Bataille d'Ampfing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Ampfing
Informations générales
Date 1er décembre 1800
Lieu Ampfing, en Bavière
Issue Victoire autrichienne[1]
Belligérants
Drapeau de la France République française Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
Paul Grenier Jean-Baptiste d'Autriche
Forces en présence
18 000 hommes[2] 27 000 hommes[3]
Pertes
193 morts
817 blessés
697 prisonniers[4]
303 morts
1 690 blessés
1 077 prisonniers[1]
Seconde Coalition
Batailles
Guerre de la Deuxième Coalition

St George's Caye (navale) · Copenhague (navale) · Algésiras (navale)


Campagne de Hollande
Callantsoog · Vlieter · Krabbendam · Bergen · Alkmaar · Castricum


Campagne de Suisse
Ostrach · 1re Stockach · Winthertur · 1re Zurich · 2e Zurich · Biberach · Engen · 2e Stockach · Moesskirch · Höchstädt · Ampfing · Hohenlinden


Campagne d'Égypte
Prise d'Alexandrie · Chebreiss · Pyramides · 1re Aboukir · Sédiman · Nicopolis · Caire · El Arish · Jaffa · Saint-Jean-d'Acre · Mont-Thabor · 2e Aboukir · Damiette · Héliopolis · 3e Aboukir · Mandora · Canope · Siège d'Alexandrie


2e Campagne d'Italie
Magnano · Cassano · Bassignana · Trebbia · Mantoue · Novi · Montebello · Gênes · Marengo · Pozzolo

Coordonnées 48° 16′ 00″ N 12° 25′ 00″ E / 48.2667, 12.416748° 16′ 00″ Nord 12° 25′ 00″ Est / 48.2667, 12.4167  

La bataille d'Ampfing se déroule le 1er décembre 1800 et voit les deux divisions françaises de Paul Grenier se défendre contre l'Armée des Habsbourg pour le contrôle d'Ampfing (située à 63 km de Munich à l'est et à 8 km de Mühldorf am Inn à l'ouest) dans le sud de l'Allemagne durant la Seconde Coalition lors des guerres de la Révolution française.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Les Autrichiens, commandés par l'archiduc Jean-Baptiste, forcent les Français à battre en retraite mais subissent toutefois des pertes importantes.

Après l'expiration de la trêve estivale en novembre 1800, à la fois les armées autrichienne et française se précipitent à venir à bout du camp adverse à l'est de Munich. L'archiduc Jean-Baptiste réussit à porter le gros de son armée contre l'aile gauche de l'armée de Jean Moreau, alors sous commandement de Paul Grenier près de Ampfing. En infériorité numérique, les deux divisions françaises livrent un combat d'arrière garde féroce pendant six heures avant de se replier en bon ordre.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Autrichiens, malgré leurs pertes élevées (3 000 hommes), pensent que les Français sont en pleine retraite. Ces derniers poursuivent l'armée française à travers un terrain boisé. Mais, au lieu de fuir, Moreau et ses troupes prennent position pour contrer les Autrichiens. Les deux armées s'affrontent dans la bataille décisive de Hohenlinden deux jours plus tard.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Smith, Databook, p.188
  2. Arnold, Marengo & Hohenlinden, pp. 274-275
  3. Arnold, Marengo & Hohenlinden, pp. 276-277
  4. Arnold, Marengo & Hohenlinden, pp. 220

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Digby Smith, The Napoleonic Wars Data Book. London: Greenhill, 1998. (ISBN 1-85367-276-9)
  • (en) James R. Arnold, Marengo & Hohenlinden. Barnsley, South Yorkshire, UK: Pen & Sword, 2005. (ISBN 1-84415-279-0)