Bataille d'Isandhlwana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Isandhlwana
Bataille d'Isandhlwana (Charles Edwin Fripp)
Bataille d'Isandhlwana (Charles Edwin Fripp)
Informations générales
Date 22 janvier 1879
Lieu KwaZulu-Natal, Afrique du Sud
Issue Victoire des Zoulous
Belligérants
Flag of the United Kingdom.svg Empire britannique Royaume zoulou
Commandants
colonel Anthony Durnford
lieutenant-colonel Henry Pulleine
Ntshingwayo Khoza
Mavumengwana Kamdlela Ntuli
Forces en présence
1 700 hommes ~ 23 000 hommes[1]
Pertes
1 300 morts ~ 1 000 morts
2 000 blessés
Guerre anglo-zouloue
Batailles
Inyezane – Isandhlwana – Rorke's Drift – Eshowe – Ntombe – Hlobane – Kambula – Gingindlovu – Ulundi –
Coordonnées 28° 21′ 32″ S 30° 39′ 09″ E / -28.358888888889, 30.6525 ()28° 21′ 32″ Sud 30° 39′ 09″ Est / -28.358888888889, 30.6525 ()  

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille d'Isandhlwana.

La bataille d'Isandhlwana[2] est une bataille livrée le 22 janvier 1879 en Afrique du Sud, pendant la guerre anglo-zouloue (1879), et qui s'est soldée par l'une des plus grandes défaites coloniales britanniques.

L'Isandhlwana (également nommée Isandlwana ou Isandula) est une colline isolée dans la province du KwaZulu-Natal. Isandhlwana veut dire la colline qui ressemble à un bœuf.

Une armée de plus de 20 000[1] Zoulous, commandée par Ntshingwayo Khoza et Mavumengwana Kamdlela Ntuli, balaie six compagnies du 24e régiment d'infanterie britannique, un contingent de volontaires du Natal et des auxiliaires Basotho, soit 1 700 hommes environ, sous les ordres du colonel Durnford et du lieutenant-colonel Pulleine.

L'origine du conflit[modifier | modifier le code]

La guerre anglo-zouloue de 1879 trouve son origine dans la politique agressive de Sir Henry Bartle Frere, "High Commissioner" (haut commissaire) des possessions britanniques en Afrique du Sud. Administrateur colonial de grande expérience, il est envoyé au Cap en 1877 afin de réaliser la réunion des colonies britanniques, des républiques boers et des royaumes africains dans une Confédération unique dirigée par le gouvernement du Royaume-Uni, très intéressé par la région depuis la découverte de diamants à Kimberley en 1868. Rapidement Bartle Frere conclut que le royaume zoulou est un obstacle à la mission qui lui est assignée et il est persuadé que le roi Cetshwayo kaMpande appuie la vague de mécontentement des populations africaines qui secoue alors l'Afrique du Sud [3]. En dépit des avis contraires de son gouvernement, déjà engagé dans une guerre difficile en Afghanistan et très inquiet par la tournure prise par la crise qui oppose à la même période la Russie et l'Empire ottoman dans les Balkans, et qui par conséquent prône la modération et la négociation avec les Zoulous pour ne pas multiplier les conflits, Bartle Frere estime que l'épreuve de force est inéluctable et que les troupes dont il dispose sont suffisantes pour y faire face avec succès [4]. Il recherche donc toutes les occasions de précipiter les évènements. À la suite d'un incident frontalier survenu en juillet 1878 et lors duquel deux femmes indigènes fuyant le pays zoulou, sont rattrapées en territoire britannique et exécutées par leurs poursuivants devant les soldats anglais, il envoie le 11 décembre un ultimatum à Cetshwayo kaMpande, par lequel il exige outre la livraison des coupables (qui ont déjà été jugés selon les lois zouloues) et le paiement d'une importante rançon en tête de bétail, le démantèlement et le désarmement partiel de l'armée zouloue, la rectification des frontières ainsi que la désignation d'un résident britannique en pays zoulou, avec voix au grand conseil de la nation zouloue[5]. Cela signifie de facto la perte pour le pays zoulou de son indépendance et son assujettissement à un statut d'État-vassal. Bartle Frere donne 30 jours à Cetshwayo pour accepter ses exigences étant précisé que tout refus serait assimilé à un casus belli. Cetshwayo ne répond pas.

