Bataille d'Eckmühl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eckmühl.
Bataille d'Eckmühl
La bataille d'Eckmühl le 22 avril 1809 à 6 heures du soir
La bataille d'Eckmühl le 22 avril 1809 à 6 heures du soir
Informations générales
Date 22 avril 1809
Lieu Eckmühl, 100 km au nord est de Munich et 30 km au sud est de Ratisbonne (Bavière)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière
Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Commandants
Napoléon Ier
Louis-Nicolas Davout
Charles Louis d'Autriche
Forces en présence
30 000 à 60 000 hommes 35 000 hommes
Pertes
3 500 morts ou blessés 6 000 morts ou blessés
4 000 prisonniers
Cinquième Coalition
Batailles
Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Sacile · Teugen-Hausen · Raszyn · Abensberg · Landshut · Eckmühl · Ratisbonne · Neumarkt (en) · Radzymin (en) · Caldiero (en) · Dalmatie (en) · Ebersberg · Piave · Malborghetto (en) · Linz (en) · Essling · St-Michel (en) · Stralsund (en) · Raab · Gratz · Wagram · Korneuburg (en) · Gefrees (en) · Schöngrabern (en) · Znaïm · Ölper (en)


Traité de Schönbrunn

Batailles navales
Martinique · Sables-d'Olonne · Île d'Aix · Walcheren · Grand Port · Lissa · Pelagosa


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol
Axams · Sterzing · Innsbrück · Kufstein · Volano · Lofer · Waidring · Wörgl · Strass im Zillertal · 1re Bergisel · 2e Bergisel · Franzensfeste · Pontlatzer Brücke · 3e Bergisel · Unken · Lueg · Hallein · Melleck · 4e Bergisel · Pustertal · Meran · Sankt Leonhard in Passeier

La bataille d'Eckmühl s'est déroulée le 22 avril 1809, en Bavière, au cours de la guerre de la Cinquième Coalition. Les troupes françaises et alliées dirigées par Napoléon Ier remportent une importante victoire sur l’armée autrichienne.

Contexte[modifier | modifier le code]

L’Autriche, profitant du bourbier espagnol et poussée par l'Angleterre, décide de reprendre la lutte contre Napoléon. Début avril 1809, l'armée autrichienne envahit la Bavière et pénètre dans le grand-duché de Varsovie. À la tête d'une armée de 200 000 hommes, Napoléon part à la rencontre de l'armée autrichienne commandée par l'archiduc Charles, frère de l'empereur François II d'Autriche.

Enjeu[modifier | modifier le code]

La bataille d'Eckmühl devait être pour Napoléon la bataille décisive qui devait précéder la prise de Vienne.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Napoléon entreprend de pousser le corps de Lannes vers cette région qui décidera du sort de la campagne. Accompagné des maréchaux Berthier, et Masséna, l'empereur parti de Landshut, se dirige vers le nord pour gagner Eckmühl où se trouve l'avant garde de l'armée allemande. Dans un premier temps Napoléon entreprend d'enfoncer le centre autrichien et de détruire la gauche ennemie à Eckmühl puis de tourner l'armée de l'archiduc Charles en empruntant la route de Ratisbonne. Les troupes de Lefebvre et de Davout sont chargées de repousser les Autrichiens sur la route d'Eckmühl à Ratisbonne, tandis que Vandamme avance sur Eckmühl et repousse les troupes adverses vers le défilé d'Hagelstadt. De l'autre côté Lannes progresse en direction de Roking. En face l'archiduc Charles est inquiété par le défilé et les ponts sur le Danube qu'il lui faudra franchir si la situation tourne mal. À midi, la droite autrichienne attaque les forces de Davout en direction d'Abach. La réaction de Davout est immédiate, il lance ses divisions contre l'ennemi. Par le Sud, la brigade wurtembergeoise de Vandamme marche sur Eckmühl, dont elle parvient à s'emparer vers 14 heures. La division de Saint Sulpice suit le mouvement et s'empare d'une grande batterie autrichienne stationné au Nord Ouest de la ville. Pendant ce temps, la division Gudin qui appartient au corps provisoire de Lannes, parvient à s'emparer d'une hauteur boisée située au nord d'Eckmühl, sans grande résistance il poursuit son avance il sera rejoint dans la soirée par la division Morand. La division wurtembergeoise, suivant de près la division Morand, depuis le village de Seligenthal près de Landshut, avance en direction d'Eckmûhl et se positionne près d'Eggolfsheim.

La bataille est rude mais en fin de journée les 64 escadrons appartenant aux divisions de cuirassiers Saint Sulpice et Nansouty mais également d'éléments bavarois et wurtembergeoise réunis en une seule masse livrent un combat à l'infanterie et à la cavalerie autrichienne. La cavalerie menée par l'archiduc Charles en vue d'arrêter les cuirassiers échoue. La poursuite de l'armée autrichienne s'interrompt près de Köfernig en raison de la fatigue et de l'épuisement des chevaux. Au soir peu après la charge de Nantsoury et de Saint Sulpice, L'empereur ayant pris conseil auprès de ses officiers décide d'abandonner la poursuite et de laisser reposer ses troupes harassées par des combats incessants.

Louis Nicolas Davout s'est particulièrement distingué durant la bataille d'Eckmühl

Napoléon n'a pas livré à Echmühl le combat décisif qu'il a prévu au petit matin du 22 avril 1809 même si la bataille est l'une des plus importantes de la campagne d'Autriche, il remporte la victoire en infligeant des pertes relativement élevées à l'ennemi, mais ne parvient ni à l'écraser, ni à empêcher son repli.

Bilan - Suites[modifier | modifier le code]

Le maréchal Davout et le général Vandamme se distinguent particulièrement au cours de cette bataille. Davout est nommé prince d'Eckmühl par Napoléon peu après. Le général Jean-Baptiste Cervoni, qui s'était illustré à Lodi avec le jeune Bonaparte, est tué par un boulet de canon lors de cette bataille.

Sources partielles[modifier | modifier le code]

  • Les plus belles victoires de Napoléon Éditions Atlas