Bataille d'Alam el Halfa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'El-Alamein et Halfa.
Bataille d'Alam el Halfa
Informations générales
Date 31 août - 5 septembre 1942
Lieu El-Alamein (Égypte)
Issue Victoire britannique
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de l'Afrique du Sud Union d'Afrique du Sud
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Bernard Montgomery Drapeau de l'Allemagne Erwin Rommel
Forces en présence
8e armée britannique Deutsches Afrika Korps, Panzerarmee Afrika
Pertes
1 750 tués, blessés ou disparus
67 tanks
67 avions
3 609 hommes
38 chars
36 avions
Seconde Guerre mondiale (Guerre du désert)
Batailles
Batailles et opérations des campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée

Invasion italienne de l'Albanie · Guerre du désert · Campagne d'Afrique de l'Est · Invasion italienne du Somaliland britannique · Invasion de l'Égypte · Opération Compass · Bataille de Koufra · Bataille de Dakar · Campagne du Gabon · Opération Vado · Bataille de Mers el-Kébir · Bataille de Punta Stilo · Bataille de Tarente · Bataille du cap Teulada · Bataille du cap Matapan · Siège de Malte · Opération Sonnenblume · Campagne des Balkans · Bataille d'El Agheila · Bataille des îles Kerkennah · Siège de Tobrouk · Guerre anglo-irakienne · Campagne de Syrie · Campagne de Yougoslavie · Opérations anti-partisans en Croatie · Opération Brevity · Opération Battleaxe · Invasion anglo-soviétique de l'Iran · Raid de la rade d'Alexandrie · Opération Vigorous · Opération Pedestal · Bataille de Madagascar · Libération de La Réunion · Opération Crusader · Bataille de Bir Hakeim · Bataille de Gazala · 1re Bataille d'El-Alamein · Bataille d'Alam el Halfa · 2e Bataille d'El-Alamein · Opération Torch · Campagne de Tunisie · Bataille de Sidi Bouzid · Bataille de Kasserine · Opération Capri · Bataille de Ksar Ghilane · Ligne Mareth · Opération Pugilist · Bataille d'El Guettar · Opération Retribution · Campagne d'Italie · Libération de la Corse


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Coordonnées 30° 40′ N 29° 10′ E / 30.66666667, 29.1666666730° 40′ Nord 29° 10′ Est / 30.66666667, 29.16666667  

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille d'Alam el Halfa.

La bataille d'Alam el Halfa est une offensive menée par Rommel à la fin août 1942 pour tenter de forcer les lignes britanniques et pouvoir conquérir l'Égypte tout entière.

La dernière offensive allemande[modifier | modifier le code]

Rappel: L'AfrikaKorps n'est composé que des éléments blindées allemands et est dirigé par le général Nehring, Rommel dirige lui la Panzerarmee Afrika qui comprend l'ensemble des troupes de l'Axe.

Depuis déjà plusieurs mois, les allemands ont atteint El Alamein. Durant ce que l'on appelle la Première bataille d'El Alamein, les allemands ne réussissent pas à percer les lignes anglaises pour atteindre Alexandrie puis le canal de Suez. L'été, chaud, empêche les grandes opérations. Mais dès septembre, les combats reprennent. À ce moment, Erwin Rommel, le commandant de la Panzerarmee Afrika doit, soit attaquer avant l'arrivée des renforts, soit laisser l'initiative aux anglais et aux Alliées. Le Renard du Désert décide d'attaquer. Il veut faire démarrer son offensive au sud du dispositif défensif des britanniques. Il espère ainsi remonter vers la mer et encercler le gros des troupes ennemies. L'offensive aura lieu à la fin août et Rommel réclame des munitions et de l'essence. Mais les raids anglais envoyés de Malte altèrent terriblement le ravitaillement des forces de l'Axe en Afrique. Malgré une maladie à l'estomac, Rommel décide de garder le commandement des forces de l'Axe.

La bataille d'Alam el Halfa[modifier | modifier le code]

"Le renard du Désert" dans son Sonderkraftfahrzeug 250/3 de commandement, en 1942.