L'armée zouloue et sa tactique[modifier | modifier le code]

Cetshwayo
Schéma de la tactique zouloue avec enveloppement de l'adversaire par les ailes

Créée par Chaka au début du XIXe siècle, l'armée ou impi zouloue est la plus puissante machine de guerre à laquelle vont se confronter les Britanniques en Afrique australe. En 1879, à l'ouverture des hostilités, le roi Cetshwayo dispose d'une armée de 55 000 hommes, enrôlés par tranche d'âge dans 33 régiments ou amabutho (singulier, ibutho). Toutefois, seuls 40 000 hommes sont immédiatement opérationnels. Les guerriers sont principalement armés d'une sagaie à large lame (l'iklwa) et d'un grand bouclier en cuir. Devant la menace britannique croissante, Cetshwayo commence à acheter des armes à feu et l'armée zouloue possède plus de 5 000 mousquets et fusils, de piètre qualité cependant. Cela étant, parfaitement préparés au combat à l'arme blanche et au corps à corps, les guerriers zoulous ne sont pas entraînés au maniement des armes à feu et de surcroit, nombreux sont parmi eux, ceux qui tiennent leurs fusils à bout de bras pour tirer, afin d'éviter de subir le recul désagréable de l'arme, ce qui réduit fortement leur précision[6].

Zoulous du Natal en habit traditionnel

La tactique de combat de l'armée zouloue a été portée à son apogée par Chaka, et lui a permis d'imposer son hégémonie dans la région. Aux qualités traditionnelles de courage et de mobilité des armées africaines, il a ajouté l'organisation et l'entrainement, transformant un ost indiscipliné en unité de combat particulièrement redoutable, reposant sur un système régimentaire. Pendant la bataille, l'armée zouloue se présente en arc de cercle face à son adversaire[7]. Au centre (la poitrine), se tiennent les régiments aguerris, sur les ailes (ou cornes, comme les nomment les zoulous) sont placés les régiments de jeunes guerriers. Ceux-ci ont pour mission de mettre à profit leur vitesse et leur agilité pour déborder l'ennemi en l'attaquant sur les flancs tout en essayant de l'encercler alors que les guerriers de la poitrine l'engagent de face. Derrière la poitrine, et tournant le dos à la bataille afin de garder leur calme, des régiments de vétérans (les reins) se tiennent en réserve, n'intervenant que pour faire basculer l'affrontement vers la victoire. Chaque homme connaît sa place, les gestes et les manœuvres ayant été répétés indéfiniment, comme dans les armées occidentales, jusqu'à devenir des automatismes[6].

L'armée zouloue est loin d'être invincible, les Boers l'ont ainsi sévèrement étrillée à la bataille de Blood River en 1838[8], mais elle n'est certainement pas à négliger ou sous-estimer. Les Britanniques qui comptent sur leur puissance de feu pour gagner rapidement le conflit vont en faire l'amère expérience.

Le plan de campagne britannique et la stratégie zouloue[modifier | modifier le code]

L'armée britannique pénètre au Zoulouland.

Le 9 janvier à minuit, l'ultimatum britannique expire ; à l'aube du 11 janvier, les premières unités de l'armée d'invasion, qui compte environ 13 000 hommes (5 000 réguliers, 2 000 volontaires à cheval, 6 000 auxiliaires indigènes), pénètrent en territoire zoulou. Cette armée est placée sous le commandement du général Frederic Thesiger second baron de Chelmsford dont la stratégie est simple : attaquer Ulundi, la capitale zouloue (appelée « Kraal Royal ») pour tenter à la fois de capturer Cetshwayo et d'anéantir son impi.

Pour mener à bien ces objectifs, Chelmsford décide de lancer son offensive sur trois fronts et divise en conséquence son armée en plusieurs colonnes. À l'aile droite, une première colonne, confiée au colonel Pearson, doit franchir la Tugela, établir un camp provisoire, puis lancer des reconnaissances sur la route d'Ulundi. Au centre, la colonne principale qui campe à Rorke's Drift, et commandée par Chelmsford lui-même et le colonel Glyn, doit se diriger directement sur Ulundi et accrocher le gros des forces zouloues. À gauche, une troisième colonne (colonel Wood) doit traverser la Blood River (ou Ncome), affluent de la Tulega, et refermer la tenaille. Chacune de ces colonnes est assez forte pour être en mesure de défaire l'armée zouloue sans avoir besoin du soutien des deux autres[9].

