Bataille de Bajaur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ArticlesToBeReadFirst v2.svg  Cette page se comprend mieux après la lecture de Conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan.
Bataille de Bajaur
     En jaune, l'agence de Bajaur, qui fait partie des régions tribales.     En bleu, les régions tribales du Pakistan.     En vert, la province de Khyber Pakhtunkhwa
Informations générales
Date 7 août 2008 -
28 février 2009
Lieu Agence de Bajaur
Issue Victoire de l'armée pakistanaise
Belligérants
Drapeau du Pakistan Pakistan Flag of Taliban.svg Tehrik-e-Taliban Pakistan
Tnsm-flag.svg Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammadi
Flag of Jihad.svg Al-Qaida
Divers
Commandants
Tariq Khan Wali-ur-Rehman
Forces en présence
~ 9 000 soldats ~ 4 000 combattants
Pertes
94 morts
404 blessés
5 prisonniers
(pertes de l'armée)

176+ morts
(pertes des tribus)
(source gouvernementale)
~1 600 morts
2000 prisonniers
(source gouvernementale)
Conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan
Batailles
Bataille de Wana (2004) • Assaut de la Mosquée rouge (2007) • Première bataille de Swat (2007) • Bataille de Bajaur (2008) • Seconde bataille de Swat (2009) • Opération Rah-e-Nijat (2009) • Offensive d'Orakzai et de Kurram (2010 - 2011) • Opération Brekhna (2011) • Opération Zarb-e-Azb (2014)

La Bataille de Bajaur ou Opération Sherdil est une offensive de l'armée pakistanaise visant à reprendre le contrôle de l'agence de Bajaur aux groupes islamistes l'occupant. En août 2008, un poste-frontière pakistanais avait été établi par les Pakistanais afin de contrôler le village de Loyesam à 12 kilomètres de Khaar où sont situés les quartiers-généraux de l'administration de l'agence de Bajaur. Celui-ci est en revanche bientôt encerclé par des centaines de combattants talibans et les soldats pakistanais battent en retraite.

L'opération Sherdil[modifier | modifier le code]

8 000 soldats des forces armées pakistanaises, soutenus par des hélicoptères d'attaque AH-1 Cobra et des avions de combat lancent une offensive afin de sécuriser la région de toute présence talibane qui offrent une résistance féroce, ayant préparé des positions défensives.

Les chasseurs-bombardiers ont en autre lancé en août 2008 une vague de bombardement contre un bastion des talibans nouvellement découvert d'environ 200 combattants talibans dans le petit village de Loesam. L'opération a impliqué selon le chef d'état-major de l’aviation plus de 650 sorties par des F-16 appuyés par des Lockheed C-130 Hercules, avec plus de 80% des bombes utilisé étant des armes à guidage de précision[1]. .

À la fin de l'année 2008, 1 000 insurgés ont été tués dont Abou Said Al-Masri, un chef local d'Al Qaïda. Les pertes pakistanaises s'élevent quant à elles à 82 tués. Les autorités pakistanaises encouragent par ailleurs les tribus locales à se soulever contre les Talibans afin de combattre aux côtés des forces gouvernementales[2]. La tribu des Salarzai, forte de 4 000 combattants armés, répond favorablement à cette initiative.

Selon plusieurs sources, l'attentat à l'hôtel Marriott d'Islamabad du 20 septembre 2008 aurait été perpétré en représailles à l'offensive gouvernementale dans l'agence de Bajaur. Le 8 octobre 2008, l'armée pakistanaise annonce au total avoir tué 2 744 insurgés, dont 328 combattants étrangers et 1 400 blessés depuis le début de l'opération. Le 28 février 2009, l'armée pakistanaise annonce avoir repris le contrôle de l'agence de Bajaur. Des opérations continuent cependant jusqu'en mars 2010, date à laquelle la région est déclarée sécurisée par les autorités pakistanaises, hautement stratégique car frontalière avec l'Afghanistan[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen Trimble, « DUBAI: F-16s powered up Pakistan's counter-insurgency strikes », sur Fligh Global,‎ 13 novembre 2011 (consulté le 24 octobre 2013)
  2. (en) Bajaur areas cleared of militants, claim elders: Deployment of security men sought, DAWN.com, 7 octobre 2008
  3. (en) Battle of Bajaur a crucial test for Pakistan, AFP, 27 septembre 2008