À l'aube de la dernière offensive des allemands en Afrique, voilà leur plan de bataille.

La Panzerwaffe dispose de :

  • 93 Panzer III à canon court;
  • 73 Panzer III J à canon long;
  • 27 Panzer IV F2 à canon long de 75 mm;
  • à cela s'ajoute les Panzer I et II de commandement ce qui fait près de 215 blindés.

Les Italiens ont eux 243 chars M13 loin d'être adaptés à la guerre moderne.

La Luftwaffe dispose elle de 229 bombardiers stationnés en Crète et 720 appareils divers en Afrique. Au total, cela fait 950 avions. L'aviation italienne s'occupe de son côté de Malte.

Le plan[modifier | modifier le code]

Le plan de Rommel est que les 10 et 21e Korps soutenus par la brigade aéroportée Ramcke doivent tenir le front nord. Des raids devront faire croire à l'adversaire que l'offensive se déroulera sur cette partie du front. Plus au sud, là où l'attaque principale sera lancée, voici l'ordre de bataille du sud au nord :

  • 3 et 33e Aufklärungs Abteilung (bataillon de reconnaissance) ;
  • 15e division blindée ;
  • 21e division blindée ;
  • division blindée Littorio ;
  • division blindée Ariete ;
  • 90e Leichte Division (division légère).

L'offensive se déroulera de nuit, et ces divisions devront percer en moins de 7 heures, c'est-à-dire faire 45 km en territoire ennemi et miné. De plus, des reconnaissances de la RAF ont signalé à Montgomery les préparatifs allemands.

La défense anglaise[modifier | modifier le code]

De fait, le commandement anglais met en place un puissant dispositif défensif pour parer à l'offensive adverse. Au nord, le 30e corps tiendra le front avec en réserve la 23e brigade blindée, le 13e corps devant défendre le front sud. Il est composé du nord au sud de la :

  • 2e division d'infanterie néo-zélandaise;
  • 44th Infantry Division;
  • 7th Armoured Division;
  • 10th Armoured Division;
  • 22th Armoured Brigade (92 chars Grant, 40 Stuart et 34 Crusader) située sur la crête d'Alam El Alfa[1].

Le général Horrocks qui dirige le 13e corps enterre une partie de ses chars notamment pour limiter les pertes, Montgomery prépare sa futur offensive. Il est à signaler que Horrocks, qui remplace le général Gott mort dans un accident d'avion, est mal vu par certains généraux et par Winston Churchill, notamment du fait de sa jeunesse (47 ans).

La bataille[modifier | modifier le code]

Le soir de l'attaque, les aviateurs anglais surprennent les allemands en les attaquant à coups de bombes. La confusion qui suit est accrue par la présence de champs de mines. Ces derniers sont très élaborés et les anglais tirent sans discontinuer sur les équipes de déminage. Ainsi, les anglais préparent leurs défenses et la RAF continue son bombardement blessant le général Nehring chef de l'Afrikakorps. De plus, le général von Bismarck qui commande la 21e division de Panzer est tué par un mortier. Ainsi, à l'aube, les allemands sont toujours dans le champ de mines[2].

Malgré les doutes qui envahissent Rommel, Bayerlein qui remplace Nehring le convainc de continuer l'attaque. Cependant, le mouvement d'encerclement sera moins important et cela va conduire les allemands à se jeter sur les positions défensives anglaises les plus importantes. Les anglais, qui ont aménagé leurs positions, subissent très peu de pertes et ont la chance de posséder un soutien aérien très efficace. La 21e Panzerdivision est contenue par les Grant et l'artillerie de la 44e d'infanterie. La 15e division blindée elle, est bloquée par le 5th RTR et le 2nd Royal Gloucestershire Hussars. La 22e brigade blindée britannique ne perd que 17 de ses Grant et les allemands perdent plus d'une vingtaine de leurs chars. À la tombée de la nuit, les allemands sont en danger, l'essence commence à manquer et la RAF continue ses multiples bombardements.