Enfin, Chelmsford qui ne méconnait pas le risque d'une attaque zouloue en territoire britannique, confie une quatrième colonne au colonel Durnford avec pour mission de rester en réserve au Natal et d'assurer la surveillance active de la frontière pour prévenir toute éventualité. Une cinquième colonne, commandée par le colonel H. Rowlands, s'installe à Luneburg au Transvaal, annexé par le Royaume-Uni depuis 1877, afin là aussi de prévenir toute offensive zouloue mais aussi de surveiller les éventuels opposants locaux à la domination britannique.

Cetshwayo de son côté ne veut pas la guerre, trop conscient de la supériorité militaire de ses adversaires. Cependant l'invasion de son territoire rendant celle-ci inéluctable, il ordonne à ses guerriers d'aller au-devant de l'ennemi mais leur interdit de pénétrer au Natal. Il entend en effet mener une guerre essentiellement défensive afin de prouver son absence d'intention agressive[9].

Guerriers zoulous, 1879 (Charles Edwin Fripp)

L'effort principal de son armée, dont il donne le commandement au chef Ntshingwayo kaMahole Khoza, porte sur la colonne du centre, considérée à juste titre comme la plus puissante et la plus dangereuse, tandis que la marche des deux autres colonnes doit être ralentie par des attaques de harcèlement menées par les guerriers résidant dans les régions qu'elles traversent.

Les prémices[modifier | modifier le code]

L'escarmouche de la vallée de la Batshe, prise du kraal de Sihayo. 12 janvier 1879

Dès le 12 janvier, la première escarmouche est livrée. La route empruntée par la colonne centrale suit la vallée de la Batshe, fief de Sihayo kaXongo, l'un des vassaux de Cetshwayo et dont les hommes sont à l'origine des incidents de frontière justificatifs de l'ultimatum du 11 décembre. Le village de Sihayo est situé le long des pentes de collines abruptes, en forme de fer-à-cheval, et constitue une excellente position défensive. Sihayo est absent et son domaine est défendu par Mkhumbikazulu, l'un de ses fils, et entre 200 et 300 guerriers. L'attaque britannique est menée par les cavaliers du Natal Native Contingent. Accueillis par une fusillade, ils sont repoussés ; Chelmsford fait intervenir l'infanterie dont l'assaut, auquel se joignent les cavaliers, est irrésistible. Mkhumbikazulu est tué et ses guerriers dispersés[10]. Une centaine de Zoulous sont tués ou blessés lors des affrontements alors que le Natal Native Contingent perd deux hommes et compte une douzaine de blessés dont deux officiers[11].

Le combat conforte les Britanniques dans leur conviction que la victoire sera aisée. Les Zoulous ont combattu bravement mais ils n'ont pas tenu devant la puissance de feu et le professionnalisme de leurs adversaires et cela malgré l'avantage du terrain dont ils disposaient.

Pour des raisons logistiques, l'avance de la colonne est suspendue jusqu'au 20 janvier et elle retourne à Rorke's Drift. En effet, les pluies de décembre ont détrempé le sol et la route s'avère impraticable pour les lourds chariots et le train d'artillerie. De surcroit, les hommes du génie doivent préparer des passages guéables pour permettre aux troupes de franchir la Batshe ou la Manzymnyama. Le 20 au matin, Chelmsford donne l'ordre du départ et l'armée arrive dans l'après-midi au pied d'Isandhlwana où elle fait halte et établit un camp. Celui-ci est dressé sur une pente douce, face à la direction d'Ulundi, devant la montagne, sur un site découvert qui offre une excellente visibilité. C'est un vaste champ de tentes dépourvu de la moindre fortification. Aucune tranchée n'est creusée, le sol trop rocailleux ne le permet pas et les chariots sont réunis dans un col à proximité plutôt que d'être installés en cercle, autour du bivouac, à la mode des laager boers, pour en assurer la sécurité[12].

L'armée britannique en déplacement en territoire zoulou. L'illustration montre les difficultés de la progression compte tenu des moyens logistiques et de la nature du terrain

Le 22 janvier, des éclaireurs repèrent des forces zouloues dans les collines du Nkandhla, à l'est du camp. Très tôt dans la matinée, Chelmsford part avec trois mille hommes à leur rencontre et confie le commandement du camp au lieutenant-colonel Pulleine. Avant son départ, il envoie un message au colonel Durnford pour lui demander de rallier Isandhlwana au plus tôt, avec sa colonne. Les ordres qu'il donne à ce dernier sont vagues et il semble qu'il ait surtout désiré restreindre son autonomie en intégrant ses troupes dans la colonne principale car quelques jours plus tôt, Durnford avait en effet entrepris de son propre chef une reconnaissance en terrain ennemi, sans l'aval de Chelmsford[13].

