Bataille de Bailén

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Bailén ou bataille de Baylen
La reddition de Bailén, José Casado del Alisal, 1864, Musée du Prado, Madrid.
La reddition de Bailén, José Casado del Alisal, 1864, Musée du Prado, Madrid.
Informations générales
Date 19 juillet-22 juillet 1808
Lieu Bailén, Espagne
Issue Victoire décisive espagnole
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Espagne Espagne
Commandants
Pierre Dupont de l'Étang Francisco Javier Castaños
Théodore de Reding de Biberegg
Forces en présence
24 000 hommes[1] 27 000 réguliers et miliciens[2]
Pertes
+ 2 000 morts
400 blessés
17 641 prisonniers y compris les hommes de Vedel
243 morts
+ 700 blessés[3]
Guerre d’Espagne
Batailles
Insurrection espagnole (1808)

Dos de Mayo · Tolède · Bruc · Valdepeñas · Pont d'Alcolea · Port de Cadix · Olhão · Cabezón · Saragosse (1er) · Valence (1er) (es) · Medina del Rio Seco · Bailén · Évora (pt) · Roliça · Vimeiro

Convention de Cintra ‎
Coordonnées 38° 06′ N 3° 48′ O / 38.1, -3.838° 06′ Nord 3° 48′ Ouest / 38.1, -3.8  

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

(Voir situation sur carte : Andalousie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Bailén.

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Bailén.

La bataille de Bailén écrite aussi en français bataille de Baylen [4] est le point culminant du soulèvement de l'Andalousie contre l'envahisseur français. C'est une victoire décisive des Espagnols, et le premier échec important des armées napoléoniennes.

Le contexte[modifier | modifier le code]

La Sierra Morena.

En mai 1808 à Bayonne, Napoléon dépose le roi Charles IV et écarte son fils Ferdinand VII dont il exige l'abdication. Il les remplace le 7 juillet par son frère Joseph (Joseph Ier). À la faiblesse des Bourbons espagnols, il faut opposer le courage et le nationalisme, voire le fanatisme de leur peuple. Le soulèvement du Dos de Mayo (soulèvement du 2 mai) et sa répression le lendemain par Murat ensanglante Madrid, marquant le début de la guerre d'indépendance espagnole.

Alors que la plus grande partie de l’Espagne est en révolte ouverte, le général Dupont de l'Étang est envoyé à Cadix pour rompre l'encerclement de ce qui reste de la flotte de l’amiral François de Rosily et accessoirement, ramener le calme en Andalousie. Le IIe corps d’observation de la Gironde, sous les ordres du général Dupont de l'Étang, regroupe trois divisions placées sous les ordres des généraux Barbou, Vedel et Frère, ainsi qu’une division de cavalerie commandée par Fresia.

Le 24 mai, l'armée de Dupont quitte Tolède. Elle est forte d'environ 12 000 hommes, soit les 6 000 hommes de la division Barbou, les 2 000 hommes de la division de cavalerie Fresia, 400 hommes du bataillon des marins de la Garde, plus ceux de l'artillerie et du génie. À cet effectif, il faut ajouter environ 3 000 hommes des régiments suisses de Reding le jeune et de Preux, au service de l'Espagne et enrôlés de force. Le 7 juin, les troupes françaises rencontrent et battent au pont d'Alcolea, à une dizaine de kilomètres de Cordoue, un détachement espagnol composé de volontaires, commandé par Don Pedro Agustin Echavarri. Le même jour, les Français prennent Cordoue et la mettent à sac pendant quatre jours, suscitant dans toute l'Andalousie une soif de vengeance.

Le 14 juin, l'amiral de Rosily se rend aux Espagnols. Une partie de la mission de Dupont devient ainsi caduque. Celui-ci quitte Cordoue le 16 juin et rétrograde vers Andújar où il établit son camp le 18 juin. Isolé dans une province hostile et en état de soulèvement, Dupont envoie plusieurs appels à l'aide à Madrid. Le 19 juin, le général Vedel quitte Tolède, avec 5 000 fantassins, 450 cavaliers et 10 canons. Le 26 juin, il vient à bout de 2 000 guérilleros qui les attendent après le défilé de Despeñaperros, dans la Sierra Morena. Il laisse un bataillon pour défendre le défilé, et rejoint l’armée de Dupont avec le reste de ses forces.

Sur ordre de Savary, la division Gobert, qui appartient au Corps d'observation des côtes de l'Océan, remplace celle du général Frère, envoyé soutenir Moncey à Valence. Elle quitte Madrid le 2 juillet à la fois pour renforcer Dupont et pour assurer la communication entre Andújar et Madrid. Une bonne partie de son effectif sera réparti le long du Camino Real, la route principale entre la capitale et la province. Ainsi, les forces du général Dupont se retrouvent très dispersées : Gobert est à La Carolina, Vedel à Bailén et Dupont lui-même occupe avec le plus fort contingent la ville d'Andújar, sans compter les détachements chargés de sécuriser les endroits stratégiques.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le général Castaños rassemble une armée de 30 600 hommes, comprenant quatre divisions: la première sous les ordres du général Théodore de Reding, la deuxième du marquis de Coupigny, d'origine wallonne, la troisième du général Felix Jones, d'origine irlandaise, et la quatrième du général Manuel la Peña, seul Espagnol. Il faut y ajouter la division de montagne commandée par le colonel Cruz Mourgeon et le corps franc du comte de Valdecañas. Le 16 juillet, une bataille importante oppose à Mengibar, sur les rives du Guadalquivir, une partie de la division Vedel et les troupes de Gobert, accourues en renfort, à la division de Reding. Gobert est tué durant l’assaut. Les Français font retraite sur Bailén et La Carolina. Entre temps, Vedel a rejoint Dupont qui l'a appelé à Andújar; il est réexpédié vers Bailén à la poursuite du général Reding qu'il ne trouve pas, ce qui l'engage à continuer ses recherches en direction de La Carolina.

