Bataille d'Angaur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angaur (homonymie).
Bataille d'Angaur
Carte de la bataille
Carte de la bataille
Informations générales
Date 15 septembre au 30 septembre 1944
Lieu île d'Angaur
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Paul J. Mueller Sadae Inoue
Forces en présence
81e division d'infanterie soit 15 000 hommes 1 400 hommes
Pertes
260 tués, 2294 blessés 1 338 morts
59 prisonniers
Seconde Guerre mondiale - Guerre du Pacifique
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 6° 54′ 00″ N 134° 07′ 59″ E / 6.9, 134.1336° 54′ 00″ Nord 134° 07′ 59″ Est / 6.9, 134.133  

La bataille d'Angaur est une bataille de la guerre du Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale, qui s'est déroulée sur l'ile principale d'Angaur dans l'archipel des Palaos du 17 au 30 septembre 1944.

Contexte[modifier | modifier le code]

Angaur est une petite ile volcanique de 5 km de long, séparée de Peleliu de seulement 10 kilomètres. Une petite population indigène y vivait de la pêche, de la culture et de l'exploitation de mines de phosphate. Au milieu de 1944, les Japonais stationnaient sur l'île 1400 hommes placés sous le commandement du secteur des Palaos, dont le chef était le Lieutenant-général Sadae Inoue.

Leurs faibles défenses, et la possibilité d'y construire des terrains d'atterrissage, font des Palaos une cible intéressante pour les forces alliées après leur capture des îles Marshall, mais la pénurie de péniches de débarquement ne permit pas aux opérations de commencer avant la sécurisation des îles Mariannes.

La bataille[modifier | modifier le code]

Bombardement de l'île d'Angaur

Les bombardements de l'île par le croiseur USS Tennessee, puis par les bombardiers en piqué Dauntless du porte-avions USS Wasp commencèrent le 11 septembre 1944. Le 15 septembre, la bataille de Peleliu commençait.

Le 17 septembre, la 81e division d'infanterie commandée par le Major Général Paul J. Mueller débarquait sur les côtes nord et sud de l'île. Les mines et les embouteillages sur la plage causèrent plus de perturbations que les contre-attaques japonaises. Mais la résistance se raidit au fur et à mesure que les américains avançaient vers « le ballon », une colline près du lac Salome, au nord-ouest de l'île, où les Japonais s'étaient retranchés.

Le 20 septembre, le 332e bataillon attaqua la colline en plusieurs vagues successives, mais les 750 défenseurs les repoussèrent à l'aide d'artillerie et de mortiers. Les Japonais furent progressivement assoiffés et affamés, noyés sous les obus. Les Américains atteignirent la colline le 25 septembre. Mais plutôt que de se battre pour le contrôle des grottes, ils en scellèrent les entrées à l'aide de bulldozeurs. Le 30 septembre, l'île était définitivement conquise.

Suite de la bataille[modifier | modifier le code]

Un aérodrome fut construit alors même que la bataille était encore en cours. Mais le retard des opérations de conquête des iles Palaos firent que cet aérodrome n'était pas prêt à temps pour le début de la conquête des Philippines en octobre 1944. C'est pourquoi l'amiral William F. Halsey, Jr. argumentait que la conquête des Palaos n'était pas nécessaire, et que les Japonais présents dans le secteur avaient subi de telles pertes qu'ils ne pouvaient pas gêner le débarquement aux Philippines. Beaucoup d'historiens militaires lui donnèrent raison après coup, suggérant que le plus grand bénéfice de la bataille était l'expérience de combat gagnée par la 81e division d'infanterie.

La 81e division d'infanterie fut directement transférée dans la bataille se déroulant sur l'ile de Peleliu pour prêter main forte à la 1ère division de Marines qui rencontrait une forte résistance dans les hauteurs de cette ile.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]