Peu après le départ de Chelmsford, plusieurs centaines de Zoulous apparaissent à proximité du camp. Ils se contentent d'observer et se retirent tandis que Pulleine met ses hommes en alerte. Durnford arrive vers 10 heures du matin à Isandhlwana. Il s'attendait à trouver sur place des ordres plus explicites mais son attente est déçue[14]. Cependant, plus ancien et plus gradé que Pulleine, il se trouve de facto commandant du camp. Considérant que les Zoulous aperçus peuvent constituer une menace tant pour le camp que pour les arrières de la colonne de Chelmsford, il décide d'aller avec ses hommes en reconnaissance. S'il prend acte du refus de Pulleine de renforcer ses effectifs avec des troupes de la garnison, il lui signifie clairement qu'il escompte son soutien en cas d'accrochage sérieux avec l'adversaire[14]. À 11 heures 30, Durnford commence sa reconnaissance. Il a envoyé les lieutenants Raw et Roberts avec deux escadrons du Natal Native Horse explorer le sommet d'une crête susceptible d'être utilisée par les Zoulous car elle est proche du camp et le domine, tandis qu'avec le reste de ses hommes, il progresse dans la plaine en longeant les parois de la crête. Pullaine fait suivre les cavaliers de Raw et Roberts par une compagnie du 24e régiment d'infanterie, commandée par le capitaine Cavaye, afin de sécuriser ces hauteurs. Arrivés au sommet, Raw et Roberts débouchent sur un plateau herbeux où ils constatent la présence de groupes épars de guerriers ennemis et de jeunes garçons qui surveillent des petits troupeaux de bœufs et qui se retirent précipitamment dès qu'ils les voient. Poursuivis, les vachers conduisent leurs bêtes en lisière du plateau dont ils dévalent les pentes. Les cavaliers s'arrêtent net: au pied du plateau, tranquillement assise, une armée de plus de 20 000 guerriers est là [15].

Vue de la colline d'Isandlwana et du champ de bataille.

La bataille[modifier | modifier le code]

La bataille d'Isandhlwana, illustration parue dans le Graphic

L'armée zouloue était dirigée par les inDunas (princes) Ntshingwayo kaMahole Khoza et Mavumengwana kaNdlela Ntuli. L'inDuna Dabulamanzi kaMpande, demi-frère de Cetshwayo, dirigea le régiment Undi après que kaMapitha, le inkhosi régulier, ou commandant, fut blessé[16].

Alors que Chelmsford patrouillait les environs à sa recherche, l'armée zouloue le contourna en se plaçant derrière les forces britanniques avec l'intention d'attaquer le 23 janvier. L'armée zouloue fut découverte le 22 janvier vers 8h du matin par des éclaireurs du Lieutenant Charles Raw à la poursuite de petits groupes de Zoulous dans une vallée, découvrant d'un coup les 20.000 hommes tranquillement stationnés en silence. Une fois découverts, les Zoulous se préparèrent à l'attaque. Les hommes de Raw se livrèrent à une retraite défensive vers leur camp contre l'armée qui les chargeait, et un messager fut envoyé pour avertir Pulleine. Pulleine observait des Zoulous sur les collines sur la gauche du front, et envoya une missive à Chelmsford, qui fut reçue par le Général entre 8h et 10h du matin[17].

Anthony Durnford vers 1870

L'attaque zouloue se mit alors en position d'attaque traditionnelle de tête de buffle, dans le but d'encercler les britanniques. De la vision qu'en avait Pulleine depuis sa position, seules la corne droite et le centre de l'attaque semblaient positionnés. Pulleine envoya alors la première, puis l'ensemble des six compagnies du 24e régiment d'infanterie se poster pour former une ligne de tir, avec pour but de parer de front à l'attaque zouloue. Les hommes de Durnford, après confrontation de l'attaque centrale zouloue, se replièrent vers un donga, une ravine asséchée, sur le flanc britannique droit où ils constituèrent une ligne de défense. La batterie commandée par Durnford, qui n'avait pas été positionnée derrière les troupes en position, fut rapidement isolée et battit en retraite. Les deux bataillons de troupes indigènes se trouvaient dans le dispositif de Durnford; alors que tous les officiers et les sous-officiers disposaient de fusils, seul un indigène sur 10 disposait d'un mousquet et d'un nombre limité de munitions[18],[19], et nombre d'entre eux quittèrent le champ de bataille dès ce moment[20].