Reding (en vert) bloque la retraite de Dupont (en noir)

Le soir du 18 juillet, profitant de l'obscurité, Dupont quitte Andújar pour échapper à la menace des troupes de Castaños, établies à proximité. Le 19, vers 3h00 du matin, l’avant-garde française est au contact d'un détachement espagnol, au pont du Rumblar, à 5 km de Bailén. Les combats proprement dits commencent à 4h du matin, au moment où Dupont a rejoint la tête de la colonne. Entre 4h et midi, Dupont lancera cinq assauts contre les troupes espagnoles que Reding et son second Coupigny ont déployées à la sortie ouest du village de Bailén. À midi, il ne reste plus que 2 000 hommes du côté français en état de se battre; les autres sont morts ou blessés ou encore ont quitté le champ de bataille vaincus aussi par la chaleur intense et la soif. Voyant la situation désespérée, Dupont se décide à demander une suspension des combats, qui est accepté par Reding.

Pendant la matinée, deux absents de marque ont, de manière différente, pesé sur le cours de la bataille. Castaños, commandant en chef des troupes espagnoles, n'a pas bougé, se contentant d'envoyer La Peña et sa division au secours de Reding et Coupigny à 8h du matin; ces renforts ne se manifesteront à la hauteur du Rumblar qu'après la trêve. Vedel, quant à lui, n'arrivera qu'à 5h de l'après-midi à Bailén. Il n'a pas pris au sérieux les premiers bruits de la bataille qu'il a entendus depuis La Carolina et n'a fixé le départ qu'à 7h du matin; ses soldats auront mis dix heures pour parcourir les 23 km séparant La Carolina de Bailén. Quand il arrive, Vedel ne croit pas à la défaite française et fonce sur les troupes espagnoles qui surveillent la route de Madrid au nord-est de Bailén. Il doit bientôt se rendre à l'évidence: Dupont de l'Étang l'a aussi inclus dans la trêve et il doit déposer les armes.

Le lendemain, les négociations, consécutives à la trêve, commencent entre Castaños, Tilly et Escalante du côté espagnol, Chabert (choisi par Dupont, blessé et malade, pour le représenter), Marescot et Villoutreys du côté français. Ces négociations conduiront à la reddition française, pure et simple.

Le 22 juillet, le IIe corps d’observation capitule et la Convention d'Andujar est signée mais ne sera pas respectée. Dupont et ses généraux seront transportés par bateaux à Marseille et Toulon. Le reste de l'armée française, soit près de 16 000 hommes, sera d'abord acheminé jusqu'à Cadix et gardé sur des pontons (les restes des bâtiments rescapés de la bataille de Trafalgar et dépourvus de leurs superstructures). Dès février 1809, certains seront transportés sur l'île de Cabrera dans les Baléares, d'autres aux Canaries. En 1810, les officiers poursuivront leur captivité en Angleterre. Une minorité de soldats survécut jusqu'en 1814, date à laquelle ils seront enfin libérés.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La Medalla de Bailén

La victoire espagnole démontre que l’armée française n’est pas invincible. Elle encouragera les pays occupés, menacés ou alliés par force à repartir en guerre contre la France.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Clerc, (C. lt-colonel), La Capitulation de Baylen, causes et conséquences, Thorin, Paris 1903
  • Desfayes-de Boccard (Marguerite) et Oliva Marra-Lopez (Andres), Théodore de Reding, le général suisse vainqueur de Napoléon, Éditions LEP, Lausanne, 2007
  • Gomez de Arteche y Moro (José), Guerra de la Independencia. Historia militar de España de 1808 a 1814, Madrid, 1881
  • Histoire du soulèvement, de la guerre et de la révolution d'Espagne, par Monsieur le comte de Toréno, (1836)
  • Oman (Sir Charles), A History of the Peninsular War, vol. 1, London, 1902
  • Denis Smith, Les Soldats oubliés de Napoléon, 1809-1814, Prisonniers sur l'île de Cabrera, Paris, septembre 2005

Autres lectures[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sans compter les divisions Vedel et Gobert, absentes de la bataille
  2. Sans compter les divisions La Peña et Jones, absentes de la bataille
  3. Histoire du soulèvement, de la guerre et de la révolution d'Espagne - page 372
  4. http://www.google.fr/search?hl=fr&q=Bataille%20de%20Baylen&um=1&ie=UTF-8&tbo=u&tbs=bks:1&source=og&sa=N&tab=wp Autre écriture

Liens externes[modifier | modifier le code]