svg Shiek Ali al-Sauid
Flag of Iraq (2004-2008).svg Akram al-Kabi
Flag of Iraq (2004-2008).svg Yusuf al-Mosawi
Forces en présence
Flag of Iraq.svg 30 000 hommes (16 000 policiers et 14 000 soldats)
4 Mil Mi-17 et 2 Bell UH-1 Iroquois
2 Lockheed C-130 Hercules
3 avions de reconnaissance Zenith CH 2000
16 000 hommes
Pertes
30 tués
400 blessés
1 000 à 4 000 déserteurs
1 Mi-17 abattu
1 BMP-1 et 5 AMZ Dzik détruits
9 véhicules blindés capturés
400 tués
600 blessés
155 capturés
(chiffres officiels irakiens[1])
50 civils tués
Guerre d'Irak
Batailles
Invasion de l'Irak (2003)

Opération Southern Focus · Umm Qasr · Al Faw · Bassorah · Nassiriya · Nadjaf · Opération Northern Delay · Opération Viking Hammer · Samawa · Kerbala · Bagdad

Coalition militaire en Irak (2003-2011)
(Guérilla irakienne et Attentats de la guerre d'Irak)

Vol DHL à Bagdad · Sadr City · Opération Cajun Mousetrap II · Nadjaf · 1re Falloujah · 2e Falloujah · 1re Al-Qaim · 1er Tall Afar · Opération Steel Curtain · Massacre de Haditha · Fusillade d'Ishaqui · Ramadi · Offensive du Ramadan · Campagne de Diyala · Siège des bases britanniques à Bassorah · Raid aérien du 12 juillet 2007 à Bagdad · Attentat de Qahtaniya · Opération Black Eagle · Opération Restore Peace III · Bassorah · Opération Bashaer al-Kheir · Opération New Dawn

Guerre civile irakienne (2011-en cours)

Opération al-Shabah · Al-Anbar · Youssoufiya · Mahallabiyah · Samarra · Mossoul · Massacre de Tikrit · Baïji · 2e Tall Afar · 2e Al-Qaim · Massacre de Hilla · Tikrit · Jourf al-Sakhr · Zoumar · Sinjâr · Massacres de Sinjâr · Barrage de Mossoul · Opérations aériennes de la coalition · Saklaouiya

La bataille de Bassorah débuta le 25 mars 2008 pendant la guerre d'Irak lorsque l'armée irakienne lance l'opération du nom de code Saulat al-Fursan afin de nettoyer la ville de Bassorah de toute présence de l'Armée du Mahdi. Il s'agit de la première opération majeure planifiée et exécutée par les forces gouvernementales depuis l'invasion de 2003.

Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki supervisa directement les opérations à Bassorah à partir du 24 mars.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

En 2003, lors de l'opération Iraqi Freedom, la ville tombe aux mains des Britanniques le 6 avril 2003.

En décembre 2007, l'armée britannique cède son contrôle à la nouvelle armée irakienne qui concentre ses forces autour de l'aéroport international de Bassorah.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Char T-72 de la nouvelle armée irakienne. Les blindés jouèrent un rôle majeur dans la prise de Bassorah.
Un soldat irakien examinant des obus de mortier saisi à Bassorah le 19 avril 2008.

Le 25 mars, les avions irakiens et de la Coalition scrutent la ville afin d'obtenir des renseignements et de mener des frappes aériennes contre les positions insurgées dans le but de soutenir les troupes irakiennes au sol. La forte résistance de l'Armée du Mahdi dans la ville voit toutefois l'enlisement des 15 000 Irakiens mobilisés, qui nécessitent l'appui de l'US Air Force ainsi que de la Royal Air Force et d'artillerie afin d'en venir à bout. Plus de 1 000 pertes sont reportées en six jours de combats intenses[2].

Après un cessez-le-feu négocié par l'Iran le 31 mars, Moqtada al-Sadr retire ses miliciens des rues de Bassorah mais avait remporté une victoire politique majeure. Un certain nombre de raids ciblés seront encore menés contre les chefs de l'insurrection chiite.

Le 20 avril, les Irakiens prennent le contrôle du centre-ville[3].

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

Les Irakiens perdirent 30 tués, 400 blessés, 1 000 à 4 000 déserteurs ainsi que 1 hélicoptère Mil Mi-17 abattu, 1 BMP-1 et 5 AMZ Dzik détruits et 9 autres véhicules blindés capturés tandis que les insurgés eurent 400 tués, 600 blessés et 155 capturés selon le Ministère de la Défense irakien[4].

Réactions[modifier | modifier le code]

L'opération du gouvernement irakien fut soutenue par les partis politiques kurdes et même par l'ambassadeur iranien en Irak, Hasan Kazemi Qomi, qui déclare appuyer le gouvernement irakien contre les « hors-la-loi » à Bassorah alors qu'en même temps celui-ci avait vivement critiqué les opérations américaines à Sadr City, menées également contre l'Armée du Mahdi[5].

Les gouvernements américain et britannique ont exprimé leur soutien à l'opération et le ministre de la Défense du Royaume-Uni Des Browne indique que 4 000 soldats britanniques resteront déployés en Irak[6].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Britain and the battle for Basra, BBC News, 30 mars 2008
  2. (en) Iraq forces battle Basra militias, BBC News, 26 mars 2008
  3. (en) Iraqi Army Takes Last Basra Areas From Sadr Force, The New York Times, 20 avril 2008
  4. (en) Iraqi cleric calls off militias, BBC News, 30 mars 2008
  5. (en) Iran slams US for bombings in Baghdad militia bastion, Agence France Press, 19 avril 2008
  6. (en) UK halts troop cuts after Iraq clashes, CNN, 1er avril 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]