Bataille d'Uji (1221)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Uji.
Troisième bataille d'Uji
Informations générales
Date mai 1221
Lieu Uji, tout près de Kyōto
Issue Victoire du shogunat, exil des empereurs retirés.
Belligérants
Shogunat de Kamakura et alliés Familles guerrières loyales à Go-Toba.
Commandants
Hōjō Yoshitoki Go-Toba
Révolte de Jōkyū
Batailles
Troisième bataille d'Uji

La troisième bataille d'Uji est l'affrontement principal de la révolte de Jōkyū. Elle doit son nom au fait qu'elle est la troisième en moins de cinquante ans à se dérouler dans ce petit village de la périphérie de Kyōto, les deux précédents ayant eu lieu en 1180 et 1184 durant la guerre de Gempei.

Durant cette bataille, les forces du Bakufu conduites par le shikken Hōjō Yoshitoki tentent d'entrer dans Kyōto pour écraser l'empereur retiré Go-Toba, utilisant Uji et Seta comme points de passage.

Les forces impériales, épaulées par des sōhei du mont Hiei, tentent une résistance finale au pont d'Uji, à l'entrée de Kyōto, le défendant contre les armées du shogun. Les forces du Bakufu attaquent tout le long de la rivière d'Uji à Seta, et les forcent impériales tiennent fermement durant des heures. Cependant, la cavalerie de Hōjō Yasutoki (le fils de Yoshitoki) finit par briser les lignes impériales, dispersant les derniers défenseurs, et ouvrant la voie vers la ville pour le reste des forces shogunales.

Comme lors des deux précédents combats à cet endroit, cette bataille montre que le pont sur la rivière Uji-gawa est une porte d'entrée tactique pour Kyōto, très facilement défendable, mais, comme précédemment, pas suffisamment, les attaquants finissant par traverser la rivière et vaincre leurs ennemis.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]