Basilique du Sacré-Cœur de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sacré-Cœur (homonymie) et Basilique du Sacré-Cœur.
Basilique du Sacré-Cœur
Image illustrative de l'article Basilique du Sacré-Cœur de Marseille
Présentation
Culte Catholique romain
Type Basilique mineure
Rattachement Archidiocèse de Marseille
Début de la construction 1920
Fin des travaux 1947
Style dominant Néoroman
Néobyzantin
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône
Commune Blason ville fr Marseille (Bouches-du-Rhône).svg Marseille (8e)
Coordonnées 43° 16′ 55″ N 5° 23′ 12″ E / 43.281836, 5.386576 ()43° 16′ 55″ Nord 5° 23′ 12″ Est / 43.281836, 5.386576 ()  

La Basilique du Sacré-Cœur de Marseille est une des basiliques mineures de l'Église catholique romaine, dédiée au Sacré-Cœur de Jésus-Christ. Elle est située à Marseille sur l'avenue du Prado, dans le quartier du Rouet, dans le 8e arrondissement. Construite dans la première moitié du XXe siècle dans un style romano-byzantin, elle fut consacrée le 5 mai 1947 par le cardinal Roques, archevêque de Rennes, puis érigée en basilique mineure le 17 septembre 1997 par le pape Jean-Paul II. L'édifice fut construit pour commémorer la peste de 1720 et servir de mémorial de la Première Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de la Basilique du Sacré-Cœur a été décidée au lendemain de la Première Guerre mondiale, pour remplacer l'église Saint-Adrien et Saint-Hermès, devenue trop petite pour un quartier en pleine expansion.

La première pierre en fut posée le 7 novembre 1920, pour le second centenaire du vœu de Mgr de Belsunce lors de la peste de 1720, et le chantier de sa construction dura 27 ans.

Sa conception est l'œuvre de l'architecte Théophile Dupoux, qui la conçut dans un style romano-byzantin. Malheureusement, celui-ci ne pourra assurer la totalité de la construction, en raison de son décès le 26 décembre 1924. Son fils prit sa succession.

Le chantier de construction a été lancé par Mgr Fabre qui annonça la décision de construire de la nouvelle église dans sa lettre pastorale de noël 1918. Lors d'une visite à Rome, le 8 mars 1921, l'archevêque de Marseille reçut les encouragements du pape Benoît XV, qui bénit cette œuvre, en invoquant « … les soldats de Marseille morts pour la Patrie, les âmes généreuses qui aideront à la construction de cette église du Sacré-Cœur… ».

Après Mgr Fabre, trois autres évêques assumeront la responsabilité de la construction de la nouvelle basilique : Mgr Daniel Champavier (1923-1928), Mgr Maurice Dubourg (1928-1936) et Mgr Jean Delay (1937-1956).

La construction fut déclarée achevée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, après 27 ans de travaux. La basilique fut consacrée le 5 mai 1947 par le cardinal Roques, archevêque de Rennes, alors que le programme architectural initialement prévu n'a pu être mené à bien. Cela donne à l'ensemble un aspect plus moderniste que l'esprit romano-byzantin initialement prévu par l'architecte.

Le 17 septembre 1997, le Pape Jean-Paul II érigea l'Église du Sacré-Cœur en basilique mineure.

Description[modifier | modifier le code]

La basilique a été construite en pierres de taille provenant des carrières de La Roche d’Espeil à Sanary-sur-Mer dans le Var (soubassements et parties extérieures de l’édifice), de Saint-Symphorien, près de Bonnieux (Vaucluse) (intérieur de la crypte, socles des piliers et des colonnes), de Buxy (intérieur), ou encore de Saint-Gengoux, en Saône-et-Loire. Bâtie au-dessus d'une crypte qui occupe le quart de la surface totale, la basilique s'élève à 27m 90. Elle devait être surmontée d'un clocher central dont la fèche élancée aurait culminé à 62 m, mais la construction de celui-ci fut abandonnée faute de moyens financiers.

Intérieur de la basilique

Des colonnes en granit — de Corse, pour les plus grandes, de Suède pour les autres — supportent une voûte dont le sommet atteint 22m 50.

Les vitraux ont été réalisés par les ateliers Champigneulle à Paris, sur des dessins d' Henri Pinta (1856-1944), Prix de Rome, originaire de Marseille[1], alors dessinateur en cette maison. Ils représentent :

Henri Pinta est également l'auteur de la grande mosaïque de 120 m2, ornant la voûte du chœur.

Une Pietà, œuvre du sculpteur Louis Botinelly, a été installée dans la basilique le 11 novembre 1948, jour de l'inauguration par Mgr Jean Delay de la chapelle de Notre-Dame de Pitié.

Est conservé le cœur d'Anne-Madeleine Rémusat, visitandine de Marseille, morte le 15 février 1730.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gallocher, Prado-Sacré-Cœur, 1856-1992 : un quartier, une paroisse, Marsielle, P. Tacussel éditeur,‎ 1992 (ISBN 2-903-96361-4)
  • Jean-Robert Cain et Emmanuel Laugier, Trésor des églises de Marseille : Patrimoine culturel communal, Marseille, Ville de Marseille,‎ 2010, 368 p. (ISBN 978-2-953-55300-0 et 2-953-55300-2, lien OCLC?), p. 190-195

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Site officiel de la Basilique du Sacré-Cœur de Marseille

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On peut voir une de ses peintures — Mort de saint Joseph (1915) — dans l'Église saint-Francois-Xavier à Paris

Sur les autres projets Wikimedia :