Basilique de l'Ecce Homo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique de l'Ecce Homo
Image illustrative de l'article Basilique de l'Ecce Homo
Intérieur de la basilique de l'Ecce Homo
Présentation
Culte Catholique romain
Géographie
Pays Israël, Palestine
Commune Jérusalem
Coordonnées 31° 46′ 49″ N 35° 14′ 00″ E / 31.780332, 35.23326731° 46′ 49″ Nord 35° 14′ 00″ Est / 31.780332, 35.233267  

La basilique de l'Ecce homo, située dans la Via Dolorosa à Jérusalem, est une église construite durant la deuxième moitié du XIXe siècle à l'endroit où, selon les Évangiles et la tradition, Jésus fut présenté à la foule par Ponce Pilate sous ces mots : « Ecce Homo » (“Voici l'homme”).

L'édifice[modifier | modifier le code]

L'église est bâtie au bord de l'ancien forum de la cité Ælia Capitolina, nom que l'empereur Hadrien donna à Jérusalem après l'avoir rebâtie en 131.

Derrière l'autel de l'église, un arc romain est à tort, selon la tradition, la porte de la forteresse Antonia.

L'église a été consacrée en basilique (dite « de l’Ecce Homo » ou « du Couronnement d’épines de Jésus ») par Léon XIII en 1902[1].

L'Ecce Homo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ecce Homo.
Le jugement sur le Gabatha de James Tissot, vers 1890.

D'après la tradition du récit de la Passion du Christ, en particulier dans l'Évangile de Jean, c'est devant la porte de la forteresse Antonia que Jésus a été présenté à la foule[2]. De cette porte ne reste aujourd'hui plus rien. Une arche enjambant la via Dolorosa, appuyée sur son côté septentrional sur le mur de l'église, est quant à elle un reste de l'arc de triomphe de trois arcs situé sur le côté oriental de la ville à l'époque, qui fut érigé sous l'empereur Hadrien en 135. Deux dalles du Lithostrôtos de la forteresse Antonia ont été encastrées au XIIIe siècle dans cette arche pour faciliter aux pèlerins la vénération de ce lieu, entraînant une confusion, ce qui explique que cette construction est connue aujourd'hui sous le nom d'« Arche Ecce Homo »[3].

Dans le sous-sol de la basilique se trouve le Lithostrôtos, lieu dit en hébreu Gabbatha, où Pilate présente Jésus à la foule après l'avoir fait flageller : "Voici votre roi" (Jean 19, 13-14). L'archéologue Louis-Hugues Vincent a cru trouver des preuves archéologiques qu'au niveau de son dallage en calcaire se situait le « jeu du Roi » (en fait un jeu gravé sur les pierres), emplacement exact où les soldats romains ont flagellé le Christ, mais ce dallage a une datation plus tardive que l'époque de Jésus, probablement du temps de l'empereur Hadrien[4].

L'arc de l'Ecce Homo sur la Via Dolorosa. À droite, un panneau indique l'accès au Lithostrôtos, au sous-sol, de la basilique[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Communautés religieuses[modifier | modifier le code]

L'église et le couvent qui accueille les pèlerins sont confiés depuis la construction aux sœurs de la congrégation de Notre-Dame de Sion.

Depuis les années 2000, elle est aidée dans cette mission par la Communauté du Chemin-Neuf[1],[5], qui y fait venir notamment des volontaires de plusieurs pays afin d'aider à la gestion de l'accueil et de développer des missions humanitaires auprès des populations locales[6].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Messe du Couronnement d'épines à l'Ecce Homo », Patriarcat latin de Jérusalem,‎ 15 mars 2011 (consulté le 09 mars 2012)
  2. a et b (fr) « Jérusalem, ville sainte des chrétiens », ?,‎ ? (consulté le 09 mars 2012)
  3. (fr) « L'époque grecque et romaine », Encyclopédie Larousse,‎ ? (consulté le 09 mars 2012)
  4. (en) Bargil Pixner, Paths of the Messiah and Sites of the Early Church from Galilee to Jerusalem, Ignatius Press,‎ 2010 (lire en ligne), p. 267
  5. (fr) « Les communautés religieuses », Blog jeunes cathos,‎ 27 septembre 2011 (consulté le 09 mars 2012)
  6. (fr) « Jeune à l’ETranger (JET) : 6 mois au service des pèlerins à Jérusalem », Consulat général de France à Jérusalem,‎ ? (consulté le 09 mars 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]