Bataille de Bagdad (2003)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Bagdad.
Bataille de Bagdad
US Marines sécurisant un palais présidentiel durant la bataille (9 avril 2003).
US Marines sécurisant un palais présidentiel durant la bataille (9 avril 2003).
Informations générales
Date 3 avril - 12 avril 2003
Lieu Bagdad, Irak
Issue Victoire décisive de la coalition / Chute du régime de Saddam
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Flag of Iraq (1991-2004).svg Irak
Commandants
Drapeau des États-Unis Tommy R. Franks
Drapeau des États-Unis James N. Mattis
Drapeau des États-Unis Victor E. Renuart, Jr.
Drapeau des États-Unis David Petraeus
Flag of Iraq (1991-2004).svg Saddam Hussein
Forces en présence
30 000 soldats 45 000 soldats
Pertes
34 tués
~100 blessés
2 320 tués
Opération libération de l'Irak
Batailles
Invasion de l'Irak (2003)

Opération Southern Focus · Umm Qasr · Al Faw · Bassorah · Nassiriya · 1re Nadjaf · Opération Northern Delay · Opération Viking Hammer · Samawa · Kerbala · Bagdad

Guérilla irakienne contre la Coalition militaire en Irak (2003-2011) et
1re guerre civile irakienne (2006-2008)

Sadr City · 1re Falloujah · 2e Nadjaf · 1re Samarra · 2e Falloujah · 1re Mossoul · 1re Al-Qaim · 1er Tall Afar · Opération Steel Curtain · Massacre de Haditha · Fusillade d'Ishaqui · Ramadi · Offensive du Ramadan · Campagne de Diyala · 3e Nadjaf · Bases de Bassorah · Attentat de Qahtaniya · Opération Black Eagle · Opération Restore Peace III · Bassorah · Opération Bashaer al-Kheir · Opération New Dawn

2e guerre civile irakienne (2011-2014)

Akachat · Opération al-Shabah · Al-Anbar · Youssoufiya · Mahallabiyah · 2e Samarra · 2e Mossoul · Massacre de Badoush · Massacre de Tikrit · Baïji · 2e Tall Afar · 2e Al-Qaim · Massacre de Hilla · Tikrit · Jourf al-Sakhr

Intervention militaire contre l'État islamique (2014-en cours)

Zoumar · Sinjar · Massacres de Sinjar · Barrage de Mossoul · Jalula · Saklaouiya · Massacre de Zaouïat Albou Nimr

Attentats de la guerre d'Irak

La bataille de Bagdad, également connue sous le nom de « chute de Bagdad », est l'invasion militaire de Bagdad par les forces de la Coalition (américano-britanniques) ayant lieu en avril 2003 dans le cadre de l'opération libération de l'Irak.

Elle mène à la chute du régime de Saddam Hussein le 12 avril, mettant fin à la guerre conventionnelle et annonce début d'une longue période de guérilla qui s'achèvera par le retrait des forces de la Coalition en décembre 2011.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération liberté irakienne.
Char irakien T-72 abandonné sur la route de Bagdad.

Le 19 mars 2003 à 21 h 37, soit quelques heures après la fin de l'ultimatum de 48 heures du président américain George W. Bush qui demandait au président irakien Saddam Hussein ainsi qu'à ses fils Oudaï et Qusay de quitter l'Irak, les États-Unis ont lancé des missiles sur Bagdad. L'Irak a répliqué en envoyant, à partir de vedette rapide de fabrication soviétique, dissimulée sur le littoral, un total cinq de missiles antinavire chinois CSSC-3 Seersucker, volant au ras des vagues dont aucun n'a pu être intercepté mais dont le système de guidage est inopérant sur un objectif terrestre, tirées sur le Koweït, qui n'ont fait ni victimes ni dégâts bien que le premier soit tombé tout près du QG de la 1re force expéditionnaire des Marines[1] et une vingtaine de missiles balistiques Ababil-100 et Al-Samoud 2 interceptés pour la majorité par les missiles Patriot[2].

La stratégie de la coalition a consisté, d'abord, en des bombardements ciblés et répétés de la capitale irakienne et autres villes importantes, visant à la fois à terroriser les Irakiens, l'espoir de la coalition étant de voir des désertions massives dans l'armée irakienne ou un soulèvement de la population irakienne, et à détruire les systèmes de défenses du pays.

Les bâtiments les plus bombardés furent les palais présidentiels[3] et les édifices du parti Baas, ainsi que les casernements que les forces armées irakiennes avaient évacuées plusieurs semaines auparavant, et les systèmes fixes de communications irakiens utilisées en temps de paix. La première frappe qui marqua le début des hostilités le 20 mars à h 30 (heure locale) a été une tentative de bluff pour faire croire à la décapitation du régime en bombardant un lieu où devaient, prétendument, se réunir Saddam Hussein et ses principaux conseillers, avec 36 Tomahawks tiré depuis des navires et deux avions furtifs F-117.

