Bataille de Baker's farm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Baker's Farm
Le Patriote
Le Patriote
Informations générales
Date 9 novembre 1838
Lieu Sainte-Martine, au Québec
Issue Victoire des Patriotes
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Flag of the Patriote movement (Lower Canada).svg Patriotes
Commandants
Colonel Carmichael Docteur James Perrigo
Forces en présence
800 volontaires loyalistes et soldats 500 miliciens
Pertes
2 tués, nombre indéterminé de blessés aucune
Rébellion des Patriotes
Batailles
Saint-DenisSaint-CharlesSaint-EustacheBeauharnoisBaker's farmLacolleOdelltown

La bataille de Baker's Farm eut lieu au Canada en novembre 1838 lors de la Rébellion des Patriotes ; elle fut le premier et dernier succès militaire Patriotes de la campagne de 1838.

Prélude[modifier | modifier le code]

Drapeau Patriote

En février 1838, la Déclaration d'indépendance du Bas-Canada est lue, mais, à cause du désir des États-Unis de rester neutres dans ce conflit et donc d'empêcher le départ d'une invasion du Bas-Canada à partir de leur territoire, cette première tentative échoue. Les Patriotes tenteront de nouveau leur chance en novembre en tentant de prendre le contrôle les principales villes le long de la frontière au nom de la République du Bas-Canada. De nombreuses batailles et escarmouches eurent lieu au début du mois de novembre et, un peu partout, ça tournait à l'avantage des troupes britanniques. Le seul endroit où les troupes anglaises éprouvèrent de la résistance fut à Beauharnois.

Un détachement du britannique de 800 hommes commandé par les colonels Carmichael et Phillpots pris alors la route de Beauharnois. Alerté par des sentinelles, les Patriotes en poste au Camp Baker de Sainte-Martine, sous le commandement du docteur Perrigo, firent demander des renforts à Beauharnois pour faire face aux troupes britanniques en approche. À Beauharnois, François-Xavier Prieur et François-Marie-Thomas De Lorimier prirent la tête de 200 Patriotes en direction de Sainte-Martine, où il arrivèrent vers 18 heures[1].

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 9 novembre au matin on pouvait apercevoir depuis le Camp Baker 800 hommes en habit rouge avançant sur la route principale avec confiance. La tension était palpable dans les rangs des Patriotes, chez qui la nouvelle de l'arrivée des soldats avait provoqué des trépignements de joie. Soudain, lorsque les colonnes anglaises se furent assez rapprochées, un des officiers Patriotes cria "en avant" et les 500 hommes s'élancèrent à travers les champs droits sur les britanniques[1]. Tout en chargeant, les Patriotes tirèrent une première salve qui, tirée de trop loin, ne toucha personne. Les soldats tirèrent eux aussi mais ils visèrent trop haut et ne touchèrent aucun Patriotes. Ces derniers, ouvrirent le feu à nouveau mais cette foi à bonne distance. Le tir fit des ravages dans les rangs britanniques, tuant deux hommes et en blessant de nombreux autres. Devant une attaque menée avec autant de fougue et d'ardeur la débandade s'empara des rangs britanniques et les soldats de la reine prirent la fuite. Les Patriotes les prirent en chasse, mais le Colonel Perrigo les arrêta criant à un tactique pour tromper les Patriotes et au danger d'une éventuelle charge à la baïonnette. De Lorimier fit de vifs reproches à Perrigo, le traitant de lâche et de couard[1]. Cela n'empêcha pas, néanmoins, les soldats de s'éloigner à un tel point que la poursuite devenais non envisageable.

Suites[modifier | modifier le code]

La bataille d'Odletown

La victoire Patriotes au Camp Baker de Sainte-Martine s'avéra inutile, la nouvelle des défaites de Lacolle et d'Odletown arriva dans la soirée et un conseil fut tenu toute la nuit du 9 au 10. François-Xavier Prieur trouva 250 hommes qui voulaient encore se battre et les amena sur la route de Saint-Timothée pour faire face à une nouvelle armée, de 1 200 hommes cette foi, qui marchait en direction de Beauharnois, toujours sou contrôle Patriotes[1]. Ils se placèrent derrière un mur de pierre, armés de leurs fusils et de canons de bois cerclés de fer les 250 hommes attendirent l'arrivée de l'armée anglaise qui viendrait pas. La nuit étant tombée, les derniers Patriotes comprirent qu'il n'y avait plus rien à faire et se dispersèrent. Le lendemain Carmichael entra dans Beauharnois sans résistance armée. C'était la fin du soulèvement de 1838, une semaine après avoir commencése dispersèrent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Histoire des Patriotes; Filteau, Gérard; ISBN 2-89448-341-4