Bataille d'Ostrolenka (1807)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Ostrołęka.
Bataille d'Ostrolenka
Informations générales
Date 16 février 1807
Lieu Ostrołęka (Pologne actuelle)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Commandants
Anne Jean Marie René Savary Ivan Nikolaïevitch Essen
Forces en présence
20 000 hommes 25 000 hommes
Pertes
60 morts
1 général
400 blessés
1 300 morts
dont 2 généraux
1 200 blessés dont 3 généraux)
7 canons[1]
Quatrième coalition
Batailles
Cap-Vert (navale) · San Domingo (navale) · Río de la Plata

Campagne de Dalmatie (1806-1807)
Raguse · Castel-Nuovo


Campagne de Prusse (1806)
Saalbourg · Schleiz · Saafeld · Auerstaedt · Iéna · Halle · Magdebourg · Lübeck · Golymin · Pułtusk · Stralsund


Campagne de Pologne (1807)
Eylau · Ostrołęka · Dantzig · Guttstadt · Heilsberg · Friedland


Traité de Tilsit
Coordonnées 53° 05′ N 21° 35′ E / 53.0833, 21.5833 ()53° 05′ Nord 21° 35′ Est / 53.0833, 21.5833 ()  

La bataille d'Ostrolenka (Ostrołęka en polonais) eut lieu le 16 février 1807 entre les troupes de Napoléon dirigée par Savary et les troupes russes du général Essen.

Contexte[modifier | modifier le code]

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 16, à la pointe du jour, le général Gazan se porte avec une partie de sa division à l'avant-garde. À neuf heures du matin, il rencontre l'ennemi sur la route de Nowogrod, l'attaque, le culbute, et le met en déroute. Mais au même moment les Russes attaquent Ostrolenka par la rive gauche. Le général Campana, avec une brigade de la division Gazan, et le général Ruffin, avec une brigade de la division du général Oudinot, défend la ville. Le général Savary envoie le général de division Reille, chef de l'état-major du corps d'armée. L'infanterie russe, sur plusieurs colonnes, veut emporter la ville. Les Français les laissent avancer jusqu'à la moitié des rues avant d'attaquer au pas de charge et laissent les rues encombrées de morts. Les Russes abandonnent la ville et prennent position derrière les monticules de sable qui la couvrent.

Les divisions des généraux Suchet et Oudinot avancent. À midi, leurs têtes de colonnes arrivent à Ostrolenka. Le général Oudinot, sur deux lignes, commande la gauche. Le général Suchet, le centre. Le général Reille, commandant une brigade de la division Gazan, forme la droite. Il se couvre de toute son artillerie et marche à l'ennemi. L'intrépide général Oudinot se met à la tête de la cavalerie et charge avec succès. Il taille en pièces les cosaques de l'arrière-garde ennemie. Le feu est très-vif. Les Russes ploient de côtés et sont repoussés.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le lendemain, les Russes sont poursuivis sur plusieurs lieues, mais seuls des traînards sont rattrapés. L'ennemi laisse mille deux cents blessés et mille trois cents cadavres sur le champ de bataille. Deux généraux russes, dont le général Souvorov, fils du maréchal Alexandre Souvorov, ont été tués, trois autres ont été blessés[2]. Les Français remportent comme trophées sept pièces de canon et deux drapeaux et déplorent soixante morts et quatre à cinq cents blessés. L'Empereur est très peiné d'apprendre la mort du général de brigade Campana. Le colonel Duhamel, du 21e régiment d'infanterie légère, et le colonel d'artillerie Lenoury sont parmi les blessés.

L'Empereur a ordonné au Ve corps de s'arrêter et de prendre ses quartiers d'hiver. Le dégel est ne permet aucun mouvement de troupe important ; c'est la saison du repos.

Oudinot reçoit le titre de comte d'Empire et une dotation d'un million. Savary reçoit la légion d'honneur

La bataille d'Ostrolenka est mentionnée à Versailles et sur nombre d'étendards de régiments français, ainsi que sur l’arc de triomphe de l'Étoile

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français depuis 1792
  2. 63e bulletin de la Grande Armée du 28 février 1807

Sources[modifier | modifier le code]

  • 62e et 63e bulletin de la Grande Armée.
  • Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français depuis 1792 publié par Charles Théodore Beauvais de Préau - 1856, volume 17, p. 73-75