Pulleine ne fit qu'un changement de dispositif, après environ 20 minutes d'échange de tirs, en rapprochant quelque peu la ligne de tir du camp. Pendant quelques heures[21] jusqu'à midi, le dispositif britannique discipliné infligea des pertes significatives à l'attaque centrale zouloue, qui fut bloquée. Le moral restait haut dans les rangs britanniques. Le fusil Martini-Henry était une arme puissante, et les hommes savaient comment le manier. De plus, les tirs d'artillerie forcèrent certains régiments zoulous à se protéger derrière une colline. Cependant, la corne gauche de l'armée zouloue progressait pour déborder et encercler le flanc droit britannique[22].

Les hommes de Durnford, qui se battaient depuis le plus longtemps, commencèrent à se replier et leur capacité de tir diminua. La retraite de Durnford exposa le flanc britannique droit qui, avec la menace générale de l'encerclement zoulou, incita également Pulleine à replier ses troupes vers le camp. Le retrait des soldats britanniques se fit avec ordre et discipline, et les hommes du 24e revinrent au camp en combattant. La retraite de Durnford cependant exposa le flan de la compagnie G, 2nd/24ème, qui fut rapidement emporté[23].

Un officier des forces de Chelmsford donna ce témoignage du déroulement final de la bataille, avec 3 heures de l'après-midi :

"En quelques secondes, nous vîment distinctement les fusils tirer de nouveau les uns après les autres. Ce qui se reproduisit à plusieurs reprises - une pause, puis un flash – flash! Le soleil éclairait le camp, puis le camp paru s'assombrir, comme si une ombre l'enveloppait. Les fusils ne tirèrent plus après cela, et les tentes disparurent en quelques minutes"[24].

À peu près au même moment, dans le témoignage d'un guerrier zoulou :

"Le ciel s'assombrit au milieu de la bataille; nous pouvions toujours voir le soleil sur nous, ou sinon nous aurions crû avoir combattu jusqu'au soir. Puis nous pénétrâment dans le camp, envahi par la fumée et les tirs. Après cela, le soleil réapparut."[25]

Le moment de l'éclipse solaire intervenue ce jour a été estimé à 14h29.

La présence d'un grand nombre de corps britanniques regroupés suggère que la résistance fut plus organisée que pensé au début, avec plusieurs derniers carrés qui semblent avoir été organisés. Divers éléments indiquent que de nombreux corps, de nos jours indiqués par des cairns, furent trouvés en grandes concentrations dans le camps, dont la plus grande était de 150 hommes. Un témoignage zoulou évoque un groupe du 24e formant un carré au col d'Isandlwana[26]. La cavalerie, les NMP et les carabiniers, qui ont pu fuir plus aisément avec leurs chevaux, moururent en défendant Durnford dans un carré, alors que les chevaux furent tués à proximité[27]. Ce qui est certain c'est que le massacre fut total entre la zone du camp et Fugitive's Drift (à mi-chemin avec Rorke's Drift, à 28° 22′ 59″ S 30° 34′ 59″ E / -28.383, 30.583 ()) sur la route de retour au Natal. Le combat se déroula en corps-à-corps et sans pitié pour les soldats britanniques. Les Zoulous avaient reçu instruction de ne pas s'attaquer aux civils portant des vêtements noirs, ce pourquoi certains officiers portant des uniformes noirs ou bleu foncé à l'époque, furent épargnés et s'échappèrent[28].

Le combat britannique acculé[29] se déroula avec les baïonnettes et les crosses de fusils quand les munitions étaient épuisées [30]. Un témoignage zoulou relate le combat à une seule main du garde de la tente de Chelmsford, un grand irlandais du 24e qui repoussa les zoulous avec sa baïonnette jusqu'à ce qu'il fut transpercé de sagaies et le drapeau du général capturé[27]. Les Couleurs du 2/24ème furent perdues, alors que les Couleurs de la Reine du 1/24ème furent emportées hors du champ de bataille par le Lieutenant Melvill à cheval avec l'aide du Lieutenant Coghill, mais perdues lorsqu’ils passèrent la rivière. Melvill et Coghill reçurent de façon posthume la Victoria Cross en 1907 alors que leur légende se faisait plus épique[31]. Garnet Wolseley, qui remplaça Chelmsford, pensait autrement à l'époque et déclara, "Je n'aime pas l'idée que des officiers s'échappent à cheval alors que leurs hommes à pied se font tuer."[32]

