Bataille d'Orléans (1870)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Orléans.
Bataille d'Orléans
Entrée des Allemands à Orléans, tableau de Ludwig Braun (1836-1916)
Entrée des Allemands à Orléans, tableau de Ludwig Braun (1836-1916)
Informations générales
Date 2-4 décembre 1870
Lieu Orléans (Loiret), France
Issue Victoire prussienne
Belligérants
drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse Drapeau français France
Commandants
prince Frédéric-Charles Louis d'Aurelle de Paladines
Forces en présence
30 000 hommes 80 000 hommes
Pertes
1 700 tués et blessés 7 000 tués et blessés, 12 000 prisonniers
Guerre franco-prussienne de 1870
Batailles
Sarrebruck (08-1870) · Wissembourg (08-1870) · Forbach-Spicheren (08-1870) · Wœrth (08-1870) · Siège de Bitche (08-1870) · Borny-Colombey (08-1870) · Mars-la-Tour (08-1870) · Siège de Toul (08-1870) · Gravelotte (08-1870) · Siège de Metz (08-1870) · Siège de Strasbourg (08-1870) · Beaumont (08-1870) · Noisseville (08-1870) · Sedan (08-1870) · Siège de Paris et Chronologie (09-1870) · Bellevue (10-1870) · Châteaudun (10-1870) · Dijon (10-1870) · Siège de Belfort (11-1870) · Bouvet et Météor (navale) (11-1870) · Coulmiers (11-1870) · Amiens (11-1870) · Beaune-la-Rolande (11-1870) · Champigny (11-1870) · Orléans (12-1870) · Loigny (12-1870) · l’Hallue (12-1870) · Bapaume (01-1871) · Villersexel (01-1871) · Le Mans (01-1871) · Héricourt (01-1871) · Saint-Quentin (01-1871)
Coordonnées 47° 54′ 09″ N 1° 54′ 32″ E / 47.9025, 1.909 ()47° 54′ 09″ Nord 1° 54′ 32″ Est / 47.9025, 1.909 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille d'Orléans (1870).

Géolocalisation sur la carte : Centre

(Voir situation sur carte : Centre)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille d'Orléans (1870).

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille d'Orléans (1870).

La bataille d’Orléans et des villes de Beauce se déroula en France durant la Guerre franco-prussienne de 1870.

L'armée française y fut défaite par l'armée prusienne.

Description[modifier | modifier le code]

Le monument commémoratif de la bataille du 11 octobre 1870, place de la Bascule à Orléans, photographié avant la Première Guerre mondiale, avec son descriptif emphatique : « En ce lieu, sous le feu d'un effroyable bombardement, 6.000 français de l'Armée de la Loire, se dévouant pour la défense d'Orléans et l'Honneur de la France, ont arrêté et refoulé jusqu'au soir le choc de 45.000 Prussiens : 300 payèrent de leur vie cette résistance héroïque. »

La bataille se compose de deux mouvements bien distincts : les 11 octobre et 5 novembre 1870 avec la prise puis l'évacuation d'Orléans par le Ier corps bavarois commandé par le général von der Tann ; puis du 2 au 4 décembre 1870, alors que la IIe armée prussienne est dirigée par le prince Frédéric-Charles.

L'armée française de la Loire est sous le commandement du général en chef Louis Jean Baptiste d’Aurelle de Paladines mais les décisions stratégiques sont prises par Léon Gambetta.

Redoutant un combat similaire à celui du 11 octobre, les Allemands décident de ne pas attaquer de front. Ils s'infiltrent jusqu'à La Chapelle-Saint-Mesmin et par le faubourg Bannier. À 9 heures, ils sont à Fleury-les-Aubrais. Les Prussiens envoient un parlementaire pour demander l'occupation de la ville en menaçant de la bombarder. À 10 heures, d'Aurelle de Paladines ordonne l'évacuation de la ville.[réf. nécessaire]

Les combats eurent ensuite lieu dans le cadre de la bataille du Mans.

Situation générale le 2 décembre au soir[modifier | modifier le code]

Journée du 3 décembre[modifier | modifier le code]

Combat de la Tour et de Neuville-aux-Bois[modifier | modifier le code]

Combats d'Artenay et de Chevilly[modifier | modifier le code]

Le 10 octobre 1870, l'avant-garde française, forte de 8 000 hommes et 16 canons, rencontre l'armée prussienne, de 14 000 hommes et 100 canons. Les français sont battus et se replient dans la forêt d'Orléans, perdant 900 hommes tués, blessés ou prisonniers, tandis que les allemands perdent 200 hommes.[réf. nécessaire]

Combats de l'Encornes et de Huêtre[modifier | modifier le code]

Journée du 4 décembre[modifier | modifier le code]

Combats de Patay, Bricy, Boulay[modifier | modifier le code]

Combats de Gidy et de Cercottes[modifier | modifier le code]

Combats de Vaumainbert et de Saint-Loup. Retraite du 20e corps[modifier | modifier le code]

Face aux prussiens de la 6e division et une fraction de la 5e (IIIe corps), le 38e de marche et l'infanterie de marine tiennent bon dans les tranchées qu'ils occupent.[réf. nécessaire]

Évacuation d'Orléans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Léonce Rousset, Histoire générale de la guerre franco-allemande (1870-71) : les armées de province, Paris, Librairie illustrée,‎ 1895-1898 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]