Après deux semaines de combats et la prise de Kerbala, les troupes de la Coalition parviennent à entrer dans la capitale irakienne.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

La statue de Saddam Hussein au Square Firdos démantelée le 9 avril 2003.
Image Landsat 7 de la National Aeronautics and Space Administration montrant les bombardements aériens sur Bagdad. Les bandes foncées représentent la fumée des puits de pétrole incendiés par l'aviation de la Coalition.

Précédées par une importante campagne de bombardements aériens[4], les forces américano-britanniques (constituées de la 3e division d'infanterie US et de la 1re division de Marines, équipés de M1 Abrams, M2 Bradley et de M113), mènent l'assaut contre Bagdad. La prise de la capitale s'effectue rapidement, bien que plusieurs pertes américaines furent déplorées, se heurtant à la résistance farouche de la Garde républicaine tandis que les soldats irakiens ordinaires, démoralisés, se rendent massivement aux troupes de la Coalition. Lorsque les forces américaines sont entrées dans Bagdad, la Garde républicaine ne disposait alors plus que d'unités d'infanterie légère chargées de la garde des palais présidentiels.

Le 4 avril, l'aéroport international de Bagdad est capturé par les Américains après de brefs combats. Le 7 avril, le palais présidentiel Tharthar (près du fleuve Tigre) est également capturé. Les Américains espéraient alors capturer Saddam Hussein mais il s'avéra introuvable[5]. Il sera en effet arrêté à Tikrit dans la nuit du 13 au 14 décembre 2003 lors de l'opération Red Dawn (Aube Rouge) menée par la Delta Force. Dans la même journée, le 7 avril, Mohammed Said al-Sahhaf, diplomate et politicien du gouvernement baasiste déclare qu'il n'y a pas de troupes américaines à Bagdad et que les soldats américains se suicidaient par centaines aux portes de la ville. Au même moment, les blindés américains patrouillaient dans les rues à quelques centaines de mètres du lieu de la conférence de presse. Sa dernière apparition publique en tant que ministre de l'Information eut lieu le 8 avril 2003, quand il déclara que les Américains « sont sur le point de se rendre ou d'être brûlés dans leurs chars. »

Le régime de Saddam Hussein est tombé dans les jours suivants. Le 9 avril, on considère que l'offensive est terminée et que le régime baasiste est renversé, avec la destruction de la statue de Saddam Hussein sur le Square Firdos, par un char américain M88. Les dernières poches de résistance tomberont le 12 avril 2003.

La chute du gouvernement baasiste provoque de nombreux cas de pillages, reportés notamment au Musée national d'Irak, à l'Université de Bagdad, dans les hôtels de luxe, ainsi que dans les supermarchés, les ambassades et les usines[6]. L'un des rares ministères à ne pas avoir été pillé sera celui du pétrole, les soldats américains ayant reçu l'ordre de le protéger tout particulièrement[7].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Mission accomplie et Guerre d'Irak (Occupation).
Chars américains M1 Abrams patrouillant dans les rues de Bagdad après la victoire.

L'opération libération de l'Irak est officiellement achevée le 1er mai, par le président George W. Bush qui la déclare sous la bannière Mission accomplie. L'invasion provoqua toutefois d'importants dommages aux infrastructures civiles, économiques et culturelles de Bagdad. Cette dernière eut cependant plusieurs impacts positifs :

  • hausse spectaculaire du Produit national brut suite à l'arrêt des sanctions économiques et l'investissement pour la reconstruction (18,4 milliards de dollars en 2002, 47 milliards en 2006) ;
  • le nombre d'entreprises privées en Irak est passé de 8 000 en 2003 à 35 000 en 2006 suite à la libéralisation de l'économie.

Après cette victoire décisive, les troupes de la Coalition chercheront à stabiliser la situation politique du pays en installant un gouvernement militaire provisoire : l'Autorité provisoire de la coalition, dirigée par Paul Bremer.

Les divisions de l'armée irakienne stationnées au Kurdistan, sans commandement structuré et prises à revers par les combattants Peshmerga et les troupes américaines (notamment à Mossoul et Kirkouk), n'ont alors pas tardé à jeter les armes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Attacking the Cruise Missile Threat - Joint Forces Staff College, 8 septembre 2003 [PDF]
  2. (en) Space and Missile Defense Command contributions and lessons from Operation Iraqi Freedom - Global Security, 14 octobre 2003
  3. (en) Palais présidentiel irakien, près de Babylone Aerial View of Saddam Hussein's Palace
  4. (en) « A NATION AT WAR: COMBAT; U.S. Ground Forces Sweep Toward Baghdad » New York Times, 3 avril 2003
  5. (en) US poised for Baghdad battle, BBC News, 3 avril 2003
  6. (en) « Looters shake Iraqi cities / CHAOS : Troops watch as Baghdad is ransacked » SFGate, 12 avril 2003
  7. Peter Maass, « Irak : c'était bien une guerre pour le pétrole » Slate, 20 août 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]