Des quelques 1.700 hommes de l'armée britannique et de leurs auxiliaires indigènes impliqués, environ 1.300 furent tués, la plupart des Européens, dont les dirigeants Pulleine et Durnford. Seuls cinq officiers impériaux survécurent. Parmi les morts, le chirurgien Peter Shepherd[33]. Le Natal Native Contingent perdit 140 hommes, 240 hommes sur 249 furent perdu parmi l'amaChunu African auxiliaries[34]. Le dernier à mourir fut sans doute Gabangaye, le chef du amaChunu Natal Native Contingent, à qui il fut offert de mourir par les udibi. Les prisonniers du Natal Native Contingent étaient considérés comme des traitres par les Zoulous et furent exécutés[35].

Quelques 1.000 fusils Martini-Henry, deux canons, environ 400.000 munitions, trois Couleurs, la plupart des 2.000 animaux de trait et 130 chariots[36], des ressources telles du ravitaillement en boites de conserve, des biscuits, de la bière, des vestes et des tentes furent emportés par les Zoulous ou abandonnés sur le terrain. Parmi les survivants, la plupart étaient des auxiliaires indigènes. Les Zoulous perdirent environ 1.000 hommes, pour des estimations variées quant aux hommes blessés[37] .

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Emplacement d'ossuaires britanniques à Isandlwana

La victoire britannique lors de la Bataille de Rorke's Drift par quelques survivants d'Isandhlwana permit de sauver quelque peu sauver la face.

Si Isandhlwana fut un succès tactique pour les Zoulous il s'est avéré une victoire à la Pyrrhus, de surcroit dans l'esprit de Cetshwayo cette victoire devait clore la guerre. Pour le public et l'armée britannique par contre cette défaite humiliante exacerba le désir de vengeance, il ne s'agissait plus alors de conquérir des terres mais bien de venger un affront dans le sang zoulou. Lord Chelmsford en jouant sur le chauvinisme n'eût aucun mal a trouver des volontaires qui s'enrôlèrent pour mater le royaume zoulou et le faire disparaître en tant que tel. C'est avec des troupes fraîches et plus nombreuses, plus d'artillerie, plus de moyens logistiques, mais surtout un esprit nouveau qu'il repartit à la conquête du Zoulouland.Les Britanniques prirent toutes les précautions nécessaires et finirent par écraser le royaume zoulou.

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Armée britannique[modifier | modifier le code]

  • 5 compagnies du 1er bataillon du 24th foot Regiment (South Wales Borderers)
  • 1 compagnie du 2e bataillon du 24th foot Regiment (South Wales Borderers)
  • 70 hommes et 2 canons de 7 livres de la 3e brigade de la Royal Artillery
  • Natal native horse (principalement des cavaliers basutos)
  • des éléments des Newcastle Mounted Rifles, des Buffalo Border Guard et des Natal Carbineers

Armée zouloue[modifier | modifier le code]

Monument dédié à l'impi zoulou
  • Corne gauche (6 000 hommes environ)
    • Régiment uVe
    • Régiment iNgobamakhosi
  • Poitrine (8 000 hommes environ)
    • Régiment uNokhenke
    • Régiment uKhandempemvu ou uMcijo
  • Corne droite (4 000 hommes environ)
    • Régiment udududu
    • Régiment iMbube
    • Régiment iSangqu
  • Réserve (3 000 hommes)
    • Régiment iNdluyengwe
    • Régiment uThulwana
    • Régiment uDloko
    • Régiment iNdlondlo

Postérité[modifier | modifier le code]

Régiment zoulou progressant vers l'ennemi à Isandhlwana (Charles Edwin Fripp)

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • L'Ultime Attaque (Zulu Dawn) de Douglas Hickox, film de guerre britannique sorti en 1979 au cinéma. (Le film "Zoulou" de Cy Endfield se situe à l'issue de la bataille. Des rescapés annoncent la nouvelle aux quelques troupes stationnées dans la position de Rorke's Drift.)