Le lendemain, seule la 15e Panzerdivision lance l'assaut droit sur les anglais, qui ont disposé plus de 400 chars sur la crête. La 23rd Armoured Brigade située en avant souffre du fait de la présence des canons Pak allemands mais pour les allemands c'est pire, l'échec de l'offensive était d'avance prévisible et au soir du 1er septembre, ils ne disposent que d'un jour de carburant[3]. Ils décident donc de se replier, sachant qu'une attaque britannique pourrait tout simplement détruire leurs forces blindées. Mais à l'exception de quelques harcèlements de la 7th armoured Division, Montgomery campe sur ses positions[4]. En fait, pour préserver ses chars, Montgomery n'envoie que les fantassins de la 132nd Infantry Brigade et de la 5th New Zealand Brigade pour tenter de couper la route aux allemands. Seuls deux escadrons de Valentine les soutiennent. Les allemands s'étant repliés à l'ouest du champ de mines, l'assaut est un échec et au soir du 2 septembre les fantassins sont à la merci d'une contre-attaque. À la nuit tombée, ils finissent par se replier, les néo-zélandais ayant perdu 275 hommes et la 132e brigade 697 tués, blessés et disparus.

Mais les allemands continuent à subir les assauts de l'aviation et ils se replient à 10 km à l'est de leurs lignes de départ. Le 5 septembre marque la fin de l'ultime offensive allemande en Afrique. En tout, les allemands ont perdu :

  • 1 859 tués, blessés et disparus ;
  • 38 chars ;
  • 33 canons ;
  • 298 véhicules ;
  • 36 avions.

Les italiens ont perdu pour leur part :

  • 1 750 hommes ;
  • 67 chars ;
  • 15 canons ;
  • 68 avions.

Les britanniques ont perdu 31 Grant, 21 Valentine ainsi que quelques Stuart, Crusader et Matilda, pour qui c'était la dernière bataille. Cela fait un total de 49 chars détruits. Pour la première fois, les anglais perdent moins de chars que leurs ennemis : la bataille d'Alam el Halfa est une victoire défensive anglaise entachée par le manque d'allant de Montgomery, qui aurait pu détruire les forces allemandes en plein repli. Cependant, il a dit que les troupes de la 8ème armée britannique ne lui semblaient pas assez entraînées pour un assaut, ce que semble prouver l'échec de l'infanterie[5].

Conclusion[modifier | modifier le code]

Cette bataille constitue la dernière tentative des forces de l'Axe pour tenter d'obtenir la décision en Afrique. Hitler ne réussira pas à faire la jonction entre la Panzerarmee Afrika et les forces du front de l'est au Proche-Orient. Un mois ½ plus tard, Montgomery lance l'opération Supercharge qui permettra aux Alliés de chasser les allemands et italiens jusqu'en Tunisie. Ainsi, la bataille d'Alam el Halfa illustre bien la perte de l'initiative pour les allemands qui, à partir de 1943, devront constamment défendre, aussi bien face aux Russes sur le front de l'Est que face aux anglo-saxons en Tunisie, en Italie, en France, puis sur leur propre territoire.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A Full Life, Bryan Horrocks, page 116.
  2. Panzer Battles, Von Mellenthin, page 175
  3. Opération Supercharge, Hors-série Militaria Magazine, p.90, Yves Buffetaut
  4. von Mellenthin, Panzer Battles, p.176
  5. Opération Supercharge, Hors série Militaria Magazine, p.91, Yves Buffetaut

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cédric Mas, Juin-novembre 2012 : la bataille d'El Alamein, Paris, Uniformes & Heimdal,‎ 2012, 1e éd. (ISBN 978-2-84048-341-0)
  • Opération Supercharge, HS Militaria Magazine, Yves Buffetaut.
  • Panzerbattles, von Mellenthin, éditions Futura Books.
  • Cédric Mas, "Rommel", éditions Economica, collection Guerres & Guerriers, Paris 2014 (ISBN 978-2717866483).
  • Daniel Feldmann et Cédric Mas, Montgomery, Paris, éditions Economica, coll. « Guerres & guerriers »,‎ 21 mai 2014 (ISBN 978-2717866995)