Chanson[modifier | modifier le code]

  • La chanson "Impi", de Johnny Clegg raconte cet événement.
Le dernier combat des lieutenants Melvill et Coghill en tentant vainement de défendre les couleurs (Charles Edwin Fripp)

BD[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Isandlwana 1879 pages 49
  2. la colline qui ressemble à un bœuf
  3. Zulu War 1879 page 8
  4. Isandlwana 1879 page 11
  5. La guerre des Zoulous page 25
  6. a et b Battle in Africa page 34
  7. La guerre des Zoulous page 24
  8. Great Zulu battles pages 35 à 50
  9. a et b Zulu War 1879 page 11
  10. Isandlwana 1879 pages 35
  11. Zulu pages 84 et 85
  12. "Isandlwana 1879 pages 37 et 38"
  13. Isandlwana 1879 page 44
  14. a et b Isandlwana 1879 pages 46
  15. Great Zulu battles page 111
  16. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées morris.
  17. Colenso, p. 287,288
  18. Smith-Dorrien, Chapter 1B
  19. Thompson, p. 17, 22. About 20% of each battalion had some sort of firearm
  20. Morris, p. 371.
  21. Smith-Dorrien, Chapter 1B gives a start time for the battle of around 8:00am with the Zulus falling back behind the hills until noon and the final Zulu advance beginning at 1:00pm
  22. Morris, p. 373; Colenso, p. 285.
  23. Morris, p. 373–374.
  24. Colenso, p. 292, the officer states it was 3:00pm.
  25. Mitford, Bertrand, Through the Zulu Country, p. 95.
  26. Colenso, p. 413.
  27. a et b Lock, p. 219.
  28. Smith-Dorrien, Chapter 1C
  29. see Charles Edwin Fripp's painting in the National Army Museum
  30. Knight (1992, 2002), p. 49; Morris, p. 375, 377.
  31. Lock, p. 222.
  32. Lock, p. 214.
  33. Aged 37, from Leochel Cushnie, Aberdeenshire, who together with Colonel Francis Duncan had established the concept of teaching first-aid skills to civilians and had written the book "Aids for cases of Injuries or Sudden Illness"., BMJ 1994; 309 : 1718 (Published 24 December 1994) The earliest days of first aid.
  34. Thompson, Paul Singer. Black soldiers of the queen: the Natal native contingent in the Anglo-Zulu War, University of Alabama Press, 2006, ISBN 0-8173-5368-2 p. 75–76.
  35. Lock, p. 223–224.
  36. Lock, p. 47.
  37. Knight (2002), p. 86

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Barthop Michael, The Zulu war, a pictorial history, Blandford Press, 1985, (ISBN 0-7137-1469-7)
  • (en) Featherstone Donald, Victorian colonial warfare, Africa, Cassel book, London, 1992.
  • (en) Knight Ian, Isandlwana 1879, Osprey campaign, 2002, (ISBN 978-1-841-76511-2)
  • (en) Knight Ian et Ian Castle, Zulu War, 1879, Osprey campaign, 2001, (ISBN 1-855-32165-3)
  • (en) Knight Ian, Great Zulu battles, 1838-1906, Castle Books, 1988, (ISBN 0-785-81569-4)
  • (en) Knight Ian, The National Army Museum book of the Zulu war, Pan Books, 2003, (ISBN 0-330-48629-2)
  • (en) Knight Ian, The Anatomy of the Zulu Army, from Shaka to Cetshwayo 1818-1879, Greenhill Books, Londres, 1999, (ISBN 1-85367-363-3)
  • (en) Laband John, The rise and fall of the Zulu nation, Arms and Armour, Londres, 1997, (ISBN 1-85409-421-1)
  • L'Hote Julien, La guerre Anglo-Zouloue de 1879, revue Champs de Bataille, numéro 32, février-mars 2010
  • (en) Morris Donald R., The Washing of the Spears, the Rise and Fall of the Zulu Nation, Da Capo Press, 1998, (ISBN 0-306-80866-8)
  • (en) Saul David, Zulu, the Heroism and Tragedy of the Zulu War of 1879, Penguin Books, 2005, (ISBN 978-0-141-01569-9)
  • Tuberge Jean-Pierre, La guerre des Zoulous, revue Histoire magazine, numéro 12, avril 1980
  • (en) Whitehouse Howard, Battle in Africa 1879-1914, Fieldbooks, Mansfield, 1987.
  • http://users.skynet.be/grandes_batailles/pages/36.html, "Les batailles célèbres de l'histoire"